Candidat à la présidentielle en Algérie : « Si je suis élu, j’appellerai le roi Mohammed VI »

14 mai 2023 - 19h50 - Monde - Ecrit par : S.A

Candidat auto-déclaré à l’élection présidentielle de 2024, Omar Aït Mokhtar, ancien militant du Front national algérien (FNA) appelle à la normalisation des relations entre son pays et le Maroc. Il affirme qu’il est « le candidat de la paix » en attendant de devenir le « président de la paix ».

Omar Aït Mokhtar prône l’apaisement des relations entre le Maroc et l’Algérie qui a de façon unilatérale rompu les relations diplomatiques avec son voisin de l’Ouest qu’elle a accusé « d’actes hostiles ». « Si je suis élu président de l’Algérie en 2024, j’appellerai le roi Mohammed VI dans la foulée pour l’inviter ou bien je me rendrais au Maroc », déclare à Maghreb-intelligence cet ancien militant du Front national algérien (FNA) résidant entre l’Algérie et la France.

À lire : L’Algérie en colère contre le Parlement européen à cause du Maroc

Aux yeux d’Aït Mokhtar, le Maroc est la profondeur stratégique de l’Algérie et vice-versa. « […] Les Marocains sont nos frères et c’est pourquoi il faut sans tarder amorcer une normalisation des relations entre les deux pays », explique celui qui se dit être le candidat de la paix, et le seul candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2024. Selon lui, les bonnes relations avec le Maroc sont primordiales pour l’Algérie.

À lire : Emmanuel Macron joue la carte de l’apaisement avec le Maroc et l’Algérie

S’exprimant sur la question du Sahara, Omar s’oppose au soutien que l’Algérie apporte au Polisario, le mouvement indépendantiste. « Pourquoi soutenir le Polisario au détriment du Maroc ? », questionne-t-il, ajoutant qu’il ne revient qu’à l’ONU de régler cette question vielle de plusieurs décennies. La Kabylie s’est par ailleurs invitée dans l’interview. « Il faut un changement radical de la politique de l’État algérien envers la Kabylie et les militants kabyles qui ont des revendications légitimes », rappelle-t-il.

Sujets associés : Algérie - Elections

Aller plus loin

Un haut responsable algérien accuse le Maroc d’avoir « agressé » son pays

Revenant sur les années ayant suivi l’indépendance de l’Algérie, un haut responsable algérien reproche au Maroc d’avoir tenté d’exploiter la division survenue à cette époque...

L’Algérie en colère contre le Parlement européen à cause du Maroc

Alors que le Parlement européen (PE) « a enterré » le projet de résolution sur la situation des journalistes au Maroc, notamment Omar Radi, en raison d’un vice de procédure, il...

Maroc-Algérie : Emmanuel Macron appelle à l’apaisement des tensions

Le président français, Emmanuel Macron, a appelé à l’apaisement des tensions entre le Maroc et l’Algérie, deux puissances rivales dans la région qui, selon lui, ne sont pas en...

Emmanuel Macron joue la carte de l’apaisement avec le Maroc et l’Algérie

Le président de la République française Emmanuel Macron tente de faire baisser les tensions entre la France et deux pays du Maghreb que sont le Maroc et l’Algérie. Il a assuré...

Ces articles devraient vous intéresser :

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.