Youssef, un exemple d’intégration réussie d’un migrant en Espagne

7 février 2022 - 07h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Youssef Rahmani est arrivé en Espagne sur une patera il y a deux ans. Devenu majeur, et après avoir passé quelques mois dans un centre de migrants, il reste confiant, optimiste et déterminé à se construire un meilleur avenir dans son pays d’adoption.

Le jeune marocain tient à atteindre son objectif, celui de trouver un travail pour subvenir à ses besoins et aider sa famille au Maroc. Actuellement, il travaille comme plombier à Anoeta (Pays basque). « La plupart des compatriotes qui sont venus avec moi n’ont pas survécu. Il y en a qui vivent encore dans la rue, d’autres cherchent à s’intégrer, mais n’ont pas de papiers », déclare Youssef Rahmani, qui est désormais majeur.

Il a passé deux ans dans le centre de mineurs du Conseil provincial à Uba, où il a appris l’espagnol et engagé les démarches nécessaires pour obtenir un permis de travail. Ceci, grâce à la réforme du Règlement sur l’immigration approuvée par le gouvernement espagnol le 19 octobre dernier et entrée en vigueur dans la première quinzaine de novembre. Une réforme qui pourra profiter à environ 2 000 mineurs non accompagnés et anciens jeunes d’Euskadi, croit savoir Noticias de Gipuzkoa.

À lire : Exemples d’intégration réussie de mineurs marocains en Espagne

Avant cette réforme, la loi exigeait un contrat de travail avant d’accorder le permis de travail à ces jeunes migrants. Aujourd’hui, l’obtention du permis de séjour et de travail est beaucoup plus facile et rapide. Mieux, les autorités ont mis en place un programme d’insertion professionnelle des jeunes vulnérables et âgés de 16 à 23 ans comme Youssef. Le jeune marocain a saisi cette opportunité et a déjà signé un contrat de stage avec une entreprise de plomberie à Anoeta.

« L’avantage de ce métier, c’est qu’il est très varié. Chaque jour, il faut faire des choses différentes », affirme Youssef, content de pouvoir acquérir de l’expérience après sa formation en plomberie et électricité dans la coopérative de Peñascal. « Nous sommes très satisfaits du travail de Youssef et nous lui avons demandé de continuer son stage jusqu’à ce qu’il régularise sa situation administrative pour lui signer le contrat », a confié Olatz Zuloaga, l’un des partenaires de l’entreprise qui emploie Youssef.

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Intégration

Aller plus loin

Bloqué en Italie, un Marocain dort sous un pont à Vintimille

Parti du Maroc où il dit se sentir “discriminé”, Ahmed Qatib, un migrant marocain de 33 ans, rêvait d’une nouvelle vie en Allemagne. Mais il n’a pas réussi à arriver à...

En Espagne, la main-d’œuvre marocaine s’impose dans l’hôtellerie

Certains restaurants et établissements hôteliers en Espagne ont recours à la main d’œuvre marocaine sur place. Il s’agit notamment des migrants mineurs marocains devenus majeurs...

Hamza va revoir le Maroc après 6 ans d’éloignement

Hamza Nouali, un migrant marocain qui a quitté le royaume à l’âge de 16 ans, a obtenu ses papiers en Espagne et a pu rentrer au Maroc pour y passer ses vacances d’été.

Une loi en Espagne permet de régulariser des milliers de mineurs marocains

Quelque 16 000 mineurs marocains ayant atteint la majorité, ont obtenu leurs permis de séjour et de travail en Espagne. C’est le résultat de la réforme sur la réglementation des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Europe : diminution des flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc

Les flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc vers l’Europe ont diminué au cours des derniers mois. C’est ce qu’indiquent les données de l’Agence européenne des frontières, Frontex.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Drame de Nador : les recommandations de l’ONU au Maroc et à l’Espagne

L’Organisation des nations unies tient également à ce que le drame de Nador ne se répète plus jamais. C’est dans ce cadre que le Mécanisme international indépendant pour la justice et l’égalité raciale des Nations unies envisage d’émettre des...

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.