Sexe contre bonnes notes : le ministre de l’enseignement supérieur prend ses responsabilités

29 décembre 2021 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Après l’éclatement d’une nouvelle affaire de « sexe contre bonnes notes », le ministre de l’Enseignement supérieur, Abdellatif Miraoui, a pris plusieurs dispositions. Une commission d’enquête a été diligentée ce mercredi 29 décembre à l’École nationale de commerce et de gestion d’Oujda (ENCGO).

Une étudiante de l’École nationale de commerce et de gestion d’Oujda (ENCGO) a accusé son professeur de lui avoir demandé des faveurs sexuelles en échange de bonnes notes et de validation de semestre. Lundi, la publication des messages qu’ils ont échangés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Abdellatif Miraoui, ministre de l’Enseignement supérieur a diligenté ce mercredi une commission d’enquête composée de fonctionnaires issus de l’Inspection générale du ministère à Oujda.

À lire : Maroc : une école d’Oudja au cœur d’un scandale sexuel

Les membres de cette mission devront déterminer avec exactitude l’ensemble des faits liés à cette nouvelle affaire de présumé chantage sexuel à l’ENCGO. Dans ce sens, ils auront à auditionner l’ensemble des personnes concernées en présence, éventuellement, d’un huissier de justice, rapporte Le360. De retour à Rabat dans la soirée de ce même mercredi, ils devront produire leur rapport. Selon une source proche d’Abdellatif Miraoui, il y aura une tolérance zéro.

À lire : Maroc : des professeurs échangent des bonnes notes contre des relations sexuelles

D’autres sources font savoir que le ministre a déjà pris d’autres dispositions. Il s’agit de la mise en place de cellules de crise à chaque fois que surgiront de nouvelles affaires de ce genre, de l’instauration d’un numéro vert valable pour tous les établissements universitaires et les grandes écoles, dont les interlocuteurs sont chargés de recevoir et d’instruire l’ensemble des plaintes qui seront recueillies, y compris les plaintes formulées anonymement, et enfin de la mise en place d’une cellule de réflexion au niveau central pour préserver l’image de l’institution universitaire par un travail d’anticipation et de prévention.

Abdellatif Miraoui a par ailleurs convoqué l’ensemble des présidents des universités du Maroc pour une séance de travail dédiée à ces affaires. La séance est prévue demain jeudi 30 décembre 2021.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Harcèlement sexuel - Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres - Sextorsion

Aller plus loin

Affaire dite « sexe contre bonnes notes à Settat » : des associations féminines déterminées

La Fédération de la ligue des droits des femmes a décidé de suivre le procès des cinq professeurs de la faculté des sciences juridiques de Settat impliqués dans l’affaire dite «...

Du nouveau dans l’affaire dite « sexe contre bonnes notes à Settat »

La présidente de l’université Hassan 1ᵉʳ pourrait être, elle aussi, sanctionnée dans l’affaire dite « sexe contre bonnes notes » à Settat. Les cinq professeurs mis en examen...

Maroc : une école d’Oudja au cœur d’un scandale sexuel

Après la Faculté des sciences juridiques et politiques de Settat, c’est au tour de l’École nationale de commerce et de gestion d’Oujda (ENCGO) d’être secouée par une affaire...

Sexe contre bonnes notes à l’ENCG Oujda : les sanctions tombent

La commission d’enquête diligentée par le ministre de l’Enseignement supérieur, Abdellatif Miraoui, à l’École nationale de commerce et de gestion d’Oujda (ENCGO) a produit son...

Ces articles devraient vous intéresser :

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.