La colère des enseignants marocains en France ne faiblit pas

2 juillet 2013 - 14h21 - France - Ecrit par : Bladi.net

Des enseignants marocains, employés par le gouvernement marocain en France, ne décolèrent pas. En cause, le rapatriement de la majorité d’entre eux dès cet été au Maroc.

Lancé d’abord sur internet, le mouvement de protestation des professeurs et leurs familles se poursuit, mais cette fois-ci devant les consulats du Maroc en France rapporte le journal Sud Ouest. A Bordeaux, plusieurs enseignants ont manifesté devant la représentation diplomatique marocaine, pour protester contre le retour programmé d’une partie d’entre eux, dès cette été, et le reste avant 2015.

Payés 1400 euros par mois, ces professeurs ont pour mission "d’enseigner les langues et cultures d’origine aux élèves des écoles et collèges, enfants de familles originaires du Maroc", d’après une convention signée en 1983 par les gouvernements français et marocain.

La plupart d’entre eux ne sont pas contre un retour au Maroc, qui reste "leur pays", mais estiment qu’étant en France depuis plusieurs années, leur réintégration au Maroc sera difficile. Leurs enfants, pour la plupart scolarisés en France, auront du mal à reprendre un cursus marocain, et les missions françaises restent très chères.

La seule solution selon eux, est de faire pression sur le gouvernement marocain pour qu’il revienne sur sa décision. Ils s’estiment lésés et déplorent que le Maroc veuille les remplacer "par des jeunes, moins chers, avec des contrats différents". D’autres manifestions sont prévues en France, et dans plusieurs pays européens.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Bordeaux - Education - Retour - Ministère de l’Education nationale

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.