Attentats de Bruxelles : les accusés boycottent le procès

14 septembre 2022 - 07h40 - Belgique - Ecrit par : G.A

Alors que les victimes des attentats de Bruxelles attendaient avec impatience l’ouverture du procès, les accusés dont Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, soutenus par leurs avocats, ont décidé de ne pas comparaître, évoquant des raisons jugées « grotesques » par les victimes.

Ouverte lundi matin, l’audience préliminaire qui annonce le début du procès des attentats de Bruxelles fait déjà face à des obstacles, notamment la question des box dans lesquels doivent rester les accusés tout au long de ce procès. Dans un premier temps, les accusés se sont présentés à l’audience, mais six d’entre eux ont finalement décidé de retourner en cellule. « On est comme des chiens ici », a tonné le Tunisien Sofien Ayari, complice de la fuite de Salah Abdeslam, en frappant du poing la paroi de son box, rapporte la RTBF.

À lire : Attentats de Bruxelles : la défense de Salah Abdeslam assurée par Delphine Paci

« Il n’y aura pas de procès si ces box sont maintenus », a affirmé Me Courtoy, l’avocat de Mehdi Nemmouche lors de cette première journée du procès. Il souligne que son client et les autres accusés refusent de comparaître dans de telles conditions. Pour Me Taelman, qui défend Bilal El Makhoukhi, « le dispositif » de sécurité était inédit. Aucun box, qui n’avait pourtant atteint ce stade, n’a passé le contrôle de la CEDH », a-t-elle affirmé. « Le risque existe de devoir faire annuler le procès si les box devaient a posteriori être jugés disproportionnés », a-t-elle déclaré.

À lire : Attentats à Bruxelles : le parquet veut juger huit personnes en assises

Mais pour les services de police, les box ont été conçus pour assurer la sécurité de tous, les accusés y compris. Mais les avocats et leurs clients ne l’entendent pas de cette oreille. « Qu’on rase ces box totalement grotesques », a exigé lundi l’avocat Sébastien Courtoy, conseil de Smail Farisi. « Un avocat et un client, c’est un binôme, on doit pouvoir percevoir ses émotions, pouvoir être en contact avec lui », a expliqué Me Vincent Lurquin, avocat de l’accusé Hervé Bayingana Muhirwa. « Si à chaque fois, vous devez téléphoner à votre client – puisque c’est cela qu’on nous propose –, ce n’est pas possible de travailler dans ces conditions ».

À lire : Belgique : Mohamed Abrini ne veut pas être transféré à Haren

Pour Me Delphine Paci, avocate de Salah Abdeslam, les box ainsi conçus violent la Convention européenne des droits de l’Homme, précisant que son client par solidarité, refuse de comparaître dans ces conditions. Salah Abdeslam refuse de comparaître « par solidarité ». En effet, il avait fait un choix opposé, disant à la présidente « je souhaite assister à l’audience ». Mais il s’est vite rétracté. « J’ai décidé de refuser de comparaître par solidarité avec les coaccusés », a-t-il expliqué quelques minutes plus tard, en dénonçant la présence des box vitrés. « C’est inéquitable alors qu’on nous a promis un procès équitable ».

À lire : Attentats de Bruxelles : près de 60 millions d’euros versés aux victimes

Des arguments que rejettent les victimes des attentats du 22 mars 2016, selon Me Marye Alié, qui défend les intérêts du collectif Life4Brussels. Selon elle, c’est un mélange de sentiment enregistré au niveau des victimes. Certaines ont peur, d’autres sont en colère de l’attention portée aux accusés aujourd’hui, alors qu’elles sont les plus à plaindre dans ce dossier. « On parle ici du comment les juger. L’essentiel, pour les victimes, c’est le pourquoi. Les victimes ont des craintes par rapport au mutisme des accusés. Il est important qu’ils soient dans des conditions adéquates pour s’exprimer et que les victimes soient, elles aussi, dans de bonnes conditions pour écouter », a martelé l’avocate de Life4Brussels. Tous les regards sont tournés vers la présidente de la cour d’assises dont la décision est attendue vendredi prochain à 14 heures, en présence des parties concernées.

Sujets associés : Bruxelles - Terrorisme - Procès - Attentat - Salah Abdeslam - Mohamed Abrini

Aller plus loin

Coup d’éclat du Marocain Ibrahim Farisi au procès des attentats de Bruxelles

Le Marocain Ibrahim Farisi, l’un des deux accusés comparaissant libres au procès des attentats du 22 mars 2016, a fait un nouveau coup d’éclat en perturbant les débats lors de...

Procès des attentats de Bruxelles : le portrait d’Ali El Haddad Asufi dressé

Le procès des attentats de Bruxelles continue de livrer ses secrets. À l’audience de jeudi, les juges d’instruction ont dressé le portrait du Belgo-marocain Ali El Haddad Asufi,...

Attentats à Bruxelles : le parquet veut juger huit personnes en assises

Un document de 57 pages en guise de réquisitoire de renvoi dans le dossier des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016. Le parquet fédéral requiert le renvoi en assises de huit...

Attentats de Bruxelles : Salah Abdeslam au banc des accusés

Salah Abdeslam, terroriste djihadiste français d’origine marocaine, ayant grandi en Belgique, a été formellement inculpé dans le dossier des attentats du 22 mars 2016, à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations relatives aux passagers et aux vols aériens.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...