Affaire Hedi : le policier reste en prison

4 août 2023 - 15h00 - France - Ecrit par : S.A

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a prononcé, jeudi 3 août, le maintien en détention provisoire du policier de la brigade anticriminalité (BAC), soupçonné de violences à l’encontre d’Hedi, un jeune homme de 22 ans, dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 juillet, lors des émeutes à Marseille.

Jeudi, la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a suivi la réquisition du parquet général en prononçant le maintien en détention de l’agent soupçonné avec trois collègues d’avoir gravement blessé Hedi, jeune homme de 22 ans, lors des émeutes à Marseille, rapporte franceinfo. La victime était absente à l’audience à cause des lourdes séquelles causées par le terrible déchaînement de violences policières. « Il était tellement épuisé ce matin qu’il était incapable de se lever », a regretté son avocat Jacques-Antoine Preziosi, avant de se féliciter de la décision de justice. « La justice passe et il faut la laisser faire son travail. La police doit assumer cette incarcération qui va dans le sens de la justice. »

À lire :Abdelkarim et Mohamed, victimes de violences policières à Marseille

Après des dénégations mensongères, le policier a fini par reconnaître avoir effectué un tir de LBD contre Hedi, qui, selon lui, avait « armé son bras poing fermé pour jeter un objet » dans la direction des agents. Sa « dénégation fallacieuse » initiale a jeté « le discrédit sur l’ensemble de ses propos », a estimé le président de la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence. « Le policier a avoué, nous avons enfin des aveux, qu’il était le tireur de LBD. C’est lui qui a tiré sur Hedi. Jusqu’à présent, tout le monde niait, a déclaré Jacques-Antoine Preziosi. Il est coupable d’avoir encore menti. Il raconte des choses complétement incohérentes et raconte des histoires sur un ton miséreux. »

À lire :Jalil, 15 ans, éborgné par la police : « Ça a touché le cerveau » (vidéo)

Le 20 juillet, quatre policiers de la BAC de Marseille avaient été mis en examen pour « violences volontaires ayant entraîné une ITT (incapacité totale de travail) supérieure à huit jours, aggravées par trois circonstances en ce qu’elles ont été commises en réunion, avec usage ou menace d’une arme et par personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions ». Seul l’agent qui est soupçonné d’être à l’origine d’un tir de LBD a été placé en détention. Les trois autres policiers ont été placés sous contrôle judiciaire avec « interdiction d’entrer en contact avec les coauteurs, la victime et les autres protagonistes, et interdiction d’exercer l’activité professionnelle de fonctionnaire de police ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Marseille - Violences et agressions

Aller plus loin

Affaire Hedi : le policier libéré, la victime dénonce «  une injustice  »

Hedi, le jeune homme de 22 ans qui a été gravement blessé à la tête par un tir de LBD fin juillet à Marseille en marge d’émeutes, désapprouve la remise en liberté du policier...

Abdelkarim et Mohamed, victimes de violences policières à Marseille

Blessé grièvement à l’œil lors des émeutes qui ont eu lieu à Marseille (Bouches-du-Rhône) à la suite de la mort de Nahel, adolescent de 17 ans, tué par la police fin juin,...

Détournement de 150 millions de dirhams à Agadir : la justice rend son verdict

Pas de situation atténuante pour « la dame de fer » du Souss, principale mise en cause dans une affaire de détournement et d’abus de confiance. Elle a écopé d’une lourde peine...

Mort de Mohamed Bendriss à Marseille : une vidéo incrimine la police

Une vidéo réalisée par un témoin montre comment Mohamed Bendriss, un jeune homme de 27 ans, a été tué d’un tir de Flash-ball à Marseille dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 juillet, en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.