Emotion après la séparation de deux frères marocains pendant 15 ans

25 octobre 2023 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Mohamed Ihmoudni est arrivé par bateau à Lanzarote en 2008 en provenance du Maroc, alors qu’il n’avait que 8 ans. Le 15 octobre dernier, il a retrouvé sur le quai de Puerto Naos son jeune frère qui l’a rejoint depuis Agadir.

Mohamed Ihmoudni travaille en tant que cuisinier au Club Nautique d’Arrecife. En fin de journée, il devient volontaire de la Croix-Rouge et aide les nouveaux migrants à leur arrivée à Lanzarote. Quelques jours avant le 15 octobre, son père au Maroc l’avait informé de la disparition de son jeune frère, soupçonnant qu’il ait embarqué vers Lanzarote. Mohamed attendait donc ce frère qu’il a finalement aperçu parmi les migrants arrivés le 15 octobre à Puerto Naos. « C’était comme un rêve devenu réalité », raconte-t-il à La Voz de Lanzarote.

Il y a 15 ans, Mohamed avait quitté Agadir à bord d’un bateau de fortune. « C’était en 2008, j’avais huit ans et c’était la première fois que je voyais l’océan. Ma famille avait payé 3 500 euros pour ce voyage », se rappelle-t-il. Son frère, lui, a payé 4 000 euros pour cette traversée en mer. « Quand j’ai imaginé qu’il aurait pu prendre un bateau, j’avais très peur qu’il meure en mer », souligne-t-il, se remémorant sa douloureuse expérience. « Voyager en bateau, c’est horrible, on vomit toute la journée… Je ne le recommande à personne ».

À lire : Aider leurs familles au Maroc, le rêve des mineurs devenus majeurs en Espagne

Ses parents ont sauté de joie après avoir appris que son jeune frère l’avait rejoint, sain et sauf. « C’était comme s’ils avaient gagné à la loterie ». Mohamed ne se voit pas vivre ailleurs qu’à Lanzarote, même s’il aimerait retourner un jour dans sa ville natale. Arrivé dans la ville à l’âge de 8 ans, il a poursuivi ses études jusqu’en terminale, avant de commencer à travailler et gagner de l’argent. « Je devais quitter le centre pour mineurs, je n’avais pas d’option pour continuer mes études. J’ai dû suivre des cours de cuisine », explique-t-il.

Durant son cursus, Mohamed n’a cessé d’être victime de racisme. « À l’école, j’ai subi beaucoup de racisme parce que j’étais, comme on dit, un maure… Pendant deux ans, je me réveillais en pleurant et je me couchais en pleurant parce que je voulais voir ma famille », confesse-t-il. La seule fois qu’il a pu jouer au football sur un terrain, les spectateurs l’ont traité de « maure de merde ». Aujourd’hui, Mohamed Ihmoudni gagne un salaire qui lui permet de payer son loyer et d’envoyer un peu d’argent à sa famille au Maroc. Il a déjà engagé les démarches pour obtenir la nationalité espagnole.

Sujets associés : Espagne - Agadir - Iles Canaries - Immigration - MRE

Aller plus loin

Le diplôme comme clé de la réussite pour un jeune Marocain en Espagne

Un jeune marocain de 22 ans qui avait abandonné ses études depuis le primaire, a dû reprendre les cours en Espagne pour avoir plus d’opportunités sur le marché du travail.

Aider leurs familles au Maroc, le rêve des mineurs devenus majeurs en Espagne

Trouver un travail pour s’intégrer dans la société et envoyer de l’argent à leurs familles au Maroc. C’est le rêve de la plupart des anciens migrants mineurs devenus majeurs en...

18 ans après, une Irlando-marocaine retrouve son père (vidéo)

18 ans après, une jeune femme Irlando-marocaine a retrouvé son père de nationalité marocaine qu’elle ne connaissait pas. Des retrouvailles heureuses pour le MRE et sa fille.

50 ans après, une Britannique retrouve sa fille emmenée au Maroc par son père

Une femme a retrouvé sa mère au Royaume-Uni cinquante ans après avoir été emmenée au Maroc par son père, où elle a été élevée par sa tante. Des retrouvailles pleines d’émotion.

Ces articles devraient vous intéresser :

La force économique des MRE se reflète à la Bourse de Casablanca

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) et les investisseurs étrangers détiennent à, eux seuls, plus du quart de la capitalisation boursière de la Bourse des valeurs de Casablanca (BVC).

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Plus de trois millions de touristes au Maroc en deux mois, grâce aux MRE

Durant les mois de juin et juillet derniers, les aéroports marocains ont enregistré au total 3,2 millions de touristes, soit un taux de récupération de 100 % par rapport à la période d’avant-Covid.

Transferts des MRE : les assurances d’Abdellatif Jouahri concernant une directive européenne

Les autorités marocaines vont engager des négociations avec la Commission européenne au sujet d’une directive européenne visant à restreindre les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a récemment annoncé Abdellatif Jouahri, le...

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

« La question migratoire est au cœur d’une nouvelle diplomatie offensive du Maroc »

Emmanuel Dupuy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe affirme que la question migratoire est au cœur d’une nouvelle diplomatie offensive du Maroc qui a adopté une nouvelle stratégie face à l’Europe.

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Roi Mohammed VI : les MRE « sont un motif de fierté pour le Maroc »

Le roi Mohammed VI a salué la détermination des Marocains résidant à l’étranger (MRE) à défendre les intérêts du Maroc notamment les causes nationales liées à leur patrie et au Sahara, et les a invités à s’impliquer dans le processus de développement....

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.