Maroc : les revenus d’Airbnb traqués

29 avril 2024 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

L’Office des changes vient de lancer une vaste opération d’audit visant les transferts financiers internationaux entre propriétaires et bénéficiaires des locations de biens immobiliers via Airbnb.

L’Office veut voir clair dans le business très lucratif des locations de biens immobiliers via Airbnb. Les transferts financiers entre touristes et propriétaires de biens immobiliers et d’entreprises hôtelières via cette plateforme dépassent les 100 000 dirhams le mois. Un montant qui n’est pas frappé d’impôt, générant des pertes considérables pour l’État marocain, commente H24Info.

Désormais, cette activité est encadrée par les autorités compétentes afin de mettre fin à cette évasion fiscale. Dans cette optique, l’Office des changes réalise des contrôles réguliers auprès des personnes physiques ou morales, soumises à la réglementation des changes. « Ces contrôles peuvent être effectués soit sur pièces, en exploitant les comptes rendus et les déclarations bancaires, soit sur place, en réalisant des enquêtes auprès des opérateurs et des banques ayant exécuté les transferts », explique-t-on.

À lire : Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

L’audit réalisé a révélé que les transferts de fonds sont effectués à travers des comptes bancaires internationaux, PayPal, des cartes bancaires et des institutions de transfert d’argent, une activité considérée comme une exportation de services et réglementée par l’Office. « Les opérateurs réalisant des opérations d’exportation de services […] sont tenus de procéder au rapatriement du montant intégral des recettes de leurs exportations et ce, dans un délai de 90 jours à compter de la date de réalisation des prestations de services ».

Ces opérateurs peuvent ouvrir des comptes bancaires en devises ou en dirhams convertibles s’ils sont inscrits au Registre de Commerce. « Ces comptes en devises permettent non seulement de gérer les revenus d’exportation mais aussi de financer les dépenses professionnelles en devises jusqu’à 70% des recettes rapatriées », détaille-t-on. L’Office, pour sa part, renouvelle son engagement à contribuer à l’amélioration du climat des affaires avec la mise en place d’une « réglementation des changes adaptée aux exigences du monde des affaires ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Impôts - Office des changes - Hôtellerie - Airbnb Maroc

Aller plus loin

Maroc : changement majeur chez Airbnb

La plateforme américaine Airbnb interdit désormais toutes les caméras de surveillance à l’intérieur des logements mis en location. Cette nouvelle règle entrera en vigueur en...

Maroc : les locations Airbnb victimes d’une vague de cambriolages

Au Maroc, les cambrioleurs ont sévi dans les appartements qu’ils ont loués via la plateforme américaine Airbnb dans différentes régions du royaume. Ils se font passer pour des...

Le Maroc met de l’ordre dans les « Airbnb »

Après son adoption par le gouvernement marocain et sa publication au Journal Officiel, le décret définissant les procédures administratives relatives à l’ouverture des...

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aide au logement : gros succès auprès des MRE

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) figurent parmi les 8 500 bénéficiaires du nouveau programme d’aide au logement lancé par le roi Mohammed VI en octobre dernier.

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Les Marocains résidant à l’étranger boostent l’économie grâce à leurs transferts de fonds

Selon l’Office des changes, les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont connu une croissance significative de 16 % en mars 2023, pour atteindre près de 27,11 milliards de dirhams. Ce chiffre représente une hausse de 3,73...

Aide au logement : gros succès auprès des MRE

Le programme d’aide directe au logement connait un franc succès depuis son lancement. Au 23 mai 2024, 11 749 personnes ont déjà pu bénéficier de cette aide, sur un total de 73 711 demandes déposées. De nombreux Marocains résidant à l’étranger ont...

Aide au logement : un vrai succès chez les MRE

Près de 20% des potentiels bénéficiaires du nouveau programme l’aide au logement lancé par le roi Mohammed VI en octobre dernier sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

5 000 Marocains deviennent propriétaires grâce à l’aide du gouvernement

Sur les 54 000 demandes d’aide au logement enregistrées sur la plateforme dédiée à cet effet, 5 000 ont été déjà acceptées, a annoncé Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Habitat.

Le Maroc lance une opération de régularisation sur les avoirs détenus à l’étranger

L’Office de Changes informe les personnes physiques et morales résidentes au Maroc, disposant d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et ayant constitué des avoirs et liquidités à l’étranger avant le 1ᵉʳ janvier...

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.