Attentats : l’intégriste français aurait rencontré ben Laden

5 juin 2003 - 12h09 - Monde - Ecrit par :

L’intégriste français arrêté au Maroc, dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Casablanca, aurait rencontré Oussama ben Laden en Afghanistan, selon des "révélations" de presse qui lui prêtent mercredi un rôle de premier plan dans la filière terroriste.

Pierre Robert, alias "Abou Abderrahmane" a été arrêté mardi à Tanger (nord), soupçonné d’être lié aux attentats du 16 mai qui ont fait 43 morts à Casablanca. Il s’agit du premier non-Marocain cité dans l’enquête.

Le nom de famille du suspect français est Robert et son premier prénom Pierre, a appris l’AFP mercredi à Lyon, les deux autres prénoms cités auparavant dans l’enquête marocaine, Antoine et Richard, n’étant que ses deuxième et troisième prénoms.

"L’homme qui a rencontré ben Laden", titre le quotidien Al Bayane publiant la photo de Pierre Robert à côté de celle du chef d’Al Qaïda. Le Français "a rencontré Oussama ben Laden et a subi en Afghanistan une formation adaptée à l’exécution des attentats terroristes", assure le journal.

La rencontre du suspect français avec ben Laden et ses "bonnes relations" avec les groupes islamistes à l’étranger ont conduit des intégristes marocains à en faire leur "émir", affirme de son côté Assabah.

A Tanger où il résidait avec sa femme marocaine et ses deux enfants, Robert Richard a constitué une cellule de huit membres qui se réunissait notamment "dans le quartier Saddam, construit anarchiquement après la guerre du golfe au début des années 90", rapporte Al Ahdath Al Maghribia.

Le suspect français s’est également distingué auprès des intégristes marocains par sa maîtrise de la langue arabe, ajoute ce journal.

Il assurait la coordination entre les membres de la Salafia Jihadia de Tanger (nord) et de Fès (centre), écrit encore Al Ahdath qui établit, comme plusieurs journaux, un lien direct entre le Français et ce groupe intégriste interdit auquel appartiennent de nombreux suspects déjà arrêtés.

Des attentats devaient être perpétrés à Fès avant ceux du 16 mai à Casablanca, précise Al Ahdath Al Maghribia. Mais l’étroite surveillance policière des membres de la Salafia Jihadia dans cette ville a conduit les intégristes à reporter leur projet, ajoute-t-il.

D’autres étrangers venant de France, de Grande Bretagne, de Libye et d’Algérie, feront l’objet de nouveaux avis de recherche, croit savoir de son côté Al Ittihad Al Ichtiraki.

Selon ce journal, un ressortissant turc aurait été arrêté au Maroc dans le cadre de l’enquête sur les attentats. "Il pourrait avoir des relations avec Pierre Robert du fait que ce dernier s’est converti à l’islam en Turquie où il a passé plusieurs années".

Les autorités marocaines, qui considèrent Pierre Robert comme "dangereux", n’ont pas encore fourni mercredi d’indications sur son rôle dans les attaques-suicide de Casablanca.

AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Terrorisme - Attentats de Casablanca

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.