Espagne : un Marocain, président d’une ONG LGBTI, accusé de détournement

31 octobre 2023 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

L’ONG Kif Kif, leader dans l’assistance des migrants LGBTI en Espagne, est contraint de fermer ses portes après que son président, Samir Bargachi, d’origine marocaine, soupçonné de détournement de fonds et d’arnaque, est porté disparu.

Le 25 juillet, « certains employés me contactent et me disent que la situation financière est mauvaise et j’ai essayé d’entrer en contact avec le président, Samir Bargachi. Quand je l’ai eu au téléphone et lui ai fait part de la situation, il m’a dit qu’on en parlerait le lendemain, mais il a disparu », explique à Infobae, Jesús Ortega, trésorier et président par intérim de l’ONG. Le jour même, il se rend à la banque pour vérifier les comptes. Mais le lendemain, il vérifie à nouveau le compte et remarque un trou de 2 000 euros. C’est alors qu’il a décidé de fermer le compte et de retirer le montant restant (environ 1 800 euros), puis en a informé des avocats du cabinet Global-Law.

Bargachi est porté disparu. Il ne répond ni aux appels ni aux messages. Face à ce silence, « nous avons commencé à enquêter et nous estimons que l’éventuel détournement de fonds pourrait dépasser 200 000 euros. Nous pensons que cela s’est fait petit à petit », détaille le président par intérim de l’ONG, déplorant le fait que Bargachi ne veuille pas « donner d’explications » sur cette situation, ce qui a amené l’association à le révoquer pour plusieurs raisons dont entre autres, l’absence de son travail pendant plus de trois jours consécutifs, le « détournement de 208 580 euros depuis avril 2021 ». Cette révocation ainsi que les raisons évoquées lui ont été notifiées par écrit dans une lettre, après une session extraordinaire du conseil d’administration tenue en août.

À lire : Une affaire de détournement touche le consulat du Maroc à Barcelone

Bargachi « ne s’est pas présenté à cette réunion, en plus, il ne veut pas nous donner les mots de passe des réseaux sociaux, ni des utilisateurs », explique Jesús, précisant avoir « porté plainte auprès des Mossos pour qu’ils ferment ces comptes car, apparemment, il continue aussi d’arnaquer des abonnés, il a peut-être déjà pris 2 000 euros ». Une autre plainte s’ajoute à d’autres qui ont déjà été déposées, dont celle devant le tribunal de la Plaza Castilla. L’association a décidé de fermer pour des raisons économiques. « Kif Kif ne peut pas survivre économiquement, sinon nous continuerions. Le gouffre est si profond que nous ne pouvons faire autrement », regrette-t-il.

L’ONG a apporté un soutien psychologique à des centaines de migrants et réfugiés LGTBI, mettant à leur disposition des logements. « Il y a des personnes transsexuelles qui sont obligées de vivre avec une famille de réfugiés syriens et la coexistence n’est pas facile », a rappelé Jesús Ortega, indiquant que le processus de dissolution sera réalisé « dans les cinq ou six prochains mois », en attendant les futures décisions judiciaires.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Homosexualité Maroc - Arnaque

Aller plus loin

« Personne ne peut légaliser l’homosexualité au Maroc »

Le ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi, a assuré que l’homosexualité ne peut être « légalisée » dans un «...

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Une affaire de détournement touche le consulat du Maroc à Barcelone

Trois fonctionnaires du consulat général du Maroc à Barcelone font l’objet d’une enquête pour détournement. Ils sont actuellement interrogés par la Brigade nationale de la...

Tétouan : un chef d’agence de banque en prison pour détournement

À Tétouan, un chef d’agence de banque accusé de détournement a été placé en détention sur ordre du juge d’instruction et sur recommandation du parquet général.

Ces articles devraient vous intéresser :

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

Maroc : de "paradis gay" à destination à risque pour les LGBTQ+ ?

Le Maroc est passé de « pays gay-friendly » à destination touristique moins sûre pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Il y existe toutefois une sorte de tolérance.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.