Et si on construisait un barrage entre le Maroc et l’Espagne ?

6 décembre 2021 - 17h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alexandre Meinesz, biologiste marin au CRNS à Nice propose la construction d’un barrage à Gibraltar — entre la pointe de l’Espagne et le Maroc — pour contrer efficacement la montée des eaux. Une solution innovante qu’il estime moins coûteuse que le financement de tous les travaux liés à la montée des eaux.

Une construction de 32 km entre la pointe de l’Espagne et le Maroc, en arc-de-cercle, pour éviter les profondeurs maximales de 800 m. Alexandre Meinesz reprend cette idée de l’Allemand Herman Sörgel qui date des années 1920. L’infrastructure comprendra d’immenses blocs de bétons, pouvant aller jusqu’à 300 m de fonds, avec des caissons creux à cheval pour laisser passer l’eau, une autoroute et une voie ferroviaire pour relier les deux continents, des écluses pour laisser passer les bateaux et des turbines hydroélectriques, détaille Midi Libre.

À lire : Rabat et Casablanca menacés par la montée des océans

« C’est une idée un peu utopique mais quand on compare ce que vont coûter la montée des eaux d’un mètre et la construction du barrage, on est dans un rapport du simple au triple. […] Ce barrage ferait baisser la mer de vingt centimètres », tente de convaincre le biologiste marin, Alexandre Meinesz. « Il y a une série de bombes à retardement qui arrivent comme la fonte du permafrost qui va libérer du méthane 60 fois plus puissant que le CO2. La mer va monter beaucoup plus vite que prévu et pour moi c’est la pire des conséquences du réchauffement climatique pour les régions littorales. Cela va entraîner la construction de digues, d’épis, la remontée des quais de tous les ports et des estuaires avec des coûts faramineux », argumente-t-il.

Pour le chercheur, la réalisation de ce barrage appelle à une volonté commune de tous les États riverains pour le cofinancer. Il estime que les dix ans de travaux et de bétonnage en mer ne sont pas comparables au barrage. « Mais 32 km de béton, ce n’est pas comparable aux 4 700 km de côte à artificialiser », dit-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Nature - Environnement

Aller plus loin

Évaporation des eaux dans les barrages du Maroc : les centrales solaires comme solution ?

Le Maroc veut lutter contre l’évaporation des eaux dans les barrages. Une étude des centrales solaires a été confiée à l’allemand Suntrace par Masen. L’adoption du...

Rabat et Casablanca menacés par la montée des océans

Les villes de Rabat et de Casablanca font partie des villes qui sont menacées par la montée des océans, d’après un rapport publié lundi par l’institut Climate Central qui...

Le Maroc a encore « provoqué » l’Espagne

Le directeur de l’Observatoire de Ceuta et Melilla, Carlos Echeverría, estime que les relations entre l’Espagne et le Maroc ont toujours été ponctuées de crises, et qu’il ne...

Le Maroc veut utiliser des missiles israéliens pour contrôler le détroit

Le Maroc envisage de déployer des missiles israéliens Rafael dans les régions de Tanger et de Nador pour mieux contrôler le détroit de Gibraltar. Ceci, en réponse à la décision...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Autoroutes du Maroc : un nouveau projet passe mal

Anouar Benazzouz, directeur général de la Société nationale des autoroutes du Maroc, a annoncé le lancement d’un projet de reboisement des abords des autoroutes marocaines.

Mondial 2030 : les Marocains contraints de se mettre au tri sélectif

Le Maroc va mobiliser près de 6 milliards de dirhams pour la mise en œuvre du projet de tri des déchets dans les six villes devant accueillir les matchs de la coupe du monde 2030 qu’il co-organise avec l’Espagne et le Portugal.

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Des chercheurs marocains révolutionnent l’isolation des habitations

Des chercheurs marocains des Universités Moulay-Ismail de Meknès et de Rabat ont développé une nouvelle méthode d’isolation des habitations. Celle-ci est écologique et surtout économique.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Maroc : voici les plages les plus propres cette année (classement 2023)

Le Pavillon Bleu, label international dédié à qualité des plages et des ports de plaisance, flottera sur 27 plages marocaines et trois marinas lors de la saison estivale 2023. Les voici