Covid-19 : le Maroc passe au niveau rouge de la transmission du virus

10 janvier 2022 - 23h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

La situation épidémiologique au Maroc inquiète ces dernières semaines. Le royaume passe désormais au niveau rouge de la transmission du nouveau coronavirus.

Le Maroc fait face à une hausse des cas de contamination au Covid-19. En tout, 35 307 cas positifs ont été enregistrés au cours de la période du 3 au 9 janvier 2022 contre 10 658 cas au cours de la période allant du 27 décembre au 2 janvier 2022, soit une hausse hebdomadaire de 231 % du taux des cas positifs au Covid-19. Un taux jamais enregistré depuis le début de la transmission communautaire du virus au Maroc, assure Dr Mouad Merabet, coordinateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique au ministère de la Santé et de la Protection sociale.

À lire : Covid-19 : le variant Omicron dominant au Maroc

Le niveau de transmission du SARS-CoV-2 est très élevé dans la région de Casablanca-Settat, élevé dans les régions de Rabat-Salé-Kénitra et de Marrakech-Safi, enfin modéré dans les autres régions du royaume. Il est à noter qu’il y a un décalage de trois semaines entre le centre du Maroc, le Nord et le Sud. Les pics de transmission du virus seront donc atteints à des dates différentes selon les régions. Le royaume est à la quatrième semaine de la troisième vague de Covid-19, et la transmission du virus passe désormais au niveau rouge, le plus élevé.

À lire : Covid-19 : des chercheurs annoncent la fin de l’épidémie pour mai 2022

S’agissant du taux de positivité hebdomadaire, il a augmenté dans l’ensemble des régions, et a doublé au niveau national passant de 10,2 à 21,7 %. Le nombre de tests réalisés est passé de 103 787 à 162 574 tests entre la semaine du 27 décembre au 2 janvier, et celle du 3 au 9 janvier, soit une hausse de 56,64 %. En ce qui concerne le nombre de décès, on dénombre 56 décès entre les 3 et 9 janvier 2022, ce qui représente une augmentation de 107 % par rapport à la semaine précédente. Quant au nombre des personnes guéries, il est passé de 3 853 à 9 847, soit une hausse de 155,57 %. Le le nombre de cas actifs s’établit désormais à 35 768 personnes, contre 10 364 personnes une semaine auparavant. Enfin, le taux de reproduction du virus (RO) est désormais de 1,33.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Omicron : vers une reprise de l’enseignement à distance au Maroc ?

La vitesse de propagation du variant omicron au Maroc pourrait obliger les autorités à étendre l’enseignement à distance en vigueur dans certaines régions, à l’ensemble du pays....

Vers un allègement des mesures restrictives au Maroc ?

À l’instar de nombreux pays dans le monde, le Maroc pourrait alléger les mesures restrictives mises en place afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Avec...

Covid-19 : multiplication des cas « Omicron » au Maroc

27 nouveaux cas confirmés du variant Omicron du Covid-19 ont été détectés au Maroc portant à 28 le nombre des cas confirmés, selon le ministère de la Santé.

Covid-19 : des chercheurs annoncent la fin de l’épidémie pour mai 2022

L’année 2022 pourrait marquer le début de la fin de la crise sanitaire. Les scientifiques sont optimistes et assurent que cette vague pourrait être la dernière. Mais la prudence...

Ces articles devraient vous intéresser :

Cancer : le premier test de dépistage 100% marocain bientôt commercialisé

Les premiers kits de dépistage du cancer, produits localement au Maroc, seront bientôt mis sur le marché. Le pays procède actuellement aux derniers tests de cette innovation afin de s’assurer de leur efficacité.

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

Plages au Maroc : l’embarrassante absence de toilettes publiques

Au Maroc, la plupart des plages sont dépourvues d’infrastructures sanitaires (toilettes, douches, centres de secours…). Une situation qui crée des désagréments aux touristes et aux MRE, surtout pendant la saison estivale.

Maroc : colère des gérants de salles de fêtes

Après l’impact de la pandémie de Covid-19 sur leurs activités, les propriétaires et gérants de salles de fêtes disent faire face aujourd’hui à une concurrence déloyale insupportable de certains individus proposant des salles informelles et des villas...

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.