TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

10 avril 2024 - 09h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.

L’administration fiscale a déjà pris des mesures pour lutter contre les fraudes qui créent d’importantes pertes pour l’État. Des pertes estimées entre 1 et 1,2 milliard de dirhams, fait savoir le directeur général des impôts qui assure que la DGI travaille à la mise en place d’un régime fiscal simple et cohérent pour permettre à tous les contribuables de remplir leurs obligations fiscales sans difficultés. Mais en même temps, la DGI ne manquera pas de renforcer sa lutte contre la fraude fiscale. Dans ce sens, elle va œuvrer pour l’enrôlement des opérateurs informels dans l’économie formelle.

Le nouveau plan stratégique de la DGI vise à faciliter aux contribuables l’accès à l’impôt. Il repose sur six axes principaux, dont l’un des plus importants reste le renforcement de la mobilisation de ressources fiscales. « En alignant les priorités stratégiques de la DGI avec sa mission, sa vision et ses valeurs, le plan 2024-2028 trace la feuille de route pour la période de planification afin d’atteindre les objectifs définis et les résultats attendus », a expliqué Younes Idrissi Kaitouni dans un entretien à L’Économiste.

À lire : Maroc : l’évasion fiscale fait perdre au Royaume 3,1% du PIB national

Le premier axe concerne l’identification de toute non-conformité et l’interpellation du contribuable en irrégularité. Il vise à améliorer la fiabilité et l’exhaustivité du registre des contribuables. Le deuxième axe vise le renforcement des relations de confiance et la promotion du civisme fiscal. Des actions de sensibilisation seront menées dans ce sens. Le troisième axe est consacré à la consolidation de la sécurité juridique et au renforcement de la présence de la DGI sur la scène fiscale internationale.

Les autres axes concernent le renforcement des capacités de la DGI, en termes de ressources humaines de qualité et de structures adaptées, en vue de garantir une gestion exemplaire, efficace et efficiente. « À défaut de rendre l’impôt agréable, efforçons-nous de le rendre facile et accessible », a fait savoir le directeur général des impôts, mettant en avant la nouvelle dynamique d’accompagnement et de conseil des contribuables afin de leur éviter de tomber dans les pièges des intermédiaires.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts - Evasion fiscale - Fraude - Direction générale des impôts (DGI) - TVA

Aller plus loin

1xBet, un pari sportif illégal qui fait perdre gros au Maroc

La société russe de paris sportifs en ligne 1xBet, qui opère en toute illégalité au Maroc, crée d’énormes manques à gagner à la Marocaine des jeux et des sports (MDJS), seule...

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Maroc : comment des consultants échappent à l’impôt

Au Maroc, des ingénieurs et autres consultants en informatique ont trouvé la formule pour échapper au fisc. Ils proposent de manière informelle leurs services aux grandes...

Maroc : une réforme fiscale pour mettre fin à la fraude

La loi relative à la réforme fiscale est entrée en vigueur au Maroc. Ce nouveau cadre légal va permettre aux pouvoirs publics de lutter efficacement contre l’évasion fiscale, et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une taxe fait exploser le prix des téléphones

La commission des Finances à la Chambre des conseillers a revu à la baisse le droit d’importation appliqué aux smartphones. Ce qui semble être une bonne nouvelle s’avère très désavantageux pour les distributeurs locaux et les consommateurs.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Fisc : Le Maroc ajuste l’IS et l’IR dans la Loi de finances 2024

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Les banques marocaines se disent asphyxiées par les taxes

Afin d’élargir l’assiette fiscale, le gouvernement envisage de prendre de nouvelles mesures vis-à-vis des entreprises du secteur financier. Ainsi, à partir de 2026, les banques doivent supporter un taux de 40% sur leurs bénéfices et payer 5%...

Le MRE a-t-il le droit de vendre sa voiture au Maroc ?

Le Marocain résidant à l’étranger (MRE) a tout à fait le droit de vendre son véhicule lors de ses vacances au Maroc. Nous parlons, ici, de la période de l’admission temporaire de 6 mois, autorisée par les services de la Douane. Deux situations se...

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Les MRE et la détaxe, ce qu’en dit la Douane

De très nombreux Marocains résidant à l’Etranger effectuent des achats quand ils sont en vacances au Maroc. Ces achats peuvent-ils faire l’objet d’une détaxe, c’est-à-dire donner lieu au remboursement, à ces acheteurs, de la Taxe sur la Valeur ajoutée...

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).