Discriminés, les Français musulmans quittent la France

14 février 2022 - 19h10 - France - Ecrit par : S.A

En France, l’immigration est un sujet central de la campagne présidentielle alors que bon nombre de Français musulmans émigrent à l’étranger à cause des discriminations et des stigmatisations. La « fuite des cerveaux » de ceux qui pourraient servir de modèles d’intégration ne préoccupe guère les candidats.

« C’est vraiment les attentats de 2015 qui m’ont fait partir – j’ai compris qu’on n’allait pas nous pardonner, confie à The New York Times Sabri Louatah, 38 ans, le petit-fils d’immigrés algériens qui s’est installé à Philadelphie, sa ville d’adoption. Quand on vit dans une grande ville démocrate sur la côte Est, on est plus tranquille que dans Paris, où on est au cœur du chaudron. » Il déplore le raidissement de l’opinion à l’égard de tous les Français musulmans, après ces attentats. En France, il avait été traité de « sale Arabe ». Lors de la campagne présidentielle, les discriminations envers les musulmans continuent d’augmenter. Valérie Pécresse, candidate de centre-droit, Éric Zemmour, candidat d’extrême-droite… le ton est incisif.

À lire : Multiplication des actes anti-musulmans dans le Sud-Ouest de la France

Comme Sabri, ils sont nombreux ces Français musulmans qui ont quitté la France à cause des discriminations. « Il n’y a qu’à l’étranger que je suis français, » dit Amar Mekrous, 46 ans, qui s’est installé à Leicester, en Angleterre, avec sa femme et leurs trois enfants, après les attentats de 2015. « Je suis français, je suis marié à une Française, je parle français et je vis français. J’aime la bouffe, la culture française. Mais dans mon pays, je ne suis pas français », ajoute celui qui a grandi en banlieue parisienne auprès de parents immigrés. Avec son groupe Facebook, il a recensé le nombre de Français musulmans résidant au Royaume-Uni. Ils sont au nombre de 2 500.

« Les arrivées étaient nombreuses avant le Brexit », dit-il. Il s’agit principalement de jeunes familles et de mères célibataires qui peinaient à trouver un emploi en France en raison du fait qu’elles portaient le voile. Rama Yade, elle, est partie s’installer aux États-Unis, où elle est directrice du pôle Afrique à l’Atlantic Council, un think-tank basé à Washington. Pour l’ancienne secrétaire d’État chargée des droits humains, l’accent que met la campagne présidentielle sur l’immigration est « la consécration de 20 ans de pourrissement » d’une culture politique obsédée par l’identité nationale. Elle affirme d’ailleurs avoir quitté son parti dont Valérie Pécresse est actuellement la candidate aux élections, car il est devenu « très hostile à tout ce qui ne représentait pas une version fantasmée de l’identité française. »

À lire : Stigmatisées, des musulmanes voilées quittent la France

Cette « fuite de cerveaux » est loin d’être la préoccupation des candidats à la présidentielle. Les chercheurs pointent l’échec de la France à garantir un ascenseur social même aux membres les plus brillants de l’une de ses plus importantes minorités. « Ces personnes vont participer à l’économie de pays comme le Canada et la Grande-Bretagne », constate Olivier Esteves, professeur au Centre d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales de l’Université de Lille, où une enquête a été menée auprès de 900 Français musulmans émigrés, dont des entretiens approfondis avec 130 d’entre eux. « La France se tire une grosse balle dans le pied. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Religion - Islam

Aller plus loin

Les problèmes liés à l’identité religieuse poussent de jeunes Maghrébins à quitter la France pour Dubaï

De nombreux jeunes français issus de l’immigration ont quitté la France pour émigrer aux Émirats arabes unis, plus précisément à Dubaï, où ils disent se « sentir plus à l’aise...

Bruxelles : une exposition photo sur la diversité des musulmans

Depuis le 19 février et ce jusqu’au 13 mars, Géopolis, espace culturel installé au cœur de Bruxelles, présente l’exposition « Mosaïque, à la rencontre des citoyens et citoyennes...

Stigmatisées, des musulmanes voilées quittent la France

Elles sont de plus en plus nombreuses, ces femmes musulmanes voilées, à quitter la France pour aller vivre leur foi et mener une vie professionnelle épanouie, loin des regards...

En France, les préjugés racistes envers les musulmans persistent

En France, les préjugés à l’égard des musulmans restent élevés. C’est ce que révèle le rapport annuel de La Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) sur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Quand débute le ramadan au Maroc ?

La date de début du ramadan au Maroc est désormais connue. Le Centre international d’astronomie vient de faire ses prédictions.

Zakat Al Fitr : voici le montant à payer en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) vient d’annoncer la date du début du ramadan en France, qui commence le 10 mars 2024. Il vient également de donner le montant de la Zakat Al Fitr que devront payer les musulmans en France.

La date de l’Aid Al Mawlid au Maroc connue

Au Maroc, l’Aid Al Mawlid Annabaoui, la fête qui célèbre la naissance du prophète Mohammad, sera célébrée en ce mois de septembre.

Le hijab sur les podiums, témoignage de Mariah Idrissi

La Londonienne d’origine pakistanaise et marocaine Mariah Idrissi, premier mannequin en hijab à prendre part à une campagne publicitaire, se dit persuadée que malgré certaines pressions, la mode pudique va continuer à se développer.

Le Conseil d’État annule un arrêté anti-burkini

La ville de Mandelieu-la-Napoule, dans le sud-est de la France, a vu son arrêté interdisant le port du burkini sur ses plages suspendu par le Conseil d’État. Cet arrêté, réitéré chaque année depuis 2012, avait été contesté en justice par la Ligue des...

Aid Al Fitr au Maroc : mercredi ou jeudi ?

Les calculs astronomiques prévoient la célébration de l’Aïd Al fitr au Maroc le mercredi 10 avril 2024, comme de nombreux pays arabes et européens, mais l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses...

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.

Chaâbane débute mercredi, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1444 de l’hégire correspond au mercredi 22 février 2023, a annoncé hier le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

Ramadan 2023 : la durée de la journée de jeûne selon les pays

Le premier jour du ramadan correspond au 23 mars au Maroc et dans de nombreux pays à travers le monde. Les heures de jeûne durant ce mois sacré pour les musulmans varient d’un pays à l’autre.

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.