Ihsane Haouach démissionne pour «  attaques personnelles  » et «  cyberharcèlement  »

12 juillet 2021 - 09h20 - Ecrit par : G.A

La commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes (IEFH), Ihsane Haouach, cède sous la pression de certains partis d’opposition et même de l’intérieur du gouvernement comme le MR, qui se sont attaqués à son voile. Elle a annoncé vendredi soir sa démission, pour, a-t-elle dit, se préserver du cyberharcèlement et des attaques personnelles, dont elle affirme faire l’objet.

Nommée fin mai par la Secrétaire d’État à l’Égalité des chances, Sarah Schlitz, la commissaire du gouvernement auprès de l’IEFH, Ihsane Haouach remet sa démission. Pour certains, la polémique suscitée par ses propos sur la séparation de l’Église et de l’État serait à la base de cette décision.

Mais pour elle ses difficultés ont commencé bien avant. «  Depuis ma nomination, je fais l’objet de violentes attaques personnelles qui n’ont été qu’en s’amplifiant. Indépendamment de ma nomination, le débat sur la neutralité est légitime, mais il ne peut se faire dans une volonté de nuire  », a-t-elle indiqué dans une lettre adressée à la secrétaire d’État et rendue publique par son cabinet, rapporte bx1.

À lire : Ihsane Haouach invitée à retirer son voile

Pour celle dont la nomination avait été contestée à cause de son voile, il lui était difficile de continuer à évoluer dans un environnement fait de «  mises en cause et des attaques personnelles incessantes  ». C’est donc face à tout cela que «  j’ai décidé de présenter ma démission pour me préserver du cyberharcèlement que je subis, préserver mes proches ainsi que l’institution et le combat qu’elle porte  ».

Elle ajoute que démissionner ne veut pas dire qu’elle met fin à son engagement et à son combat pour l’égalité et les droits fondamentaux. Je continuerai à défendre ces causes sous d’autres formes. En attendant, je veux prendre le recul nécessaire  », écrit-elle, avant de remercier tous ceux qui l’ont soutenue tout au long de cette période difficile.

Dans une déclaration vendredi soir, en réaction à la démission de Ihsane Haouach, la Secrétaire d’État a indiqué qu’elle regrette cette décision. «  J’ai pris acte de la décision de Madame Haouach que je regrette. Elle avait été désignée pour cette mission parce qu’elle dispose des qualités requises, notamment en matière de gestion  », a-t-elle souligné.

«  Je comprends qu’elle aspire à pouvoir continuer sereinement son parcours professionnel et à faire cesser l’acharnement qu’elle subit depuis de nombreuses semaines. Je respecte bien entendu son choix et je lui souhaite de s’épanouir dans la suite de son parcours  », a conclu la secrétaire d’État.

À lire : Port du voile en Belgique : regards croisés sur la neutralité et la laïcité

Le MR, à travers son président Georges-Louis Bouchez, était le premier à contester cette désignation de la commissaire. «  La désignation d’une femme portant un signe convictionnel comme commissaire du gouvernement de l’institut de l’égalité des femmes et des hommes est totalement contraire au principe de neutralité de l’État  », avait-il écrit sur Twitter. À l’annonce de sa démission, il s’est réjoui de cette décision, qui selon lui, était «  la seule solution  ». «  La démission de la commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes (IEFH), Ihsane Haouach, était la seule solution. La neutralité de l’État est intangible. Le respect des personnes doit rester de mise. Ainsi, le combat est contre le communautarisme, pas contre des individus ; pour un réel vivre ensemble  », a-t-il écrit sur Twitter.

À lire : Belgique : le parti socialiste appelle à l’interdiction du port du voile dans le secteur public

Avant d’être désignée à l’IEFH, Ihsane Haouach, diplômée de la Solvay Business School, était administratrice du Brugel, l’autorité de régulation pour les marchés de l’électricité, du gaz et de l’eau à Bruxelles. Elle est également à l’origine de plusieurs initiatives en faveur des jeunes et des femmes.

Tags : Belgique - Voile islamique

Aller plus loin

France : rejet d’un amendement anti-voile pour les assesseurs de bureaux de vote

L’Assemblée nationale a rejeté mardi 29 juin un amendement des élus du Modem visant à interdire aux assesseurs le port de signes ostensibles, notamment le voile islamique dans les...

Port du voile en Belgique : regards croisés sur la neutralité et la laïcité

En Belgique, la condamnation de la Stib par le tribunal du travail de Bruxelles pour discrimination fondée sur les convictions religieuses et le genre a relancé le débat sur les...

Belgique : le parti socialiste appelle à l’interdiction du port du voile dans le secteur public

Le Parti Socialiste (PS) s’invite dans le débat sur le voile et appelle à l’interdiction du port des signes convictionnels pour les agents qui exercent des fonctions...

Port du voile : après la condamnation de la STIB, le gouvernement bruxellois tranche

Condamnée pour discrimination à l’égard d’une candidate à l’emploi portant le voile, la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) avait décidé ne pas interjeter appel....

Nous vous recommandons

France : excédé par le racisme, un Marocain envisage de fermer son commerce

Mouhssine Zouine, gérant d’une boulangerie ouverte en octobre 2020 sur l’avenue de Chatte à Saint-Marcellin envisage de fermer son commerce en raison du racisme dont il est victime quotidiennement.

Les parents de Monim, rapatrié, regrettent son retour au Maroc

Monim Almaymoni fait partie de la première vague de mineurs du centre sportif de Santa Amelia rapatriés au Maroc. Ses parents, qui l’ont poussé à partir, regrettent son retour. Le jeune homme aussi guette la moindre occasion pour retourner à...

Vague de chaleur dans plusieurs provinces marocaines (+48 degrés)

Une vague de chaleur, type Chergui, est attendue dans la majeure partie du Maroc à partir de vendredi 9 juillet, avec des températures qui connaîtront une hausse sensible. Cette hausse dépassera la normale mensuelle de 5 à 10...

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un mariage...

Réouverture des frontières marocaines : décision imminente

La décision d’ouvrir ou non les frontières marocaines sera prise dans les prochains jours, vient d’affirmer le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Maroc : Alstom face à une concurrence féroce pour les lignes TGV

Le français Alstom aura face à lui des industriels, notamment chinois, lors des prochains appels d’offres que lancera le Maroc pour ces deux nouvelles lignes ferroviaires à grande vitesse.

Maroc : fin des regroupements familiaux dans les tribunaux

Les nombreuses plaintes enregistrées sur les relations de parenté dans les tribunaux ont trouvé une oreille attentive. Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mohamed Abdennabaoui, a suspendu les regroupements familiaux dans les...

Une Youtubeuse américaine en fuite au Maroc pour échapper à la justice

Après avoir perdu son procès en appel contre la rappeuse américaine Cardi B. qu’elle avait taxée de « prostituée » et de « cocaïnomane et qui a de l’herpès », la Youtubeuse américaine Tasha K. s’est enfuie vers le Maroc pour ne pas avoir à payer 4 millions de...

Le Polisario somme les entreprises espagnoles de quitter le Sahara

Le Front Polisario demande aux 14 entreprises espagnoles exerçant au Sahara de quitter « immédiatement » le territoire, annonçant une intensification de l’action militaire contre le Maroc.

Le dirham poursuit sa baisse face à l’euro

La devise marocaine est restée presque stable vis-à-vis du dollar américain et s’est dépréciée de 0,36 % face à l’euro, au cours de la période allant du 06 au 12 janvier 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...