Belgique : un élu affirme sa ferme opposition au port de voile

29 mai 2021 - 10h40 - Ecrit par : A.S

Le président du Mouvement réformateur (MR), Georges-Louis Bouchez a réagi à la condamnation de la STIB par le tribunal du travail de Bruxelles qui avait reçu une plainte pour discrimination fondée sur les convictions religieuses et sur le genre. Elle encourage la société à interjeter appel.

Une femme de confession musulmane portant le foulard et à la recherche d’un emploi avait déposé plainte contre la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB), rapporte la Ligue des Droits Humains. Dans sa plainte, elle a expliqué avoir sollicité les agences d’intérim et postulé à la STIB en décembre 2015 et janvier 2016. Mais sa candidature n’a pas été évoquée. Les agences de recrutement lui ont expliqué que la STIB a adopté une politique de neutralité qui n’autorise aucun signe convictionnel et qu’elle devrait s’y conformer en retirant son foulard. Choquée, elle porta alors plainte contre la société. Selon le tribunal de Bruxelles, cette politique est contraire à la loi. La société de transport bruxellois sera condamnée pour discrimination fondée sur les convictions religieuses et sur le genre.

Cette décision n’a pas plu au président du MR. Georges-Louis Bouchez encourage la STIB à faire appel. Il entend mener des actions au sein du Parlement. « Nous allons déposer des propositions de décrets, d’ordonnances et de lois parce qu’il faut quitter cette hypocrisie. On ne peut pas dire tout le temps que notre État est neutre, et ne pas assumer ces conséquences. Il faut demander la neutralité aux agents de l’État », a-t-il déclaré sur Bel RTL.

« Pour les Libéraux, la liberté de conviction est absolue. Les gens peuvent porter les signes qu’ils souhaitent, de pratiquer la religion qu’ils souhaitent. Mais quand on est un agent de l’État, on doit se conformer à la neutralité. Donc on a le choix : si évoquer sa conviction religieuse ou politique est plus important que le reste, vous ne pouvez pas être un agent de l’État », a-t-il rappelé.

Le sénateur donne deux exemples pour expliquer sa position. Premier exemple : « Ce n’est pas parce que quelqu’un a été candidat à une élection que lorsqu’il est au guichet, de l’administration communale par exemple, il porte le pin’s de son parti politique ». Second exemple : « Si demain, il y a au guichet un homme avec une kippa (calotte portée traditionnellement par les Juifs pratiquants), dans une administration bruxelloise, est-ce que vous pensez que ça ne va pas déterminer quelle file prendront certaines personnes ? Je ne veux pas de cette société de division ».

Tags : Belgique - Bruxelles - Plainte

Aller plus loin

Bruxelles : la Stib prend acte de sa condamnation sur le port du voile

Le comité de gestion de la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) réuni lundi en début de soirée a décidé, à l’issue d’un vote étriqué, de prendre acte du jugement...

Bruxelles : des manifestants disent non à l’interdiction du port de voile dans les écoles supérieures

La marche contre l’interdiction du port de voile dans les hautes écoles à Bruxelles, a eu lieu dimanche après midi au Mont des Arts. Les manifestants venus par centaines, selon...

Ihsane Haouach, première femme voilée commissaire du gouvernement en Belgique

La Belgo-marocaine Ihsane Haouach, a été nommée commissaire du gouvernement chargée de l’égalité femmes-hommes, devenant ainsi la première femme voilée à occuper ce poste en Belgique....

En Belgique, une motion sur le port de voile divise la classe politique

Le débat sur le port de signes religieux au sein de l’administration belge refait surface à travers une motion portant sur le sujet au conseil communal de Molenbeek. Une motion...

Nous vous recommandons

Vacances scolaires : voici les recommandations d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner convenablement sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires.

La Mauritanie renforce sa frontière avec le Sahara

La Mauritanie vient d’installer trois radars de surveillance près de la frontière avec le Sahara, dans la ville de Zouerate, à environ 700 kilomètres au nord de Nouakchott.

Réaction du Hamas suite à la visite de Yaïr Lapid au Maroc

Le mouvement palestinien du Hamas a réagi à la visite historique de Yaïr Lapid, ministre israélien des Affaires étrangères au Maroc. Il estime que cette visite « embellit le visage de l’occupation israélienne...

Un MRE recherché par la police de Sidi Slimane

Un Marocain résidant aux Pays-Bas est activement recherché par les autorités marocaines. Il a arnaqué pour 20 millions de dirhams des jeunes chômeurs à Sidi Slimane à qui il promettait des contrats de travail en...

Le gazoduc Nigeria-Maroc, l’alternative pour l’Europe pour s’approvisionner en gaz ?

Après l’invasion russe en Ukraine, l’Europe est à la recherche d’alternatives énergétiques et l’une d’entre elles pourrait être l’importation de gaz via le gazoduc Nigeria-Maroc.

Sebta et Melilla : le Maroc accusé de bloquer le trafic de marchandises

Aucune marchandise à destination du Maroc n’est autorisée à traverser les postes frontaliers de Beni Ensar à Melilla et de Tarajal à Sebta depuis la réouverture des frontières le 17 mai. Les hommes d’affaires des deux villes autonomes appellent à une...

La crise Maroc-Espagne a profité aux compagnies maritimes française et italienne

Deux compagnies maritimes, l’une française et l’autre italienne, ont bien tiré profit de la crise diplomatique entre Rabat et Madrid. La compagnie marseillaise La Méridionale a renforcé sa ligne avec Tanger Med, augmentant le flux de passagers et de...

Maroc : vers une révision de l’impôt sur le revenu ?

Bonne nouvelle pour les salariés marocains. Les dispositions fiscales notamment l’impôt sur le revenu pourraient être revues, pour atténuer la hausse des prix des denrées de première nécessité. Les spécialistes étudient la question pour le compte de la Loi de...

Mort d’un Marocain dans un terrible accident en Espagne

Un Marocain a perdu la vie samedi à Vilagarcía après que sa voiture a chuté dans un ravin de six mètres de profondeur.

Au Maroc, les spoliations immobilières ont encore de beaux jours devant elles

Malgré sa publication au Bulletin officiel le 26 août 2019, la loi 31-18 relative à l’enregistrement des procurations et des sociétés civiles immobilières aux registres électroniques dédiés n’est toujours pas en vigueur à cause de l’absence des textes...