Recherche

France : un épicier marocain menacé d’expulsion

© Copyright : DR

1er mai 2014 - 12h00 - Marocains du monde - Par: Bladi.net

Après l’affaire de Hassan Abou, l’épicier d’Hermonville, c’est aujourd’hui Rachid El Ghali, l’épicier de Fumel, qui risque l’expulsion. Ce dernier est installé depuis 2013 à Fumel, dans le Lot-et-Garonne. Son commerce ne serait "économiquement pas viable".

Rachid El Ghali, 44 ans, est un ressortissant marocain installé comme épicier à Fumel depuis 2013. Le 3 avril dernier, la préfecture de Lot-et-Garonne lui a refusé le renouvellement de son titre de séjour. Motif : son commerce ne serait "pas économiquement viable". En outre, l’arrêté préfectoral énonce une obligation de quitter le territoire(OQTF) sous un mois.

Selon Ladepeche.fr :

"Les fonctionnaires se basent notamment sur le bilan comptable de la fin 2013 qui laisse apparaître un déficit d’exploitation de 539 € sur un chiffre d’affaires de juillet à décembre d’un peu plus de 14.000 €. Un jugement probablement un peu hâtif s’agissant d’un commerce, corroboré par le bilan comptable, réalisé également par le cabinet Fiducial, et portant sur le premier trimestre 2014 : "Mon client a déjà réalisé en trois mois plus qu’en 6 mois l’an passé, avec plus de 21.000 € de chiffres d’affaires et dégage un revenu mensuel d’environ 1 600 € par mois", explique l’avocat de Rachid El Ghali, Me Laurent Bruneau, du barreau d’Agen. "Dans le contexte économique du Fumélois, on a un commerçant qui monte une affaire qui marche, qui est à jour de ses cotisations et on lui refuse le droit de travailler en France ? C’est aberrant".

Tout comme Hassan Abou avait, il y a quelques semaines, mobilisé une commune entière pour le soutenir, Rachid El Ghali dispose également du soutien du maire de Fumel qui a formulé un recours gracieux auprès du préfet de Lot-et-Garonne.

Par ailleurs, l’avocat de Rachid El Ghali compte bien déposer un recours devant le tribunal administratif de Bordeaux, ce vendredi, si la Préfecture ne revient sur sa décision.

Petit rappel au sujet de l’affaire Hassan Abou : Depuis 9 ans qu’il travaillait dans le magasin Proxi d’Hermonville, Hassan Abou n’a jamais été déclaré par son patron qui lui versait uniquement 900 euros en liquide mensuellement. L’URSSAF ayant appris l’existence de ce travail au noir, a décidé de mettre la préfecture de la Marne sur la piste du marocain, ce qui aurait pu entraîner son expulsion. Mais la commune entière d’Hermonville s’est entièrement mobilisée pour éviter cela. Aujourd’hui, ce dernier dispose d’un titre de séjour en règle.

Mots clés: Immigration clandestine , France , Expulsion

Bladi.net

Bladi.net - 2022 - - A Propos - Contact