« Sebta et Melilla sont historiquement marocaines »

19 juin 2021 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.T

Le président de la commission du Sahara marocain au sein du Parti de la justice et du développement (PJD), Mustapha El Khalfi, reste très critique vis-à-vis de l’Espagne qui jouerait à un jeu flou sur la question du Sahara. Il a déclaré au cours d’une journée d’étude sur la crise migratoire que la nouvelle diplomatie marocaine renforcée par le soutien des États-Unis, peut conduire à un revirement de situation des villes de Sebta et Melilla.

Cette journée d’étude sur la crise migratoire initiée par le PJD a permis à l’ex-ministre de désapprouver une fois encore, l’attitude des autorités espagnoles qui joueraient à un jeu dangereux sur la question du Polisario, dénonçant le soutien de plusieurs hommes politiques aux groupes séparatistes.

L’Espagne doit laisser de côté les discours de haine et d’incitation à l’hostilité venant de certaines personnes encadrées et dirigées par l’extrême droite et promouvant une vision hostile contre le Maroc.

Au cours de ces assises, Mustapha El Khalfi a rappelé que Sebta et Melilla sont historiquement et sociologiquement marocaines, évoquant la question de rétrocession. Une rétrocession certes sous conditions mais qui pourrait être menée à son terme à cause des nouvelles mutations qu’enregistre le royaume.

« L’Espagne est consciente que le Maroc connaît d’importantes mutations qui lui donnent le droit de demander la rétrocession de Sebta et Melilla », a-t-il déclaré. Il cite la délimitation des frontières maritimes marocaines et la reconnaissance de la marocanité du Sahara par les États-Unis, sans oublier que le royaume peut désormais utiliser l’armement américain sur l’ensemble de son territoire.

À lire : «  Pour les États-Unis, le Maroc est plus fiable que l’Espagne  »

Par ailleurs, Mustapha El Khalfi rassure que la reconnaissance de la marocanité du Sahara par les États-Unis ne changera pas, en raison des clauses de l’accord tripartite signé avec Israël. Le PJD invite le Maroc à rester vigilant, car l’administration américaine reçoit des pressions pouvant le détourner de ses engagements vis-à-vis du royaume.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Rencontre - Polisario - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Mustapha El Khalfi

Aller plus loin

Pour près d’un quart des Espagnols, Sebta et Melilla redeviendront des villes marocaines

En tout, 20,3 % des Espagnols pensent que Sebta et Melilla seront à nouveau marocaines dans 20 ans. C’est ce que révèle un sondage réalisé par le Centre de recherche...

« Mohammed VI n’a jamais renoncé à l’annexion de Sebta et Melilla »

Les tensions entre le royaume et l’Espagne demeurent tendues. Le Maroc tient aux poursuites judiciaires à l’encontre du leader du Polisario, Brahim Ghali devant la justice...

Marocanité du Sahara : pourquoi l’Espagne se montre-t-elle toujours réticente ?

L’Espagne n’est pas près de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Elle redoute que le royaume revendique Ceuta et Melilla.

Le Maroc « occupe » le no man’s land près de Melilla, grincement de dents en Espagne

Le Maroc occupe son territoire à moins de 500 mètres du no man’s land avec Melilla. Le royaume construit dans cette zone des résidences et même une école, ce qui fait grincer...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.