L’Espagne évite tout contact de Ghali avec les services secrets marocains

29 mai 2021 - 12h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les agents en charge de la surveillance de l’hôpital San Pedro de Logroño, où Brahim Ghali est admis depuis avril dernier, ont reçu l’ordre d’empêcher tout contact du leader du Front Polisario avec les services secrets marocains.

Brahim Ghali est sous surveillance policière depuis mardi à l’hôpital de Logroño, sur ordre du ministère espagnol de l’Intérieur qui a pris cette décision après l’annonce par Salem Lebsir de l’intention du leader du Front Polisario de se soustraire à la justice espagnole, rapporte OkDiario qui précise que les policiers commis à cette tâche ont également reçu la ferme consigne d’empêcher tout contact de Brahim Ghali avec les services de renseignement marocains.

Plusieurs policiers en civil ont été déployés par le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, pour surveiller 24 heures sur 24 les déplacements de Brahim Ghali qui, rappelle le site, n’est sous le coup d’aucune mesure judiciaire limitant sa mobilité ; ceci malgré la demande de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme de lui retirer son passeport, à laquelle n’a pas accédé le juge d’instruction Santiago Pedraz, soulignant que « les informations qui sont apparues dans les médias ne peuvent évidemment donner lieu à un accord de mesures restrictives pour toute enquête ».

Le leader du Front Polisario est cité à comparaître le 1ᵉʳ juin devant la Haute cour nationale pour des crimes de torture, de génocide et de violations des droits de l’homme. Les dispositions sont prises pour sa comparution par visioconférence depuis la chambre de l’hôpital.

L’accueil de Brahim Ghali en Espagne pour raison « humanitaire », a provoqué une grave crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne, et a également engendré, selon la même source, la crise migratoire de Ceuta, ville qui a enregistré l’arrivée de près de 10 000 migrants marocains en début de semaine dernière. Autre conséquence de cette crise, c’est la suspension par le Maroc de la collaboration policière et en matière de renseignement avec l’Espagne dans le cadre de la lutte contre l’immigration.

Sujets associés : Espagne - Polisario - Brahim Ghali

Aller plus loin

Brahim Ghali fixé sur sa date de comparution

Brahim Ghali, leader du Polisario, comparaîtra devant la justice espagnole le 1ᵉʳ juin prochain. Cette annonce a été faite par le porte-parole de l’Audience nationale.

Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise entre le Maroc et l’Espagne, née après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital à Logroño, n’est pas près de connaitre son épilogue. Ce dimanche, Arancha González...

Brahim Ghali sous surveillance policière à l’hôpital de Logroño

Depuis quelques jours, des agents ont été affectés au poste de police de la ville de San Pedro pour surveiller l’hôpital de Logroño où est hospitalisé Brahim Ghali, le chef du...

Affaire Brahim Ghali : le Maroc critique vertement l’Espagne

Le Maroc prend acte de la décision de l’Espagne de ne l’avoir pas tenu informé de la présence du leader du Polisario sur son territoire et en « tirera toutes les conséquences »,...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.