Et si on construisait un barrage entre le Maroc et l’Espagne ?

6 décembre 2021 - 17h40 - Ecrit par : S.A

Alexandre Meinesz, biologiste marin au CRNS à Nice propose la construction d’un barrage à Gibraltar — entre la pointe de l’Espagne et le Maroc — pour contrer efficacement la montée des eaux. Une solution innovante qu’il estime moins coûteuse que le financement de tous les travaux liés à la montée des eaux.

Une construction de 32 km entre la pointe de l’Espagne et le Maroc, en arc-de-cercle, pour éviter les profondeurs maximales de 800 m. Alexandre Meinesz reprend cette idée de l’Allemand Herman Sörgel qui date des années 1920. L’infrastructure comprendra d’immenses blocs de bétons, pouvant aller jusqu’à 300 m de fonds, avec des caissons creux à cheval pour laisser passer l’eau, une autoroute et une voie ferroviaire pour relier les deux continents, des écluses pour laisser passer les bateaux et des turbines hydroélectriques, détaille Midi Libre.

À lire : Rabat et Casablanca menacés par la montée des océans

« C’est une idée un peu utopique mais quand on compare ce que vont coûter la montée des eaux d’un mètre et la construction du barrage, on est dans un rapport du simple au triple. […] Ce barrage ferait baisser la mer de vingt centimètres », tente de convaincre le biologiste marin, Alexandre Meinesz. « Il y a une série de bombes à retardement qui arrivent comme la fonte du permafrost qui va libérer du méthane 60 fois plus puissant que le CO2. La mer va monter beaucoup plus vite que prévu et pour moi c’est la pire des conséquences du réchauffement climatique pour les régions littorales. Cela va entraîner la construction de digues, d’épis, la remontée des quais de tous les ports et des estuaires avec des coûts faramineux », argumente-t-il.

Pour le chercheur, la réalisation de ce barrage appelle à une volonté commune de tous les États riverains pour le cofinancer. Il estime que les dix ans de travaux et de bétonnage en mer ne sont pas comparables au barrage. « Mais 32 km de béton, ce n’est pas comparable aux 4 700 km de côte à artificialiser », dit-il.

Tags : Nature - Environnement

Aller plus loin

Le Maroc a encore « provoqué » l’Espagne

Le directeur de l’Observatoire de Ceuta et Melilla, Carlos Echeverría, estime que les relations entre l’Espagne et le Maroc ont toujours été ponctuées de crises, et qu’il ne...

Rabat et Casablanca menacés par la montée des océans

Les villes de Rabat et de Casablanca font partie des villes qui sont menacées par la montée des océans, d’après un rapport publié lundi par l’institut Climate Central qui revient sur...

Évaporation des eaux dans les barrages du Maroc : les centrales solaires comme solution ?

Le Maroc veut lutter contre l’évaporation des eaux dans les barrages. Une étude des centrales solaires a été confiée à l’allemand Suntrace par Masen. L’adoption du photovoltaïque...

Le Maroc veut utiliser des missiles israéliens pour contrôler le détroit

Le Maroc envisage de déployer des missiles israéliens Rafael dans les régions de Tanger et de Nador pour mieux contrôler le détroit de Gibraltar. Ceci, en réponse à la décision de...

Nous vous recommandons

Discours du roi Mohammed VI aujourd’hui

Le roi adressera ce samedi 6 novembre 2021 à 21H00, un discours à l’occasion du 46ᵉ anniversaire de la Marche Verte. L’annonce a été faite dans un communiqué du ministère de la Maison royale, du Protocole et de la...

France : une nouvelle loi sur l’immigration en préparation

Le gouvernement français entend réformer profondément l’immigration. Dans ce sens, le ministère de l’Intérieur prépare « un texte important » devant tenir compte des propositions — comme la création d’une agence unique d’asile avec la fusion de l’Office...

L’hôtelier portugais Pestana s’installe à Tanger

Le groupe hôtelier portugais Pestana s’installe à Tanger, après Casablanca et Marrakech. La nouvelle unité ouvre ses portes demain, lundi 22 novembre.

Younes Belhanda dit tout le mal qu’il pense de Vahid Halilhodžić

L’international marocain Younès Belhanda revient sur son absence en sélection marocaine et en évoque les vraies raisons. Il ne veut plus rejoindre l’effectif des Lions de l’Atlas même si le sélectionneur Vahid Halilhodžić le...

Al-Nassr : Abderrazak Hamdallah au cœur d’une violente bagarre (Vidéo)

L’attaquant marocain Abderrazak Hamdallah n’oubliera pas de si tôt la soirée du mardi 19 octobre 2021. Éliminé de la Ligue des Champions de l’AFC, il s’est battu avec un défenseur de l’équipe adverse avant d’essuyer des insultes venant d’un...

Sebta se meurt sans Marocains

Deux mois après la réouverture de la frontière de Sebta avec le Maroc, le trafic de marchandises n’a toujours pas repris. Les entreprises locales demandent aux autorités de prendre les dispositions pour trouver une solution à ce problème qui bloque la...

BAM : une étude pour expliquer les transferts records des MRE

Bank al-Maghrib (BAM) va mettre sur pied une commission ad hoc qui sera chargée d’apporter des explications sur la hausse spectaculaire des transferts de la diaspora marocaine enregistrée cette année.

Enseignement supérieur : le Maroc fait appel aux MRE

Le Maroc envisage de recourir à ses compétences à l’étranger pour améliorer la qualité de l’enseignement supérieur dans ses universités. Une réforme est en cours de préparation pour revoir le cadre légal régissant la...

Maroc : le Covid-19 met à genoux l’immobilier

Déjà en difficulté, le secteur de l’immobilier s’est davantage fragilisé avec l’avènement de la crise sanitaire. Malgré la reprise des activités, le secteur a du mal à sortir la tête de l’eau, poussant les acteurs à réclamer un plan de sauvetage...

L’Ukraine rappelle son ambassadrice au Maroc

Les ambassadeurs ukrainiens au Maroc et en Géorgie ont été rappelés par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en raison de leur incapacité « à défendre les intérêts du pays ».