Ceuta et Melilla appelées à « prendre les armes » contre le Maroc

3 février 2021 - 20h30 - Espagne - Ecrit par : A.P

Ceuta et Melilla devraient cesser de se plaindre de l’inaction du gouvernement espagnol face à la pression économique qu’elles subissent de la part du Maroc, écrit le journaliste Ignacio Cembrero. Elles gagneraient plutôt à solliciter le soutien de l’UE pour faire respecter les accords de coopération entre cette dernière et le royaume.

« Si les gouvernements successifs espagnols ne défendent pas Ceuta et Melilla contre l’asphyxie économique à laquelle le Maroc les soumet, les autorités locales, les hommes d’affaires et la société civile ont les moyens de se défendre…  », explique le fin connaisseur du Maroc dans El Confidencial. Pour lui, il faut laisser l’État espagnol qui ne défend pas ses villes et se tourner vers les institutions européennes qui, elles, pourront agir sans craindre une crise avec le Maroc.

Le Maroc, depuis le règne du roi Hassan II, avait toujours revendiqué l’appartenance de Ceuta et Melilla à son territoire. Mais il n’a pas engagé des actions concrètes dans ce sens. Le roi Mohamed VI, plutôt que de revendiquer, n’a cessé d’étouffer économiquement les deux villes autonomes, notamment Melilla, selon Ignacio Cembrero.

Or, l’accord de coopération entre l’UE et le Maroc dispose que « le Maroc accorde aux importations de produits originaires de Ceuta et Melilla le même traitement accordé aux produits importés et originaires de l’UE ». La Commission européenne a l’obligation de veiller au respect de l’accord signé avec le Maroc, soutient le journaliste qui déplore l’absence de plaintes contre le royaume dans sa politique d’étouffement envers Ceuta et Melilla.

Une politique qui a conduit à la fermeture du bureau des douanes commerciales de Melilla, en contradiction avec l’accord de l’UE. En 2010, l’Assemblée de Ceuta avait approuvé à l’unanimité l’entrée de la ville dans l’union douanière, ce qui aurait permis d’ouvrir les frontières vers l’Europe au lieu de se concentrer uniquement sur l’Espagne. Malheureusement, dit-il, cette action n’est pas allée à son terme.

Sujets associés : Espagne - Coopération - Ceuta (Sebta) - Melilla - Accord de libre échange

Aller plus loin

Ceuta et Melilla étouffées par le Maroc

Les villes de Ceuta et Melilla subissent depuis des années la pression économique du Maroc. Étouffées, elles estiment être laissées à leur sort par le gouvernement espagnol....

La confidence de Hassan II sur Ceuta et Melilla il y a 40 ans

En 1978, le roi Hassan II avait reçu un petit groupe de journalistes espagnols. Au terme d’une conférence de presse sur la crise relative à Ceuta et Melilla, il échange...

Espagne : le gouvernement rejette l’idée d’une menace marocaine de prendre Ceuta et Melilla

Le parti d’extrême droite Vox exige du gouvernement une plus grande sécurité dans les villes de Ceuta et Melilla. En réponse, le gouvernement promet d’allouer les ressources...

Melilla compte sur l’Europe pour faire pression sur le Maroc

La Confédération des employeurs de Melilla (CEME-CEOE) dénonce la fermeture unilatérale par le Maroc du poste douanier et entend saisir le Conseil de l’Europe «  pour qu’elle...

Ces articles devraient vous intéresser :

Comment le Maroc et Israël renforcent leur coopération militaire

Depuis la normalisation de leurs relations en décembre 2020, le Maroc et Israël travaillent à renforcer leur coopération militaire au grand dam de l’Algérie, qui craint pour sa sécurité.

Lutte : le Maroc et Israël renforcent leur coopération

La Fédération royale marocaine des luttes associées (FRMLA) et le Comité olympique d’Israël ont signé, mardi, un accord pour consolider leur coopération bilatérale couvrant tous les domaines de cette discipline sportive.

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Le Maroc participera à un tournoi de lutte en Israël

L’équipe marocaine de lutte prendra part en Israël au tournoi de Beer Sheva, prévu les 25 et 26 août prochain. Une participation qui matérialise le dynamisme de la coopération sportive entre les deux pays.

Abdellatif Hammouchi reçoit en audience le ministre israélien de la Justice

Tête-à-tête entre le directeur général de la Sûreté nationale, Abdellatif Hammouchi, et le vice-Premier ministre et ministre israélien de la justice, Gideon Saar.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Israël envisage un match amical avec le Maroc

Lors de sa visite de travail cette semaine au Maroc, le ministre israélien de la Justice, Gideon Saar a annoncé la tenue d’un match amical entre les sélections marocaine et israélienne de jeunes. La date et le lieu de la rencontre ne sont pas encore...

Le Maroc et Israël consolident leur coopération dans le secteur des transports et de la Logistique

Une délégation marocaine composée d’acteurs clés du secteur des transports et de la logistique a effectué une visite de travail de trois jours à Tel-Aviv, et ce pour consolider la coopération entre le Maroc et Israël dans le secteur de la logistique.