Recherche

Affaire dite « sexe contre bonnes notes à Settat » : des associations féminines déterminées

© Copyright : DR

18 décembre 2021 - 23h20 - Maroc - Par: S.A

La Fédération de la ligue des droits des femmes a décidé de suivre le procès des cinq professeurs de la faculté des sciences juridiques de Settat impliqués dans l’affaire dite « sexe contre bonnes notes ». De son côté, l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) a appelé à l’élargissement de l’enquête au doyen de cette faculté, emporté par cette affaire.

En septembre dernier, des captures d’écran ont révélé qu’un enseignant de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Settat avait demandé des faveurs sexuelles à une étudiante en contrepartie de bonne notes. Par la suite, cinq professeurs universitaires ont été déférés devant la justice dont trois en état d’arrestation dans le cadre d’une enquête ouverte par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ). Dans la foulée, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch a démis de ses fonctions le doyen de cette faculté.

À lire : L’affaire « Sexe contre bonnes notes » emporte le doyen de la Faculté de droit de Settat

Aux yeux de l’antenne régionale de la Fédération de la ligue des droits des femmes à Casablanca-Settat, ces faits « révèlent à quel point le phénomène du harcèlement et de la violence à l’égard des femmes est enraciné dans la société marocaine » et « l’absence d’un arsenal juridique pour protéger et leur rendre justice », rapporte Alyaoum24.com. De plus, ils « relèvent de la traite des êtres humains ». La Fédération a alors décidé de « suivre le cours du dossier judiciaire et de soutenir les étudiantes victimes et s’est engagée à leur apporter un soutien juridique et psychologique ».

À lire : Du nouveau dans l’affaire dite « sexe contre bonnes notes à Settat »

Dans un communiqué, la section de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) à Settat, a appelé les responsables à veiller à « l’égalité pour tous sur la base du mérite, l’enseignement supérieur étant un droit des droits universels de l’homme ». Aussi, a-t-elle appelé à l’élargissement de l’enquête au doyen de cette faculté. Sans oublier de réaffirmer son attachement au principe de la reddition des comptes.

Mots clés: Settat , Procès , Sexualité , Association Marocaine des Droits Humains (AMDH)

Bladi.net

Bladi.net - 2022 - - A Propos - Contact