Marseille : la mort troublante de Mohamed B.

7 juillet 2023 - 07h30 - France - Ecrit par : A.P

Mohamed B., un livreur Uber, a été tué dans la nuit de samedi à dimanche lors des émeutes dans le centre de Marseille. Sa famille demande l’ouverture d’une enquête pour élucider sa mort et vérifier s’il n’a pas été victime d’un probable tir de LBD au thorax.

Le parquet de Marseille a ouvert mardi une information judiciaire pour « coups mortels avec usage ou menace d’une arme » pour faire la lumière sur la mort de Mohamed B., ce livreur Uber de 27 ans et jeune père de famille, rapporte Le Parisien. Le jeune homme, qui circulait en scooter, est descendu devant l’immeuble de la cité Bel-Air (Xe) où résident ses parents, avant de s’écrouler au sol, selon certains témoins. Sa tante, Samra Ammari, fait état d’un énorme bleu au thorax de son neveu qui, selon le parquet, aurait été « causé par le tir d’un projectile de type flash-ball ». « Cet impact a entraîné un arrêt cardiaque et donc la mort », précise-t-on.

À lire : France : plainte après des violences policières

« À ce stade, il n’est pas possible de déterminer le lieu où cet impact est intervenu. Des événements de type émeutes et pillages se déroulaient cette nuit-là dans le secteur, sans qu’il soit possible de déterminer si la victime y avait participé ou même si elle avait pu circuler dans une telle zone », assurent les enquêteurs de la police judiciaire et de l’IGPN. La veuve de la victime, Nour, est quant à elle convaincue que son mari a été « tué ». « À mon avis, c’est un policier qui lui a tiré dessus… Ce qui m’intrigue est que l’on me dit qu’il n’apparaît pas sur les caméras de surveillance alors qu’à 0h49, il était devant le Footlocker de la rue Saint-Ferréol où il filmait. Même la procureure m’a dit que mon mari n’était pas avec les émeutiers », a-t-elle déclaré à la presse.

À lire : Mort de Nahel : deuxième nuit de violences en France

Mohamed B. se trouvait à 1 km du lieu de son décès, selon les dernières vidéos qu’il a enregistrées avec son téléphone, et diffusées sur BFM, lesquelles montrent une intervention de la police rue Saint-Ferréol. Les enquêteurs vont visionner les caméras de surveillance pour tenter de retracer l’itinéraire de la victime afin de déterminer les causes et circonstances de son décès. « Entre sa vidéo et le lieu où il est pris en charge, personne ne sait ce qu’il s’est passé. C’est l’hôpital qui prévient la police, qu’ils viennent d’admettre quelqu’un en mauvais état. La police n’a pas été appelée non plus lors de l’intervention des pompiers », indique une source proche de l’enquête.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Marseille - Enquête - Décès - Bavure policière

Aller plus loin

Affaire Hedi : le policier libéré, la victime dénonce «  une injustice  »

Hedi, le jeune homme de 22 ans qui a été gravement blessé à la tête par un tir de LBD fin juillet à Marseille en marge d’émeutes, désapprouve la remise en liberté du policier...

Affaire Hedi : le policier reste en prison

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a prononcé, jeudi 3 août, le maintien en détention provisoire du policier de la brigade anticriminalité (BAC),...

Isère : Toufik perd l’usage de son pied droit après un tir de la police

Avant l’affaire Nahel, Toufik, un homme de 38 ans a frôlé la mort après un tir de la police municipale à Fontaine (Isère), près de Grenoble. Aujourd’hui, il a perdu l’usage de...

France : plainte après des violences policières

Le jeune Égyptien sans papiers de 29 ans, interpellé à l’île Saint-Denis et victime de violences policières de la part de BAC du commissariat d’Asnières le 26 avril dernier, a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de l’ancienne ministre Soumia Benkhaldoun

L’ex-ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Soumia Benkhaldoun, est décédée des suites d’un cancer. Elle était âgée de 60 ans,

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un...

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

La fête de l’Aïd Al-Adha fait craindre le pire

À quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le Maroc enregistre de plus en plus de décès liés au Covid-19. Les Marocains craignent que la situation épidémiologique ne s’aggrave avec la célébration dimanche, la fête du sacrifice.