Maroc : l’évasion fiscale fait perdre au Royaume 3,1% du PIB national

2 décembre 2020 - 09h30 - Economie - Ecrit par : J.K

Chaque année, le Maroc perd plus de 521 millions de dollars à cause de l’évasion fiscale. Le rapport de l’Alliance mondiale pour la justice fiscale intitulé «  Justice fiscale : état des lieux 2020  », publié le 20 novembre indique que l’évasion fiscale offshore, fait perdre au Royaume près de 70 millions de dollars.

Le Maroc représente moins de 1% de la richesse offshore mondiale avec une richesse offshore de 3,7 milliards de dollars. Cependant, sur le plan national, elle représente 3,1% du PIB du pays. La perte qui découle de la richesse offshore non imposée est de 69,9 millions de dollars. Le pays perd de même par an, 451 millions de dollars, à cause de la fraude fiscale des entreprises. Dans le classement des pays où les îles Caïmans, les États-Unis, la Suisse et Hong Kong sont en tête, le Maroc est le 72ᵉ plus grand facilitateur de l’évasion fiscale et du secret financier dans le monde, fait savoir le rapport. Par ailleurs, la France, Maurice et le Luxembourg, représentent les partenaires commerciaux du Maroc et les plus responsables de cette vulnérabilité, rapporte Panorapost.

À l’instar du Maroc, les États-Unis perdent chaque année, plus de 427 milliards de dollars américains en recettes fiscales, à cause des bénéfices transférés dans des paradis fiscaux par des sociétés multinationales, pour amoindrir leurs impôts et l’action d’individus riches qui camouflent des biens et des revenus non déclarés à l’étranger, pour fuir l’application de la loi. Ainsi, dans le monde, plusieurs pays assistent chaque année, à la disparition de près de 9,2% de leur budget en matière de santé dans les paradis fiscaux.

Pour rappel, les pays sont classés par la Banque mondiale compte tenu du revenu national brut par habitant. Ainsi, sur les quatre groupes dont les pays à revenu faible, à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et de la tranche supérieure et à revenu élevé, les pertes sont encore plus importantes pour les pays à faible revenu comparativement aux pays à revenu élevé. Près de la moitié de la population mondiale appartient aux deux groupes à faible revenu, et l’autre moitié, aux deux groupes à revenu élevé, a indiqué la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : PIB - Impôts

Aller plus loin

1xBet, un pari sportif illégal qui fait perdre gros au Maroc

La société russe de paris sportifs en ligne 1xBet, qui opère en toute illégalité au Maroc, crée d’énormes manques à gagner à la Marocaine des jeux et des sports (MDJS), seule...

Les influenceurs marocains traquées par les services d’impôts

Alors qu’ils sont sommés de régulariser leur situation auprès de la Direction Générale des Impôts (DGI), bon nombre de youtubeurs et d’influenceurs marocains ont recours à des...

Maroc : chute importante des recettes fiscales

Une baisse importante des recettes fiscales est prévue d’après les prévisions du projet de Loi de finances (PLF) 2021. Comme on pouvait s’y attendre, les effets néfastes de la...

Saison des conventions fiscales au Maroc

Au Maroc, les conventions fiscales interprofessionnelles s’enchaînent. Les Impôts viennent de conclure un nouvel accord avec l’Ordre national des vétérinaires en matière de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’attaque aux avoirs non déclarés à l’étranger

Au Maroc, les personnes qui sont en infraction à la réglementation des changes et à la législation fiscale sont visées par une nouvelle opération de régularisation.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».

Maroc : L’envers du décor du statut d’auto-entrepreneur

Quelques années après son adoption, la loi n° 114-13 du 19 février 2015 relative au statut de l’autoentrepreneur a montré ses limites. Seuls les chefs d’entreprise du royaume en tirent grand profit.

Mondial 2030 : le vrai décollage économique pour le Maroc ?

L’organisation de la coupe du monde 2030 par le Maroc, le Portugal et l’Espagne, aura certainement un impact significatif sur le Produit intérieur brut (PIB) du Maroc qui pourrait se situer entre 3 et 5 %, affirme Zaki Lahbabi, DG de Transatlas Sport...

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

Le MRE a-t-il le droit de vendre sa voiture au Maroc ?

Le Marocain résidant à l’étranger (MRE) a tout à fait le droit de vendre son véhicule lors de ses vacances au Maroc. Nous parlons, ici, de la période de l’admission temporaire de 6 mois, autorisée par les services de la Douane. Deux situations se...

Maroc : la réforme de l’impôt sur le revenu sera effective en 2023

Annoncé en juillet dernier, la réforme de l’impôt sur le revenu (IR) entre dans sa phase active dès 2023. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, plus rien ne pourra retarder son application.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.