Maroc : l’astuce des commerçants pour contourner le boycott des dattes algériennes

8 avril 2022 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les commerçants ont trouvé une astuce pour contourner le boycott des dattes algériennes qui, selon certains internautes, seraient « frelatées et toxiques », parce qu’elles proviennent « des oasis où l’armée française avait effectué des essais nucléaires ».

Selon une source autorisée, le boycott des dattes algériennes est bien suivi dans les souks de la plupart des villes marocaines. Fort de ce constat, des courtiers et des professionnels de produits alimentaires ont trouvé une astuce pour contourner cette campagne de boycott lancée sur les réseaux sociaux quelques jours avant le début du mois de ramadan. Ils procèdent au reconditionnement de tonnes de dattes algériennes dans des dépôts clandestins situés dans les zones périphériques, fait savoir le quotidien arabophone Assabah. Remballées dans des paquets sans spécification de leur origine, plusieurs marques de dattes algériennes sont revendues sur les marchés nationaux, fait-on également savoir.

À lire : Des dattes algériennes frelatées et toxiques sur le marché marocain ?

D’autres fraudeurs ont opté pour le reconditionnement de ces dattes dans des paquets estampillés d’origine tunisienne ou marocaine et la réduction de leur prix afin d’attirer les consommateurs. Pour écouler aisément le produit, de grands importateurs ont également lancé une campagne de publicité sur les réseaux sociaux. Ceux-ci récusent catégoriquement les rapports qui indiquent que les dattes algériennes contiennent des produits chimiques cancérigènes.

Sujets associés : Algérie - Agriculture - Alimentation - Boycott

Aller plus loin

Des dattes algériennes frelatées et toxiques sur le marché marocain ?

À quelques jours du début du ramadan, les dattes algériennes ont inondé le marché marocain. Ces dattes sont-elles frelatées et toxiques, comme l’affirment de nombreux...

Maroc : flambée des prix des dattes à la veille du mois de ramadan

À l’approche du mois de ramadan, les prix des dattes connaissent une flambée au Maroc en raison, notamment, de la sécheresse qui touche le royaume.

Au Maroc, un nouvel appel au boycott des dattes algériennes

Alors que le mois de ramadan débute dans quelques jours, l’importation et la commercialisation des dattes algériennes pourraient être interdites au Maroc. Des députés de...

Nouvelle campagne de boycott des dattes algériennes au Maroc

Alors que le ramadan débute dans quelques jours, des internautes marocains ont lancé une campagne de boycott des dattes algériennes — un fruit fortement consommé pendant le mois...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des effets du changement climatique et de la sécheresse qui sévit cette année...

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Pénurie de lait : les Marocains prennent d’assaut les magasins

Pour contrer la ruée des Marocains vers le lait, plusieurs supermarchés ont décidé de limiter sa vente. Une mesure censée éviter des ruptures de stock.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.