Assurances au Maroc : les trois modes opératoires préférés des fraudeurs

6 mai 2024 - 16h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les pratiques frauduleuses dans le secteur des entreprises proposant des assurances ne cessent de multiplier, au grand dam des assureurs.

Les pertes liées à la fraude dans l’assurance atteignent plus de 260 millions de dirhams du volume d’affaires des compagnies. Comment opèrent les fraudeurs ? Ces fraudes sont parfois l’œuvre de réseaux organisés et des complicités à tous les niveaux du circuit (personnel médical, experts, certificats de complaisance, faussaires…) L’Économiste dévoile trois stratagèmes : la fraude lors de la souscription du risque, la fraude lors de la survenance du sinistre et la fraude qui consiste à profiter de la survenance d’un sinistre pour se faire indemniser des dommages antérieurs.

À lire :Un Belge tente d’escroquer 80 000 euros à son assurance... sa voiture était au Maroc !

Fraude lors de la souscription du risque. Ce sont des pratiques récurrentes qui consistent à réduire le montant de la prime. « Certains assurés font de l’usurpation d’identité, d’autres recourent à la fausse déclaration ou une situation erronée du risque. D’autres encore optent pour la fausse déclaration de la sinistralité passée, ou la minoration de la dangerosité du risque », explique le journal. Quant à la fraude opérée lors de la survenance du sinistre – pratique la plus courante au Maroc-, elle « consiste à demander ou acheter une facture plus élevée auprès d’un garagiste, un dentiste/prothésiste ou un opticien… Dans cette même catégorie, certains planifient un sinistre avec toute la mise en scène. Ce type de délit fait souvent intervenir une tierce personne qui procure à l’assuré un alibi en cas d’éventuelle enquête. Dans ce même mode opératoire, certains assurés vont jusqu’à provoquer un sinistre (accident, incendie, vol…) », explique-t-on encore.

À lire :Jamel Leulmi : l’homme qui tuait pour les assurances-vie de ses compagnes

S’agissant de la pratique consistant à profiter de la survenance d’un sinistre pour se faire indemniser des dommages antérieurs, on note que des secteurs précis sont particulièrement prisés par les fraudeurs. L’un de ces secteurs est l’incendie : la fraude consiste à précipiter volontairement la naissance d’un sinistre dans le but de percevoir des indemnités. Autre cas de fraude non moins important : « les dossiers frauduleux des accidents de la circulation qui subtilisent 4 à 5 % du chiffre d’affaires du secteur chaque année. » Les fraudeurs ont aussi recours au blanchiment d’argent.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fraude - Accident - Administration

Aller plus loin

Maroc : des compagnies d’assurance arnaquées

Des experts sont accusés d’être trempés dans la falsification de dossiers d’indemnisation d’accidents de la circulation suite à une enquête menée par plusieurs compagnies...

Jamel Leulmi : l’homme qui tuait pour les assurances-vie de ses compagnes

Le Franco-marocain Jamel Leulmi avait écopé en appel de 30 ans de réclusion criminelle pour assassinat, tentative d’assassinat et escroquerie. Il était accusé d’avoir tué ses...

Fès : arrêté pour avoir arnaqué des compagnies d’assurance

Les services de police de Fès ont réussi à interpeller un individu accusé d’avoir arnaqué des compagnies d’assurance en déclarant de faux accidents de circulation. Un avis de...

Un Belge tente d’escroquer 80 000 euros à son assurance... sa voiture était au Maroc !

Un homme de Walcourt a été condamné à 10 mois de prison ferme pour avoir tenté d’escroquer 80 000 euros à son assurance en simulant le vol de sa Mercedes-AMG C63.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une nouvelle hausse des salaires en discussion

Une nouvelle hausse des salaires pour les fonctionnaires marocaines serait actuellement en discussion au sein du gouvernement. La nouvelle a été confirmée par le ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des...

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : révision de l’impôt sur le revenu

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.

Maroc : comment des consultants échappent à l’impôt

Au Maroc, des ingénieurs et autres consultants en informatique ont trouvé la formule pour échapper au fisc. Ils proposent de manière informelle leurs services aux grandes entreprises qui les paient via des intermédiaires.