Par désespoir, les jeunes Rifains se ruent vers l’Espagne

2 octobre 2023 - 07h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Six ans après les manifestations du Hirak dans le Rif, des milliers de jeunes de la région ont émigré clandestinement par bateau vers les côtes du sud de l’Espagne. Cette année, plus de 5 000 jeunes ont déjà rejoint les côtes espagnoles.

En quête d’une meilleure vie, les jeunes de la région du Rif préfèrent rejoindre l’Espagne. Oussama, 25 ans, et Mohamed, 26 ans, ont décidé de quitter prochainement Al Hoceima pour Motril, sur la côte de Grenade, où les attend Marouane, 20 ans, leur jeune frère qui, il y a quelques mois, a traversé la mer d’Alboran en jet ski pour regagner l’Espagne. Oussama est économiste et Mohamed, maître pâtissier. Depuis qu’ils ont décroché leurs diplômes, ils n’ont enchaîné que de petits boulots dans la région du Rif.

« Nous rejoindrons notre petit frère dès que possible. Nous avons perdu tout espoir ici. La politique du Maroc dans le Rif nous pousse à émigrer », explique Oussama à El Pais. Mohamed, lui, avait tenté il y a deux ans de traverser la mer d’Alboran à bord des grands bateaux de pêche appelés buleteras, mais a été arrêté par les forces de sécurité marocaines. Cet été, un nombre considérable de migrants ont réussi à atteindre la côte espagnole. Depuis le début de l’année, plus de 5 000 migrants ont déjà traversé la mer d’Alboran, selon les données consultées par El Pais.

À lire : Le Maroc va rouvrir les mines du Rif, lieux prisés des migrants clandestins

Les raisons de cet exode massif sont multiples. « Il y a une combinaison de facteurs socio-économiques, mais aussi identitaires, qui poussent les jeunes du Rif vers les grandes villes du Maroc et surtout vers les pays de l’UE » soutient Mohamed Hamji, professeur à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, ajoutant que « la région a besoin d’améliorer ses infrastructures : un réseau routier plus complet, l’extension des ports et la création de zones industrielles ».

Selon Ángela Suárez Collado, maître de conférences à l’université de Salamanque, « l’absence d’un plan de développement global et efficace » pour la région du Rif pourrait expliquer cet état de choses. « Jusqu’au début des années 2000, les politiques publiques ont eu un faible impact sur l’économie régionale, qui se nourrit des transferts de l’émigration, de la culture et de la commercialisation du haschich et (jusqu’en 2018-2020) de la contrebande avec Ceuta et Melilla », explique-t-elle. L’immigration, « ce n’est pas un choix, c’est notre destin », se résigne le propriétaire d’un café à Al Hoceima.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Al Hoceima - Jeunesse - Guerre du Rif - Hirak - Manifestations à Al hoceima

Aller plus loin

Gaz moutarde contre les Rifains : les historiens accusent l’Espagne

Des historiens espagnols confirment que l’Espagne a bien utilisé des armes chimiques contre la population civile pendant la guerre du Rif.

Une nouvelle liaison maritime entre Motril et Al Hoceima

Le port de Motril vient de lancer une ligne maritime de fret avec Al Hoceima. C’est la première et unique route commerciale pour le trafic de marchandises vers la ville marocaine.

Le Maroc veut construire une base militaire à Al Hoceima

Le Maroc envisage de construire une nouvelle base militaire dans le nord du royaume, près de la ville d’Al Hoceima, pour accueillir « des unités et des systèmes de défense...

Le Maroc va rouvrir les mines du Rif, lieux prisés des migrants clandestins

Le Maroc a décidé de rouvrir les mines du Rif dans lesquelles se sont cachés les migrants subsahariens qui ont pris d’assaut la clôture de Melilla en juin dernier.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Appel à la libération « immédiate » de Nasser Zezafi

À l’occasion de la Journée internationale des populations autochtones le 9 août, cinq organisations internationales de défense des droits humains ont appelé à la libération « immédiate et inconditionnelle » de Nasser Zefzafi, leader du mouvement de...

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.