Maroc : comment des consultants échappent à l’impôt

9 mai 2024 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Au Maroc, des ingénieurs et autres consultants en informatique ont trouvé la formule pour échapper au fisc. Ils proposent de manière informelle leurs services aux grandes entreprises qui les paient via des intermédiaires.

Estimés à 5 000, ces ingénieurs et consultants indépendants ne paient ni impôts ni charges sociales, alors qu’ils réalisent des prestations auprès de grandes entreprises, notamment des banques. Leur mode opératoire consiste à se faire payer via des sociétés d’intermédiation et de portage pour échapper à leurs obligations fiscales et sociales, rapporte L’Économiste qui dénonce une fraude fiscale à grande échelle, estimant les pertes pour l’État à plusieurs centaines de millions de dirhams.

À lire : Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

Les sociétés d’intermédiation « jouent le rôle d’intermédiaires entre les donneurs d’ordre à la recherche de compétences informatiques et les consultants qui possèdent lesdites compétences », détaille la publication. Lesquelles sociétés d’intermédiation « identifient ces consultants et les placent auprès de leurs clients pour des missions moyen ou long terme en fonction des besoins de chaque structure utilisatrice, mais sans être recrutés ».

À lire : TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

Le phénomène prend une ampleur inquiétante, alerte le quotidien spécialisé, soulignant que ces consultants indépendants constitueraient 30 à 70 % du personnel informatique des grandes entreprises. « Le phénomène n’est pas sans rappeler certains salariés prestataires de services qui se voyaient proposer le statut d’autoentrepreneurs pour payer un IR à 1 % au lieu du taux marginal de 38 %. Avant que le législateur ne se rende compte du détournement de ce régime à travers un faux salariat ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts - Fraude - Sécurité sociale - Informatique

Aller plus loin

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Maroc : la traque des avoirs cachés commence

L’administration fiscale marocaine va mener une opération de contrôle des avoirs dormant à domicile afin d’assurer une meilleure transparence financière et fiscale.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des...

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

MRE et l’OCDE : l’heure de la renégociation fiscale

Le gouvernement marocain affirme vouloir préserver les intérêts des six millions de Marocains résidant à l’étranger (MRE). Il entend engager dans les prochains jours des négociations avec l’OCDE pour revoir les conventions relatives à l’échange des...

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu foncier

La loi de finances 2023 a établi un nouveau régime fiscal en matière d’impôt sur le revenu au titre des profits fonciers. Objectif, permettre aux contribuables prévoyant de céder leurs biens immeubles ou de droits réels s’y rattachant, de solliciter un...

Le Maroc s’attaque aux avoirs non déclarés à l’étranger

Au Maroc, les personnes qui sont en infraction à la réglementation des changes et à la législation fiscale sont visées par une nouvelle opération de régularisation.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Maroc : du changement pour l’impôt sur les revenus locatifs

Au Maroc, l’imposition des revenus locatifs a connu des modifications majeures depuis 2023. Des changements qui ont un impact significatif sur les contribuables concernés.

Maroc : la traque des avoirs cachés commence

L’administration fiscale marocaine va mener une opération de contrôle des avoirs dormant à domicile afin d’assurer une meilleure transparence financière et fiscale.

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.

Fisc : Le Maroc ajuste l’IS et l’IR dans la Loi de finances 2024

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.