Espagne : une coalition qui tourne le dos au Polisario

26 octobre 2023 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Pedro Sanchez (PSOE) et Yolanda Diaz (Sumar) ont signé mardi un accord en vue de la constitution d’un gouvernement de coalition. Le texte ne fait pas mention de la politique espagnole envers le Maroc, et principalement de la question du Sahara.

Pedro Sanchez et Yolanda Diaz ont évité le sujet pour ne pas contrarier les autorités marocaines, croit savoir El Confidencial, précisant que cet accord entre Sanchez et Diaz vise à approfondir les politiques déployées par l’actuel gouvernement de coalition. « La nouvelle coalition va durcir l’impôt sur les sociétés afin de récolter 10 milliards d’euros. Elle y parviendra en faisant payer aux entreprises un taux effectif de 15 % sur le résultat comptable. C’est-à-dire sur le bénéfice qu’elles perçoivent, et non sur le bénéfice qu’elles déclarent percevoir », a annoncé Diaz lors de la conférence de presse conjointe avec Sanchez après la signature de l’accord.

À lire : A cause du Sahara, la coalition gouvernementale en Espagne risque d’exploser

Le document aborde de long en large la politique de l’emploi qu’entend mettre en œuvre le gouvernement au cours des prochaines années, ainsi qu’une réforme fiscale, l’approbation d’un nouveau système de financement et un renforcement de la santé publique. L’accord prévoit aussi la réduction du temps de travail à 37,5 heures par semaine « sans réduire les salaires », une réforme chère à Díaz, de même que de nouvelles mesures pour « réglementer les licenciements ». Les deux parties ont également convenu de revoir à la hausse les objectifs de la loi sur le changement climatique et de « garantir l’accès à l’éducation pour tous les enfants de deux ans d’ici la fin de la législature ».

À lire : Sahara : Podemos exprime son « désaccord » avec le parti socialiste espagnol

Toutefois, les deux responsables n’ont pas évoqué les accords qui doivent être conclus pour permettre à Sanchez de conserver son poste à la Moncloa. Le PSOE et Sumar disposent de 152 sièges (121 du PSOE et 31 de Sumar), et il leur faut au moins vingt sièges supplémentaires pour assurer l’investiture du leader socialiste avec un minimum de 171 sièges exigés. Pour atteindre cet objectif, il leur faudra encore négocier avec Podemos (5 sièges) et tenter de convaincre le PP, Vox et Unión del Pueblo Navarro. Dans sa dynamique de ralliement, le PSOE explore toutes les possibilités et vise un gouvernement de coalition de grande envergure.

Sujets associés : Espagne - Polisario - Sahara Marocain

Aller plus loin

Le Polisario trouve un allié au sein du gouvernement espagnol

Après avoir omis d’évoquer le conflit au Sahara dans l’accord de coalition gouvernementale signé fin octobre avec le parti socialiste espagnol (PSOE), le parti Sumar, dirigé par...

Après l’avoir traité de « dictature », Yolanda Diaz « remercie » le Maroc à l’ONU

Après avoir affirmé dimanche que le Maroc est une « dictature », Yolanda Diaz, la deuxième vice-présidente du gouvernement et ministre du Travail espagnol, a tenté mardi de se...

Sahara : Podemos exprime son « désaccord » avec le parti socialiste espagnol

Podemos a de nouveau exprimé lundi « l’important désaccord » qu’il a avec le parti socialiste (PSOE), son partenaire au sein de la coalition gouvernementale, sur la question du...

Sahara : le président du Parti populaire promet de faire volte-face

Le président du Parti populaire (PP), Alberto Núñez Feijóo, a rencontré le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, à Rotterdam aux Pays-Bas, en marge du Congrès du Parti...

Ces articles devraient vous intéresser :

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Le Maroc menace d’occuper le reste du Sahara

L’ambassadeur du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a laissé entendre que le Maroc pourrait récupérer la partie du Sahara située à l’est du mur de séparation.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

La marque Lacoste présente ses excuses au Maroc

L’affaire des polos Lacostearborant une carte tronquée du Maroc, excluant ses provinces du sud, connaît un nouvel épisode. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a confirmé que les responsables de la célèbre marque française de...

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.