Sahara : le président du Parti populaire promet de faire volte-face

1er juin 2022 - 09h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le président du Parti populaire (PP), Alberto Núñez Feijóo, a rencontré le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, à Rotterdam aux Pays-Bas, en marge du Congrès du Parti populaire européen. Le leader espagnol a assuré au responsable marocain qu’il reviendra sur la décision de Pedro Sanchez concernant le Sahara s’il succède à ce dernier.

« Le problème du Sahara ne peut pas être résolu avec une lettre clandestine. Il faut faire la lumière sur cette question. […] La seule chose que le secret peut créer, c’est plus de problèmes, plus de tensions, plus d’incertitude et moins de responsabilité envers le peuple sahraoui, envers le Maroc et envers les Nations Unies », a déclaré Núñez Feijóo à El Mundo.

Pour le leader du Parti populaire (PP), principal parti d’opposition, il est urgent de revoir la politique étrangère de l’Espagne. « La politique étrangère n’est pas un hasard. Un gouvernement ne peut pas introduire illégalement un citoyen sur son territoire », a-t-il soutenu, faisant allusion à l’entrée de Brahim Ghali en Espagne en avril 2021.

À lire : Sahara : le parti socialiste espagnol veut conclure un accord avec l’opposition

Cette position tranchée de Núñez Feijóo, s’il atteignait la Moncloa, pourrait avoir des conséquences dans les relations futures de l’Espagne avec le Maroc. « Ce que je peux assurer au Premier ministre marocain, c’est que je ne vais pas le tromper, et je ne vais pas non plus tromper mon pays… En ce qui concerne les résolutions de l’ONU, nous pouvons nous mettre d’accord sur beaucoup de choses », a-t-il souligné.

Et de conclure : « Je suis convaincu que le chef du gouvernement marocain m’a compris. L’important, c’est qu’il n’y ait pas de tromperies entre nos deux pays, qu’il n’y ait pas de déloyautés et qu’il n’y ait pas de lettres clandestines ». Des sources du PP ont confié qu’au terme de la rencontre, Aziz Akhannouch a invité Feijóo à se rendre au Maroc. Une invitation à laquelle ce dernier compte répondre « avant la fin de l’année ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Sahara Marocain - Aziz Akhannouch - Autonomie Sahara

Aller plus loin

Les vacances de Pedro Sanchez au Maroc font polémique

Le Parti populaire (PP) multiplie les sorties pour dénoncer le fait que le président du gouvernement par intérim, Pedro Sanchez, ait choisi de passer ses vacances au Maroc,...

Sahara : un changement de position de l’Espagne fin juillet ?

La politique étrangère de l’Espagne envers le Maroc, notamment sa position sur le Sahara, pourrait changer après les élections du 23 juillet. Le royaume suit de près ces...

A cause du Sahara, la coalition gouvernementale en Espagne risque d’exploser

Malgré son désaccord avec Pedro Sanchez sur le changement de position sur le Sahara, Podemos ne quittera pas le gouvernement de coalition, a assuré son porte-parole, Pablo...

Sahara : le parti socialiste espagnol veut conclure un accord avec l’opposition

Le porte-parole du groupe parlementaire du PSOE, Hector Gomez, a assuré que son parti va chercher à négocier un accord avec l’opposition avant la présentation au Congrès, mardi,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une aide directe aux veuves

Le Conseil de gouvernement, présidé par le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, se réunira jeudi 6 avril pour examiner plusieurs projets de décrets, selon un communiqué du département du Chef du gouvernement publié lundi.

Élections en Espagne : la droite remettra-t-elle en cause la marocanité du Sahara ?

Au lendemain de la débâcle électorale de son parti, Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol, vient d’annoncer la tenue d’élections anticipées pour le 23 juillet. Ces élections pourraient voir l’arrivée du Parti populaire (PP) et la remise...

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Eau et électricité : une bonne nouvelle pour les ménages marocains

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch renonce à son projet visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’eau et l’électricité. Ce projet avait soulevé de vives polémiques et inquiété les Marocains.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.