Le diplôme comme clé de la réussite pour un jeune Marocain en Espagne

28 mars 2023 - 14h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Un jeune marocain de 22 ans qui avait abandonné ses études depuis le primaire, a dû reprendre les cours en Espagne pour avoir plus d’opportunités sur le marché du travail.

À l’âge de 13 ans, le jeune marocain avait commencé à faire des petits boulots dans l’électricité, le jardinage, la mécanique, la maçonnerie et l’installation de panneaux solaires. Arrivé en Espagne, il a été confronté à la dure réalité du marché de l’emploi qui n’est pas accessible sans diplôme, contrairement à son Maroc natal où le diplôme n’est pas une exigence pour y accéder. En Espagne, « sans formation, vous n’êtes personne et sans diplôme, vous n’avez aucune chance lors d’un entretien d’embauche, même si vous avez beaucoup d’expérience professionnelle », se plaint-il.

À lire : Au Maroc, le niveau du sous-emploi reste élevé

Malgré lui, le jeune homme a décidé de reprendre ses études et s’est inscrit à l’école pour adultes de Salt dans la province de Gérone en Catalogne. Il a appris à lire et à écrire à l’âge de 18 ans et se réjouit d’avoir fini de lire son premier livre, « Père riche, Père pauvre ». Désormais, il en garde toujours un dans son sac à dos, assure-t-il. Le Marocain dit s’être également inscrit pour obtenir son permis de conduire afin d’avoir plus de chances d’intégrer le marché du travail, reconnaissant que le fait d’avoir abandonné ses études lui a causé beaucoup de préjudices. « Sans études, la vie est plus dure », confesse-t-il.

À lire : Aider leurs familles au Maroc, le rêve des mineurs devenus majeurs en Espagne

Grâce au programme « Primeres oportunitats » de la Croix-Rouge de Gérone, le jeune marocain commencera ce mois une formation professionnelle en maçonnerie, tout en poursuivant ses cours à l’école pour adultes de Salt. Selon la chargée du programme, Andrea Rodríguez, le cours offre « de bonnes chances d’insertion professionnelle pour les jeunes de moins de 30 ans ». Avec cette opportunité, le jeune homme espère trouver un emploi et économiser pour payer sa formation de mécanicien, son métier de rêve.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Education - Emploi - Jeunesse - Formation - MRE

Aller plus loin

Au Maroc, le niveau du sous-emploi reste élevé

Bien que le taux de sous-emploi connaisse une baisse, le niveau du sous-emploi reste élevé au Maroc. C’est ce que révèle la dernière étude de la Direction des Études et des...

De Maroc à l’Espagne : trois jeunes marocains racontent leur intégration

Dahamouh, El Yayaoui et Zhor, trois jeunes migrants d’origine marocaine racontent leur parcours, depuis leur arrivée en Espagne jusqu’à leur intégration, en passant par les...

Plus de 100 000 emplois menacés dans le secteur culturel au Maroc

La crise liée au Covid-19 a aggravé les problèmes auxquels étaient confrontés le secteur culturel depuis de nombreuses années, selon une étude qui vient d’être publiée par la...

Emotion après la séparation de deux frères marocains pendant 15 ans

Mohamed Ihmoudni est arrivé par bateau à Lanzarote en 2008 en provenance du Maroc, alors qu’il n’avait que 8 ans. Le 15 octobre dernier, il a retrouvé sur le quai de Puerto Naos...

Ces articles devraient vous intéresser :

Marhaba 2023 (MRE) : un record dans les ports marocains

L’opération « Marhaba 2023 », visant à faciliter le passage des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a enregistré un flux record cette année, avec près de 2,84 millions de passagers et 642 000 véhicules ayant transité par les ports marocains entre le...

Marhaba 2023 : le dispositif exceptionnel d’accueil des MRE commence aujourd’hui

C’est ce lundi 5 juin que débutera l’opération Marhaba 2023 dédiée aux Marocains résidant à l’étranger. La Fondation a activé le dispositif d’accueil au niveau du Maroc, la France, l’Italie et l’Espagne, composé 24 sites d’assistance et...

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

Football : la stratégie de la FRMF pour attirer les binationaux

La sélection marocaine de football est composée de plusieurs joueurs binationaux qui ont opté pour le Maroc au détriment de la Belgique, de l’Espagne, des Pays-Bas, de l’Italie et bien d’autres. Derrière ces choix parfois difficiles, se trouve un...

Plaidoyer pour la nomination d’un ministre chargé des MRE

En raison d’une faiblesse relevée au niveau de la coordination entre les institutions chargées des affaires MRE pour la mise en œuvre des politiques publiques et des dispositifs dédiés aux Marocains du Monde (MDM), le Conseil économique, social et...

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Au Maroc, les MRE investissent dans l’immobilier

70 % des investissements de la communauté marocaine résidant à l’étranger sont consacrés au secteur immobilier, selon Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de...

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

Jet-skis, bateaux de plaisance... que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a mis en place un régime d’admission temporaire pour les moyens de transport maritimes privés, en particulier les bateaux de plaisance, appartenant à des personnes résidant à l’étranger.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.