Mort de Mohamed Bendriss à Marseille : une vidéo incrimine la police

1er décembre 2023 - 21h00 - France - Ecrit par : S.A

Une vidéo réalisée par un témoin montre comment Mohamed Bendriss, un jeune homme de 27 ans, a été tué d’un tir de Flash-ball à Marseille dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 juillet, en marge de la vague de violences qui a suivi la mort de Nahel, 17 ans, tué fin juin par un policier lors d’un contrôle routier à Nanterre.

Alors que l’enquête sur la mort de Mohamed Bendriss se poursuit, Libération et Mediapart ont dévoilé des images exclusives de l’altercation entre le jeune père de famille et les policiers du Raid, alors déployés pour contenir les émeutes liées à la mort de Nahel, survenue quelques jours plus tôt. Cette vidéo de 26 secondes filmées par un témoin montre que le jeune homme de 27 ans a « été visé sans raison évidente par les forces de l’ordre alors qu’il circulait à scooter dans les rues de Marseille », rapporte Huffington Post. Ces images, celles de vidéosurveillance de la ville ainsi que celles de la caméra embarquée du blindé des policiers montrent ce qui s’est passé la nuit du 1ᵉʳ au 2 juillet.

À lire : Affaire Mohamed Bendriss : cinq policiers en garde à vue à Marseille

Cette nuit-là, alors que Mohammed au volant d’un scooter poursuit un homme qui vient de voler des paires de chaussures, il croise l’unité du Raid. Le voleur présumé finit par laisser tomber son butin. Dans la foulée, le Raid qui ne savait pas de ce qui venait de se passer tire à cinq reprises en direction de Mohammed en dépit des cris de plusieurs témoins qui assuraient aux forces de l’ordre qu’« il n’a rien fait ». Touché au niveau du thorax, Mohammed a eu un malaise, puis s’est effondré devant le domicile de sa mère. Admis à l’hôpital, il a été déclaré mort à 2h05. L’autopsie révèle que le jeune homme de 27 ans a été mortellement blessé au thorax et à la cuisse droite par ces tirs de LBD et de beanbags. En témoigne par ailleurs, une munition de beanbag retrouvée « dans le phare avant » du scooter de la victime.

À lire : Marseille : la mort troublante de Mohamed B.

Fin juillet, trois policiers du Raid ont été mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Alors que deux d’entre eux ont reconnu avoir tiré sur le scooter, le troisième nie avoir utilisé son arme. Actuellement, les enquêteurs tentent d’établir quel policier a tiré à quel moment.

Sujets associés : Marseille - Nanterre - Violences et agressions - Homicide

Aller plus loin

Affaire Ouassim et Sabrina : des policiers devant la justice

Trois policiers vont être jugés cette semaine à Bruxelles, plus de cinq ans après la mort d’Ouassim Toumi et de Sabrina El Bakkali, deux jeunes tués dans une course-poursuite...

Marseille : la mort troublante de Mohamed B.

Mohamed B., un livreur Uber, a été tué dans la nuit de samedi à dimanche lors des émeutes dans le centre de Marseille. Sa famille demande l’ouverture d’une enquête pour élucider...

Affaire Mohamed Bendriss : cinq policiers en garde à vue à Marseille

Quatre policiers du Raid viennent d’être placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur la mort de Mohamed Bendriss, un jeune homme de 27 ans tué à Marseille dans la nuit...

Affaire Hedi : le policier reste en prison

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a prononcé, jeudi 3 août, le maintien en détention provisoire du policier de la brigade anticriminalité (BAC),...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.