Al Hoceima : quand la population préfère voitures et tentes au confort des foyers

1er mars 2004 - 14h26 - Ecrit par :

Al Hoceima, 01/03/04 - Il était onze heures du soir. Un reporter français s’est présenté devant la réception de l’hôtel "Al Maghrib Al jadid" à Al Hoceima pour demander s’il pouvait prendre les couvertures de sa chambre pour passer la nuit dans sa voiture. "Auriez-vous peur ?" lui demande l’employé sur le ton de la plaisanterie. "Je suis comme tous les autres, il est raisonnable de ne pas passer la nuit entre les mûrs ces jour-ci", réplique le journaliste.

Al Hoceima, 01/03/04 - Il était onze heures du soir. Un reporter français s’est présenté devant la réception de l’hôtel "Al Maghrib Al jadid" à Al Hoceima pour demander s’il pouvait prendre les couvertures de sa chambre pour passer la nuit dans sa voiture. "Auriez-vous peur ?" lui demande l’employé sur le ton de la plaisanterie. "Je suis comme tous les autres, il est raisonnable de ne pas passer la nuit entre les mûrs ces jour-ci", réplique le journaliste.

Cette scène est révélatrice de l’état d’esprit des habitants d’Al Hoceima et de ses alentours qui vivent dans la hantise de nouvelles secousses. Les habitations, pour la plupart sérieusement endommagées par le séisme et les répliques qui l’ont suivi, ne constituent plus des lieux sûrs comme ils furent naguère.

Depuis la nuit de lundi à mardi derniers, les populations de la région appréhendent les fissures dans les murs et scrutent l’horizon au moindre bruit suscité par les nombreux poids lourds qui acheminent les aides humanitaires destinées aux sinistrés.

En renonçant à l’idée de revenir à leurs maisons, ne serait que pour y passer la nuit et se réfugier de la vague de froid qui règne actuellement sur la région, l’attitude de la population serait à fortiori justifiée par un état psychique général.

"Compte tenu du risque de nouveaux effondrements causés de la succession de répliques, il devient impossible de convaincre les habitants que l’éventualité d’une forte secousse est peu probable", confie un agent des services de la protection civile.

Quant à lui, Abdallah qui habite dans la ville d’Al Hoceima, a décidé dès le premier jour après le séisme de passer la nuit chez lui sans se soucier d’un probable effondrement. Ahmed, la quarantaine, qui habite pourtant dans la localité de Targhist relativement éloignée de l’épicentre du séisme, affirme avoir passé deux nuits en dehors de son foyer de peur de le voir s’effondrer. "Mais le froid glacial nous a poussé à regagner nos maisons", a-t-il dit.

Même les journalistes ne sont pas en reste. Nombreux parmi eux qui ont déserté leurs chambres d’hôtel préférant passer la nuit dans les voitures.

Un journaliste travaillant pour une agence de presse arabe reconnaît être incapable de passer la nuit dans des bâtiments jusqu’à ce que cessent les répliques.

Toutefois, force est de constater que les habitants des centres urbains, où les constructions sont plus solides, commencent à regagner leurs maisons, poussés par le froid et convaincus que "rien ne peut repousser le destin".

A Al Hoceima, bien que la place de Mohammed V abrite toujours de nombreuses tentes de petite taille, les boutiques, les cafés et les restaurants ont rouvert leurs portes, ce qui constitue un indice sur un retour progressive à la vie normale.

Dans les environs, la majorité des habitants des villages refusent de gagner les campements collectifs même si leurs constructions en pisé sont les plus exposées au danger d’effondrement, et en dépit des conditions climatiques défavorables. Cet état de fait a poussé les autorités à dresser des tentes familiales pour convaincre les sans-abris d’y trouver refuge.

MAP

Tags : Caritatif - Al Hoceima - Séisme

Nous vous recommandons

Football : l’Algérie se prépare pour son match au Maroc

L’Algérie affronte Djibouti, le jeudi 2 septembre à Blida (20h), et le Burkina Faso, le mardi 7 septembre à Marrakech (Maroc). En marge de ces deux rencontres, la sélection algérienne de football a entamé ce lundi son stage de...

Vahid Halilhodzic change de méthode avec les joueurs marocains

Le rendez-vous manqué de Conakry en raison du coup d’État survenu le dimanche 5 septembre, a permis au sélectionneur des Lions de l’Atlas de travailler pour la cohésion du groupe perturbée depuis quelques jours par les différends nés de la non-convocation...

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris appelle les musulmans au vote sanction

Chems-Eddine Hafiz, recteur de la Grande Mosquée de Paris appelle l’ensemble des musulmans à voter massivement lors de l’élection présidentielle d’avril prochain, afin de sanctionner les candidats qui les « fustigent, les chantres du racisme et ceux qui...

Marrakech : les raisons de la hausse des tarifs dans les hammams

Aucun secteur d’activités n’échappe à l’inflation galopante. À Marrakech, les habitués des hammams peinent à comprendre les raisons pour lesquelles, les tarifs ont presque doublé pour, dit-on, faire face à la cherté du...

Deux meurtres en une semaine à Marrakech

À Marrakech, un individu a été tué à l’arme blanche et un autre est décédé après une altercation la semaine dernière. La police a réussi à arrêter les deux auteurs présumés.

Maroc : baisse des prix de l’immobilier

Les prix des actifs immobiliers au Maroc ont connu une baisse de 5,4 % au deuxième trimestre 2021, alors que pendant ce temps, le nombre de transactions a grimpé de 18,8 %.

Le Maroc impose une 3e dose du vaccin pour les voyages à l’étranger

Tout Marocain qui désire voyager à l’étranger doit obligatoirement prendre la 3ᵉ dose du vaccin anti-Covid, si la deuxième dose vaccinale (ou celle de la dose unique du vaccin J&J) remonte à plus de 4 mois, selon le ministère de la...

L’avis d’un spécialiste sur le "Tramdena", phénomène du Ramadan au Maroc

“Tramdena”, phénomène du ramadan au Maroc prend de l’ampleur chaque année. Le psychologue Reda Mhasni en décrypte les causes.

Maroc : voici la date de la rentrée scolaire

Les élèves marocains reprendront le chemin de l’école le 5 septembre prochain pour le compte de rentrée scolaire 2022-2023, selon le calendrier officiel dévoilé par le ministère de l’Éducation nationale.

Maroc : bonne nouvelle pour les soignants

Bonne nouvelle pour les milliers de soignants marocains. Ils vont enfin percevoir une autre tranche de la prime Covid promise par le gouvernement.