France : une Marocaine condamnée à 6 mois de prison pour un mariage blanc

28 mars 2014 - 12h00 - France - Ecrit par : Bladi.net

Une femme d’origine marocaine a été condamnée en France à six mois de prison avec sursis pour avoir contracté un mariage dans le but d’obtenir un titre de séjour ou d’acquérir la nationalité française.

En plus de cette condamnation, la Marocaine est sous le coup d’une interdiction définitive du territoire français. Elle devra également verser une amende de 2000 euros de dommages et intérêts à son ex-faux époux.

D’après le journal la Nouvelle République, le couple s’est rencontré sur internet et une cérémonie religieuse s’est même déroulée à Rabat, dans la ville d’origine de la jeune femme. Arrivée en France, elle s’installe avec son mari à Issoudun, dans le centre du pays.

La relation du couple se dégrade très rapidement pour "incompatibilité d’humeur, mode de vie différent", selon l’avocate de la prévenue Pascaline Courthes.

Le ministère public est catégorique, il s’agit bien d’un mariage gris, une union qui permet d’obtenir un titre de séjour ou même la nationalité française en trompant le conjoint sur ses sentiments envers lui.

Le journal avance le cas de plusieurs milliers de personnes, surtout des femmes, qui sont victimes de ce type de mariages, principalement en région parisienne. La prévenue devrait faire appel de la décision, a précisé son avocate.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Prison - Mariage

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Au Maroc, le mariage des mineurs résiste au temps

Au Maroc, il y a encore du chemin à faire pour en finir avec le mariage des mineurs. Des voix s’élèvent pour appeler à la révision rapide et profonde du Code de la famille.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...