Attentats de Madrid : 29 accusés, majoritairement marocains !

16 février 2007 - 00h00 - Espagne - Ecrit par : L.A

Le procès des attentats de Madrid s’est ouvert ce jeudi sous haute surveillance policière. 29 accusés, pour la plupart marocains, comparaissent dans cette affaire. L’un des cerveaux présumés des attaques de 2004, qui a dans un premier temps refusé de répondre aux questions, a par la suite décidé de ne s’adresser qu’à ses avocats.

29 accusés, 600 témoins, 100 experts, plusieurs centaines de policiers… C’est le bilan chiffré de l’ouverture, ce jeudi, à la Haute cour de justice, du procès des attentats de Madrid du 11 mars 2004, qui ont coûté la vie à 191 personnes et blessé 1 824 autres. Majoritairement marocains, les suspects, inculpés pour appartenance à une organisation terroriste et/ou meurtre, comparaissent dans le box blindé des accusés. Parmi eux, des petits délinquants embrigadés pour mener une guerre sainte et sept principaux instigateurs des attaques, revendiquées par le groupe terroriste Al-Qaida. Des attaques qualifiées par le quotidien espagnol El Pais de « plus grand massacre islamiste en Europe ».

Rabei Ousmane Sayed Ahmed, dit « Mohammed l’Egyptien », compte parmi les gros bonnets. A l’ouverture du procès, s’exprimant en arabe, il a expliqué : « Monsieur le président, avec tout le respect, je ne reconnais aucune des accusations, aucune des dénonciations. (…) Et avec tout le respect, monsieur le président et messieurs les magistrats, je ne vais répondre à aucune question, même à celles de mon avocat ». Le principal accusé, qu’un enregistrement incrimine, a toutefois revu sa décision et décrété qu’il ne parlererait qu’avec ses défenseurs.

Les arrestations continuent

Le procès, retransmis en direct à la télévision et sur Internet, doit notamment déterminer comment la cellule terroriste s’est développée sur le sol espagnol. Des éléments de réponse figurent d’ores et déjà dans l’imposant dossier d’accusation (quelque 100 000 pages). Selon le document, le trafic de drogue (haschisch, ecstasy) a permis de financer la dizaine d’attentats qui se sont produits quasi-simultanément dans quatre trains de banlieue se dirigeant vers la gare madrilène d’Atocha. Pour obtenir les explosifs, les terroristes, qui voulaient punir l’engagement de troupes espagnoles en Irak, sont entrés en contact avec des mineurs des Asturies. Neuf Espagnols comparaissent d’ailleurs dans ce cadre.

Le procès devrait durer six mois et le verdict pourrait tomber en octobre. Mais tous les complices n’ont pas encore été arrêtés : la police a mis la main sur six personnes qui auraient aidé des responsables à prendre la fuite.

Afrik.Com - Habibou Bangré

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Madrid - Terrorisme - Al Qaïda - Droits et Justice

Aller plus loin

Attentats de Madrid : deux Marocains seront libérés cette année

Trois des 18 condamnés pour les attentats de Madrid sortiront de prison cette année. Il s’agit d’Antonio Toro, Rachid Aglif et Mohamed Bouharrat. Les principaux accusés finiront...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.