Des mineurs marocains parlent de l’enfer de l’immigration

19 février 2022 - 20h00 - Ecrit par : A.S

Mohamed Hajjaj, Jamal Benfatih et Jad Atwane sont trois jeunes marocains arrivés en Espagne alors qu’ils étaient mineurs. Ils racontent leur histoire lors d’une conférence sur la migration des adolescents et des enfants.

« Je serai heureux quand j’aurai un travail », a répondu Mohamed Hajjaj à la question de savoir s’il a pu réaliser son rêve en arrivant en Espagne. Ses compatriotes Jamal Benfatih et Jad Atwane sont du même avis. Les trois ont immigré en Espagne alors qu’ils étaient âgés entre 14 et 16 ans. Aujourd’hui, ils ont entre 18 et 19 ans, fait savoir Hoy.

Lors d’une conférence organisée par l’association Cerujovi sur la migration des adolescents et des enfants, ils partagent leurs expériences. L’objectif, c’est de faire de la pédagogie et mettre sur la table toutes les difficultés de ce processus. « On veut rapprocher la réalité au-delà des stéréotypes, c’est très dur de passer la frontière à 13 ou 14 ans, ce n’est pas un caprice, il y a de la douleur, des familles s’endettent », explique Katarzyna Reyes, coordinatrice de Cerujovi.

À lire : Immigrer clandestinement en Espagne, c’est « comme payer pour mourir »

Mohamed, originaire de Fnideq, a quitté sa ville en 2019 à l’âge de 15 ans. Pour lui, l’expérience de la migration les a rendus plus matures d’une certaine manière. Comme ses deux compatriotes, il a obtenu un permis de séjour et ne regrette pas d’avoir immigré en Espagne. À l’âge de 16 ans, Jamal est entré à Melilla depuis Nador et est resté près de deux ans dans un centre de mineurs avant de rejoindre un logement à Casar de Cáceres. Jad, lui, a vécu cette expérience comme « un enfer ». Natif de Nador, il a aussi passé trois ans dans un centre pour mineurs à Melilla.

Jad vit dans un appartement à Cáceres et Mohamed à Plasencia après être passé par le centre de mineurs Tecum, à Casar de Cáceres, qui a fermé en mai dernier. Jamal, lui, vit seul dans un appartement loué. Mohamed, Jamal et Jad souffrent de vivre loin de leurs proches. « Nous n’avons pas vu nos parents depuis des années, nous avons des frères et sœurs ou des cousins que nous ne connaissons pas », déplorent-ils.

En plus de ces trois jeunes, Malak, une jeune mineure qui a vécu dans le centre de mineurs de Ceuta, racontera son histoire, la migration des filles étant une réalité encore minoritaire et qui présente des particularités.

Tags : Immigration clandestine - Enfant - Jeunesse

Aller plus loin

Immigrer clandestinement en Espagne, c’est « comme payer pour mourir »

Saad Kataloni, 19 ans, et Bouaza Ben Anaya sont deux Marocains qui ont tenté d’immigrer en Espagne au péril de leurs vies. Aujourd’hui, ils sont convaincus que ce n’est pas la...

Plus de 300 mineurs marocains « oubliés » dans les centres de Sebta

Mohamed C. fait partie des 1 356 mineurs marocains arrivés à Ceuta en mai 2021. Il est l’un des rares chanceux qui ont réussi à rejoindre la péninsule. Plus de 300 mineurs...

Youssef, un exemple d’intégration réussie d’un migrant en Espagne

Youssef Rahmani est arrivé en Espagne sur une patera il y a deux ans. Devenu majeur, et après avoir passé quelques mois dans un centre de migrants, il reste confiant, optimiste...

Mohamed Ikissane, marocain assistant social Barcelone

Mohamed Ikissane est un jeune migrant marocain qui est arrivé à Barcelone sous un camion en 2018. Il a été accueilli sur la paroisse de Santa Ana qui l’a aidé à aller de l’avant....

Nous vous recommandons

Le Maroc parmi les destinations touristiques les moins sûres pour les LGBTQ+

Le Maroc a été classé 170ᵉ, sur plus de 200 pays, parmi les destinations touristiques les plus hostiles aux lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres dans l’édition 2022 du LGBTQ+ Travel Safety Index.

Si le départ de Ryanair du Maroc se confirme, de nombreuses liaisons seront supprimées

Si le départ de Ryanair du Maroc est confirmé en mai prochain, en raison des désaccords avec les autorités marocaines, cinq liaisons avec Tanger seront définitivement supprimées.

La France retire le Maroc de la zone rouge, plus de quarantaine

La France a retiré le Maroc de la zone rouge « caractérisée par une circulation particulièrement active de l’épidémie de Covid-19 » pour le classer en zone orange. Les voyageurs en provenance du royaume ne seront plus soumis à une quarantaine à leur arrivée...

Corée du Sud : conditions inhumaines d’un détenu marocain, les explications des autorités

Les autorités coréennes ont tenté de justifier le traitement dégradant infligé à un Marocain retenu dans un centre de détention pour migrants de Hwaseong à la suite de la publication d’une vidéo choc.

Le Maroc ne bloquera pas le gaz arrivant d’Algérie

La Directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) Amina Benkhadra, a donné la position du Maroc sur les rumeurs entourant le Gazoduc Maghreb Europe (GME). Selon elle, le royaume n’a pas l’intention d’empêcher...

L’absence de MRE fait chuter le chiffre d’affaires des « chouwafates »

Depuis deux ans, la crise sanitaire liée au coronavirus produit un impact négatif sur l’activité des chiromanciennes, aussi appelées « chouwafates ». Leur moral a commencé à décliner.

Armée de l’air : quand le Maroc concurrence l’Algérie

Le Maroc a réceptionné en décembre dernier le premier lot du système chinois de défense anti-aérienne FD-2000B commandé en 2017. De quoi concurrencer l’Algérie, protectrice du mouvement indépendantiste, Polisario, qui a coupé les ponts avec le royaume...

Zone franche de Fnideq : les travaux achevés d’ici fin décembre

Les travaux de la zone franche de Fnideq seront achevés d’ici la fin de l’année. Le projet vise à développer la région du nord du pays et à lui insuffler une nouvelle dynamique économique après l’arrêt du commerce de contrebande avec...

La Garde civile espagnole recrute ... pour le Maroc

La Garde civile espagnole recrute pour des postes à pourvoir à l’étranger, notamment au Maroc, aux États-Unis, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, au Vatican, en France, en Mauritanie et en Colombie.

Voici les vols de rapatriement programmés par Royal Air Maroc (liste)

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a dévoilé le programme complet de ses vols de rapatriement jusqu’au 23 décembre à la suite de la décision des autorités marocaines de mettre fin au dispositif mis en place pour permettre le retour au Maroc des...