Brahim Ghali n’a pas payé sa facture d’hôpital en Espagne

19 juin 2024 - 16h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le séjour en 2021 de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, à l’hôpital San Pedro de Logroño en Espagne aura coûté la somme de 45 658 euros. Une facture restée impayée à ce jour, selon les autorités de la Rioja.

Selon une résolution du Portail de transparence du gouvernement de la Rioja à laquelle The Objective a eu accès, le leader indépendantiste sahraoui doit la somme de 45 658 euros à l’hôpital San Pedro de Logroño où il a séjourné entre le 18 avril et le 1ᵉʳ juin 2021. Dans sa réponse à une demande d’informations, fournie le 23 novembre 2023, la direction du Service de santé de La Rioja a expliqué que le 7 juillet 2021, soit un peu plus d’un mois après la sortie de Ghali, l’hôpital a émis une facture de ce montant au nom de Mohamed Benbatouche, identité sous laquelle Brahim Ghali avait été admis suite à une complication du Covid-19.

À lire : Brahim Ghali : un passeport express pour rentrer en Espagne

La facture n’ayant pas été payée, l’hôpital l’a adressée le 2 septembre 2021 à la Direction générale des services juridiques. C’est ainsi que l’institution lui a révélé la véritable identité du patient qui était Brahim Ghali. Après avoir obtenu l’adresse du leader sahraoui de la part des « agences étatiques compétentes », l’hôpital de Logroño a émis le 28 décembre 2022 une nouvelle facture de même montant au nom de Brahim Ghali. N’ayant pas reçu le paiement de la facture, l’établissement envoyé en mars 2023 la facture à ses services juridiques afin d’engager les démarches « pour réclamer le paiement ». Aux dernières nouvelles, la facture n’a toujours pas été réglée.

À lire : Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

L’accueil de Brahim Ghali sous une fausse identité dans cet hôpital de la Rioja le 18 avril 2021, avait provoqué la colère du Maroc et conduit à une grave crise diplomatique et migratoire avec l’Espagne. Les autorités espagnoles avaient évoqué des raisons « humanitaires » pour justifier leur décision de laisser entrer Ghali sur le territoire, suite à une demande de l’Algérie, et expliqué avoir opté pour la « discrétion » sur cette information pour ne pas irriter le Maroc. Les deux pays ont normalisé leurs relations en avril 2022, après que Pedro Sanchez a exprimé son soutien au plan marocain d’autonomie du Sahara.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Brahim Ghali - Polisario - Espagne - Santé

Aller plus loin

Faux passeport de Brahim Ghali : la justice espagnole demande des comptes à l’Algérie

Le juge Rafael Lasala en charge de l’affaire Ghali au tribunal de Saragosse vient d’émettre une commission rogatoire en Algérie pour demander aux autorités du pays de confirmer...

Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise entre le Maroc et l’Espagne, née après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital à Logroño, n’est pas près de connaitre son épilogue. Ce dimanche, Arancha González...

Brahim Ghali sous surveillance policière à l’hôpital de Logroño

Depuis quelques jours, des agents ont été affectés au poste de police de la ville de San Pedro pour surveiller l’hôpital de Logroño où est hospitalisé Brahim Ghali, le chef du...

Brahim Ghali : un passeport express pour rentrer en Espagne

Le passeport présenté par Brahim Ghali lors de son admission à l’hôpital San Pedro de Logroño le 18 avril dernier, porte le nom de Mohamed Benbatouche, « ambassadeur à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Intoxications en hausse au Maroc : quelles solutions ?

La Fédération marocaine des Droits des Consommateurs s’inquiète après la hausse des cas d’intoxication alimentaire enregistrés dans certains restaurants ces dernières semaines. Elle appelle le ministre de la Santé et de la Protection sociale à...

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.

Sahara : un drone marocain abattu par le Polisario ?

Des images montrant un drone prétendument marocain abattu par le Polisario dans le Sahara circulent sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il en réalité ?

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.