Trafic de cocaïne : le Maroc, considéré comme une plaque tournante

2 mars 2020 - 18h30 - Monde - Ecrit par : G.A

L’Afrique du Nord et de l’Ouest garde intacte sa renommée de plaque tournante du trafic de cocaïne. Le Rapport annuel de l’OICS pour 2019 est accablant pour de nombreux pays ouest africains dans lesquels des saisies records de cocaïne en provenance d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, à destination de l’Europe, ont été opérées.

Selon le rapport, ce trafic contribue à l’instabilité observée dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, où de nombreuses régions sont confrontées au problème croissant que posent la fabrication illicite et l’abus de "Tramadol", cet opioïde de synthèse non placé sous contrôle international. Sur l’ensemble du continent, c’est surtout dans les pays d’Afrique du Nord et d’Afrique centrale que d’importantes saisies de "Tramadol" fabriqué illicitement, sont annoncées.

Le rapport a ciblé le cas du Nigeria, dont le gouvernement a publié sa toute première enquête sur l’usage des drogues, qui a révélé que "14,4 % des personnes âgées de 15 à 64 ans, avaient pris des drogues au cours de l’année écoulée, et 10,8 % avaient consommé du cannabis au cours de la même période". Malheureusement, tous les pays d’Afrique ne procèdent pas à la collecte systématique de données sur l’usage des drogues, ou sur la disponibilité des substances soumises au contrôle qui sont destinées à des fins médicales. L’OICS leur recommande de mettre en place des systèmes et des procédures à cet effet, afin de toucher du doigt par eux-mêmes, l’étendue du problème, indique Hespress.

Les gouvernements devraient aussi, d’après l’Organe, élaborer des stratégies nationales de lutte contre la drogue et des politiques de santé publique. Les stratégies de traitement et de prévention destinées aux jeunes devraient être mises en œuvre le plus efficacement possible. L’OICS souligne qu’il importe que les gouvernements élaborent des politiques reposant sur les meilleures études et preuves disponibles plutôt que sur des expériences ou convictions personnelles.

L’Organe suggère la mise en place des centres chargés de la coordination, et adaptés aux besoins des jeunes. Une attention particulière devrait être accordée à toutes les pratiques de prévention de l’abus des drogues telles que l’éducation, le dépistage et la prévention précoces, le traitement, ainsi que la réadaptation et la réinsertion sociale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Cannabis - Cocaïne

Aller plus loin

Pays-Bas : 2000 kilos de cocaïne saisie, un Marocain arrêté

La police néerlandaise a intercepté 2000 kilos de cocaïne lors d’une intervention dans un hangar à Voorschoten, à Amsterdam, le 8 décembre dernier. Cinq personnes ont été...

Un Marocain arrêté à Estepona avec 4,350 kilos de cocaïne

Un Marocain de 38 ans a été interpellé par la police nationale espagnole à Estepona, pour trafic de drogue et possession illégale d’armes. Il transportait dans un véhicule une...

Ces articles devraient vous intéresser :

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.