Les capitaux des pays arabes partagés entre le Maroc et Dubaï

5 avril 2012 - 11h35 - Economie - Ecrit par : J.L

Les hommes d’affaires des pays du printemps arabe préfèrent investir à Dubaï, en raison des avantages fiscaux proposés par l’Émirat. Le Maroc figurerait lui aussi parmi les destinations préférées des capitaux arabes.

A l’ombre des derniers développements dans les pays du Printemps arabe, beaucoup d’hommes d’affaires tunisiens, libyens et égyptiens ont préféré quitter leurs pays pour s’installer à Dubaï, paradis fiscal par excellence.

Le Maroc pourrait devenir un réel concurrent, pouvant accueillir bien plus de capitaux de pays arabes, affirment des sources des milieux des affaires arabes au quotidien Akhbar Al Yaoum. La condition serait que le Maroc consente à réformer le domaine de la justice et allège la charge administrative qui décourage de nombreux investisseurs potentiels.

Avec ces réformes, le Maroc pourrait même devenir la première destination des hommes d’affaires arabes, qui ont délaissé les Etats Unis et l’Europe après le 11 septembre 2001. Après les attentats, les autorités locales avaient gelé de nombreux capitaux arabes en raison de doutes sur leurs origines.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tunisie - Politique économique - Dubaï - Capitaux - Libye - Emirats Arabes Unis - Egypte - Compétitivité - Evasion fiscale

Ces articles devraient vous intéresser :

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

La majorité des avocats marocains ne payent pas d’impôts

Face à la polémique liée à l’imposition des avocats, annoncée dans le PLF 2023, le gouvernement a dévoilé des chiffres inquiétants sur l’évasion fiscale constatée au sein de cette profession libérale.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

Le fisc marocain trouve une nouvelle méthode pour traquer les mauvais contribuables

Le fisc marocain affiche sa détermination à lutter contre l’évasion fiscale. Il a trouvé une nouvelle méthode pour traquer les fraudeurs et mauvais contribuables.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.