Jalil, 15 ans, éborgné par la police : « Ça a touché le cerveau » (vidéo)

3 août 2023 - 23h00 - France - Ecrit par : A.P

Jalil, 15 ans, a été éborgné par des policiers à Chilly-Mazarin, en Essonne, dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 juillet où des casses ont été enregistrées en réaction à la mort de Nahel, le jeune de 17 ans tué lors d’un contrôle policier à Nanterre. Sa famille a déposé plainte auprès de l’IGPN.

Le jeune homme pensait avoir été touché par un tir de mortier, comme l’auraient déclaré les policiers aux secouristes. « Mais à l’hôpital, les médecins m’ont dit que c’était à cause d’un tir de flashball », confie-t-il à Street Press. Jalil et ses parents ont porté plainte à l’IGPN, convaincus que le jeune homme a été touché par une arme de la police. « Ça a touché le cerveau. À deux centimètres près, j’aurais pu perdre la vie. Je n’ai jamais eu la haine contre la police. C’est plus le policier qui m’a tiré dessus contre qui j’ai la haine », raconte-t-il.

À lire : Abdelkarim et Mohamed, victimes de violences policières à Marseille

« Ils l’ont cassé », lâche son père, Mohammed M., choqué et révolté parce que son fils « n’avait pas le droit de sortir », vu qu’il y avait un « couvre-feu dès 21 h » instauré par la maire de la ville, Rafika Rezgui. Le jeune homme avait rejoint un ami, place de la Libération, vers 22h30 ce jour-là. « On était une dizaine, on était comme en ligne. Un plus grand que moi allume un mortier et commence à viser les CRS. J’étais à côté et en une seconde, je me rends compte que je suis tout seul sur cette ligne. Ça s’est passé comme dans les films : j’ai entendu un boum », raconte-t-il. Après, c’est le trou noir. Jalil ne se souvient plus exactement de ce qu’il s’est passé.

« J’ai des flashs, comme si j’avais perdu connaissance et que je me réveillais 20 mètres plus loin en train de courir. Je ne sentais plus rien », poursuit-il, précisant avoir quitté les lieux en vacillant « comme s’il était bourré » et été poursuivi par les policiers dont l’un lui aurait tiré dessus. Transféré par les pompiers à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges « pour traumatisme crânien et maxillo-facial suite à des tirs de mortiers (reçus au visage) des CRS », il a été ensuite admis au service de neurochirurgie pédiatrique de l’Hôpital Rothschild à Paris.

À lire : Marseille : la mort troublante de Mohamed B.

De 13h, Jalil sort du bloc à 19h. « Ils m’ont expliqué que j’avais plein de sang dans le cerveau, que mon œil avait explosé ». Entendu par l’IGPN le 6 juillet, alors qu’il était encore en service de réanimation, le jeune homme affirme être en mesure de reconnaître le ou les auteurs du tir de flashball. Jalil a déjà quitté l’hôpital et suit un traitement à la maison pour que la plaie ne s’infecte pas. En septembre, il devrait obtenir une prothèse oculaire. « J’ai des migraines tout le temps. Je n’arrive plus à dormir le soir », se plaint le mineur qui ne peut plus « jouer au foot, ni aux jeux vidéo ». Déscolarisé depuis presque un an, il craint pour son avenir.

Sujets associés : France - Enfant - Vidéos - Violences et agressions - Bavure policière

Aller plus loin

Affaire Hedi : le policier libéré, la victime dénonce «  une injustice  »

Hedi, le jeune homme de 22 ans qui a été gravement blessé à la tête par un tir de LBD fin juillet à Marseille en marge d’émeutes, désapprouve la remise en liberté du policier...

Affaire Hedi : le policier reste en prison

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a prononcé, jeudi 3 août, le maintien en détention provisoire du policier de la brigade anticriminalité (BAC),...

Abdelkarim et Mohamed, victimes de violences policières à Marseille

Blessé grièvement à l’œil lors des émeutes qui ont eu lieu à Marseille (Bouches-du-Rhône) à la suite de la mort de Nahel, adolescent de 17 ans, tué par la police fin juin,...

Isère : Toufik perd l’usage de son pied droit après un tir de la police

Avant l’affaire Nahel, Toufik, un homme de 38 ans a frôlé la mort après un tir de la police municipale à Fontaine (Isère), près de Grenoble. Aujourd’hui, il a perdu l’usage de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».