Berlusconi tente de falsifier la date de naissance de Ruby

11 mars 2011 - 16h00 - Monde - Ecrit par : J.L

Deux Italiens accompagnés d’un Marocain auraient tenté de corrompre une responsable du service d’état civil de Fkih Bensalah, ville natale de Karima El Mahroug alias Ruby, pour falsifier l’acte de naissance de cette dernière, rapporte le quotidien italien Il Fatto Quotidiano.

Les trois individus auraient en effet demandé à la responsable marocaine de transformer la date de naissance de Karima El Mahroug de 1992 à 1990 moyennant une grosse somme d’argent.

L’article accompagné d’une vidéo paru jeudi, se base sur le témoignage de la responsable de l’état civil approchée par les trois hommes. Ceux-ci l’auraient invité à les rejoindre en dehors des locaux du l’établissement public, pour lui proposer de falsifier l’acte de naissance de Ruby.

La vidéo montre la ville de Fkih Bensaleh et en gros plan une copie originale de l’acte de naissance de Ruby avec sa date de naissance (1er novembre 1992). La femme qui témoignait à visage caché explique que l’homme a beaucoup insisté pour avoir l’acte de naissance falsifié.

Pour rappel, les avocats de Sivio Berlusconi avaient affirmé début mars que les parents de l’escort girl auraient attendu deux ans avant de faire enregistrer sa naissance auprès de l’état civil marocain, tentant de démontrer que la jeune femme était majeure au moment des faits.

Cette fausse preuve, qui aurait pu faire tomber à l’eau les poursuites entamées à l’encontre de Berlusconi dont le procès qui s’ouvrira le 6 avril prochain, pourrait désormais se retourner contre lui.

Vidéo :

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Italie - Administration - Fkih Ben Saleh - Rubygate - Karima El Mahroug

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».

Maroc : mise en garde contre les constructions illégales

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté des clarifications au sujet des démolitions dans les zones côtières.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Le Maroc simplifie encore plus les procédures administratives

Le gouvernement entend simplifier et digitaliser prochainement quelque 2500 procédures. C’est ce qu’a déclaré Ghita Mezzour, ministre de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, à la Chambre des représentants.

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : la retraite à 65 ans ?

Alors que les députés de l’opposition rejettent le projet du gouvernement d’Aziz Akhannouch de porter l’âge de la retraite à 65 ans, Younes Sekkouri, le ministre de l’Intégration économique, de la Microentreprise, de l’Emploi et des Compétences, dément...