Immobilier au Maroc : l’Etat veut vous obliger à payer les taxes

18 juin 2024 - 09h30 - Economie - Ecrit par : S.A

L’administration des impôts a mis en place une nouvelle mesure pour lutter contre la fraude fiscale dans l’immobilier.

Le fisc a une nouvelle cible dans son viseur, les contribuables qui ne s’acquittent pas des redevances qu’ils doivent aux collectivités locales doivent se méfier. Il a mis en place une nouvelle mesure. À partir du lundi 1ᵉʳ juillet prochain, toute personne souhaitant vendre un bien immobilier devra présenter un quitus délivré par les services de l’assiette fiscale et de ses recouvrements, attestant que l’ensemble des charges fiscales concernant cette vente ont bien été réglées, fait savoir Assabah. Les notaires, avocats et adouls devront désormais exiger de leurs clients ce document, délivré par les services des impôts, afin d’accomplir leurs transactions immobilières. Sans quoi, les membres de ces trois professions libérales « se retrouveront à être solidaires du versement des taxes dont doivent s’acquitter leur(s) client(s) en cas de constatation d’une anomalie », précise la même source.

À lire :Immobilier au Maroc : Face au blanchiment d’argent, l’État riposte

Cette nouvelle mesure est consignée dans la loi de Finances 2024. Elle vise à lutter contre les dysfonctionnements et les failles relevés dans le système fiscal, dont certains profitaient pour fuir les taxes locales dont ils se devaient de s’acquitter, dont la taxe d’habitation, la taxe sur les services communaux, ainsi que la taxe sur les terrains non bâtis. Force est de constater que plusieurs communes ne disposent pas d’un listing des terrains et des titres fonciers assujettis à la fiscalité et se trouvant sur leur territoire d’administration. Résultat : certains responsables communaux accordent des dérogations à certains, sans qu’aucun texte de loi ne le justifie. D’ailleurs, un récent rapport d’une commission d’inspection avait révélé des complicités entre des responsables communaux et les propriétaires de grands terrains. Ces derniers avaient bénéficié des exonérations leur permettant d’éviter le paiement de certaines taxes communales.

À lire :Immobilier au Maroc : des changements pour la cession des biens

Quant aux promoteurs immobiliers, ils devront exiger, pour chaque logement qu’ils construisent, un identifiant pour la taxe d’habitation, et un autre pour la taxe due aux services communaux, dès qu’ils auront pu obtenir leur(s) permis d’habiter. Grâce à ces mesures, tous les logements seront certainement répertoriés auprès des services concernés. De quoi limiter le non-paiement de ces taxes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Evasion fiscale - Fraude - Impôts - Direction générale des impôts (DGI)

Aller plus loin

Maroc : un scandale immobilier secoue la ville de Sidi Kacem

La Brigade nationale de la police judiciaire poursuit son enquête sur la transformation d’un complexe de logements sociaux, financés par un budget public à Sidi Kacem, en un...

Aide au logement : un véritable flop dans le Nord du Maroc ?

Le nombre de bénéficiaires du programme d’aide directe au logement a atteint 16 300 à la date du 2 juillet, a récemment annoncé Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement...

Casablanca : Un magnat de l’immobilier trahi par des chèques en bois

Accusé d’arnaque immobilière pour avoir délivré une dizaine de chèques sans provision, Mohamed Jamal Lahjouji, directeur de la société immobilière LC Building basé à Casablanca,...

Maroc : la loi sur la copropriété devient plus simple

Le parlement marocain a adopté lundi un projet de loi modifiant et complétant la loi n° 18-00 relative au statut de la copropriété des immeubles bâtis.

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : les MRE pour relancer un marché en berne

Les promoteurs immobiliers comptent sur la saison estivale et les Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour sortir leur marché de sa stagnation. Ceux-ci figurent d’ailleurs parmi les bénéficiaires du nouveau programme de l’aide au logement.

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Maroc : les revenus d’Airbnb traqués

L’Office des changes vient de lancer une vaste opération d’audit visant les transferts financiers internationaux entre propriétaires et bénéficiaires des locations de biens immobiliers via Airbnb.

Immobilier au Maroc : où en est l’aide directe aux primo-accédants ?

Alors que c’était annoncé pour décembre, puis pour janvier 2023, le décret fixant le montant et les modalités d’attribution de l’aide financière directe aux primo-accédants au logement accuse du retard. Cette aide était initialement annoncée dans la...

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu foncier

La loi de finances 2023 a établi un nouveau régime fiscal en matière d’impôt sur le revenu au titre des profits fonciers. Objectif, permettre aux contribuables prévoyant de céder leurs biens immeubles ou de droits réels s’y rattachant, de solliciter un...

Immobilier au Maroc : des opportunités en vue

Le recul de l’inflation et la stabilité des taux de crédits immobiliers apportent non seulement un soulagement aux acquéreurs, mais ils suscitent également un nouvel espoir pour le marché immobilier.

Maroc : la traque des avoirs cachés commence

L’administration fiscale marocaine va mener une opération de contrôle des avoirs dormant à domicile afin d’assurer une meilleure transparence financière et fiscale.

Maroc : du nouveau pour la vignette automobile

Les Marocains peuvent déjà commencer à payer la Taxe Spéciale annuelle sur les Véhicules (TSAV). Quid des nouveautés liées au paiement de cette taxe ?

Maroc : les cigarettes vont coûter plus cher

Les prix des paquets de cigarettes connaîtront une hausse dès le 1ᵉʳ janvier au Maroc, conformément aux dispositions relatives au relèvement de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur le tabac.