Arte : Au Maroc, le défi d’une école pour tous

11 mai 2004 - 12h14 - Culture - Ecrit par :

Avec 10 millions d’analphabètes, soit un tiers de sa population, le Maroc ne peut plus faire l’économie d’une réforme de son système éducatif. Depuis quatre ans, l’État a élaboré une charte qui positionne l’enseignement au coeur de son projet politique et vise à changer la donne. Une école en marche, qui s’appuie fortement sur la société civile mais se heurte à de nombreux obstacles.

Comment construire une école pour tous, moderne et performante, dans un pays où les problèmes sont si criants ? Absence de moyens financiers, poids des traditions et des mentalités, écarts sociaux, questions religieuses... Le chantier est colossal. Et on s’interroge sur les moyens effectifs dont dispose l’État marocain. Après avoir travaillé sur le système éducatif en Afghanistan et en Palestine, Benoît Califano, Marguerite Cros et Pierre Trouillet ont sillonné le royaume de Mohammed VI, des zones les plus reculées aux grandes villes comme Casablanca, Marrakech et Mekhnès. Leur état des lieux témoigne des efforts considérables engagés par le gouvernement mais révèle aussi d’inquiétantes disparités entre les régions.

Dans les villages isolés et très pauvres du Moyen Atlas, la lutte contre la déscolarisation est particulièrement difficile. Ici, beaucoup de parents peinent à considérer l’instruction comme moyen d’ascension sociale et préfèrent envoyer leurs enfants travailler aux champs. Mais les enseignants ont réussi à imposer une demi-journée quotidienne d’enseignement. Et sans fléchir, ils continuent à parcourir les villages voisins pour recenser les enfants non scolarisés.

De Meknès à Marrakech, on suit ici le travail d’associations comme Bayti-Meknès et Fondation Marrakech 21 qui accueillent les enfants des rues dans des écoles de fortunes ou organisent des cours du soir pour les adolescents déjà entrés dans la vie active. Pas à pas, ces initiatives portent leurs fruits.

A Casablanca, le contraste est saisissant. Ici écoles privées, lycées prestigieux, classes préparatoires qui ouvriront les portes des grandes écoles françaises fleurissent et font la fierté du pays. Mais un problème en chasse un autre. Car faute de débouchés professionnels, 90% de ces élèves ne reviendront pas dans leurs pays...

Au-delà du soutien aux structures associatives, l’État a engagé des réformes concrètes comme la mixité à l’école et a modifié le code de la famille. Les jeunes filles peuvent, elles aussi, aspirer à une éducation complète. Encore faut-il convaincre les pères de les laisser rejoindre les bancs de l’école et quitter le foyer familial... Là aussi, des associations de féministes parcourent le pays pour sensibiliser les familles. « L’éducation c’est une arme pour pouvoir réaliser nos projets », lance, déterminée, une jeune collégienne. Des paroles pleines d’espoirs et des initiatives qui prouvent que, malgré les déséquilibres, l’école marocaine est en marche.

« MAROC, L’ÉCOLE EN MARCHE », France 5, 15 h 45

Le Figaro

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Télévision - Education - Najat M’jid

Aller plus loin

Maroc : la rentrée scolaire aura bien lieu à la date fixée

Depuis quelques jours, des rumeurs circulent sur un supposé report de la rentrée scolaire au Maroc, en raison de la multiplication des cas de contamination au Covid-19. Faux !...

Ces articles devraient vous intéresser :

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Al Aoula : voici les nouveautés du Ramadan 2023

Cette année encore, la chaine de télévision marocaine Al Aoula a concocté un programme riche et varié afin d’accompagner ses téléspectateurs durant le mois de Ramadan. La nouvelle grille a été publiée à quelques jours du début du jeûne au Maroc.

Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour l’anglais. Il entend diffuser des informations dans cette langue qui est la plus parlée dans le monde, avec un total de plus de 1,4 milliard de locuteurs, afin d’attirer davantage les touristes anglophones.

Adil Rami arrive sur Amazon Prime Video

Le champion du monde 2018, Adil Rami, rejoint l’équipe de consultants d’Amazon Prime Video, où il participera à l’émission « Dimanche Soir Football », animée par Marina Lorenzo et Felix Rouah.

Des milliers de Marocains privés d’IPTV

Des milliers de Marocains amateurs de films, de séries et de télévision par Internet (IPTV) ont été récemment touchés par une action des forces de l’ordre européennes. Europol et le Service néerlandais d’informations et d’enquêtes fiscales (FIOD) ont...

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Le journaliste Rachid M’Barki sanctionné par BFMTV

La chaîne d’information en continu, BFMTV, a lancé un audit interne après la diffusion de contenus non vérifiés lors de l’émission « Le journal de la nuit » présenté par le journaliste Franco-marocain Rachid M’Barki.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.