L’étau se resserre autour des trafiquants belgo-marocains réfugiés à Dubaï

3 janvier 2024 - 20h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

Après la toute première extradition d’un baron de la drogue des Émirats arabes unis vers la Belgique, l’étau se resserre autour des narcotrafiquants belgo-marocains installés à Dubaï.

Ce n’est qu’une question de temps pour que la Belgique obtienne l’extradition des trafiquants de drogue belgo-marocains vivant à Dubaï. Samedi, le parquet fédéral a annoncé l’extradition depuis les Émirats arabes unis de Franc Gergely, un ressortissant albanais né en 1992, dans le cadre d’une enquête autour d’un assassinat commis à Bruxelles, dans le milieu de la drogue, en 2020, fait savoir Belga. La toute première extradition organisée entre les Émirats arabes unis et la Belgique dont s’est félicité le ministre belge de la Justice Paul Van Tigchelt. « Le conte de fées est terminé », dira-t-il.

À lire : Mocro-Maffia : Dubaï dément avoir maltraité Ridouan Taghi avant son extradition

Désormais, la Belgique s’attend à l’extradition d’une vingtaine d’autres criminels vivant actuellement aux Émirats arabes unis. La plupart sont des narcotrafiquants. Parmi eux, Nordin El Hajjioui alias « Dikke Nordin », un belgo-marocain connu pour son talent d’organisateur lors d’actions dans le port d’Anvers. Principal suspect dans plusieurs affaires de trafic international de stupéfiants, il est incarcéré à Dubaï depuis le mois d’août à la demande du tribunal d’Anvers. Un tribunal de Dubaï avait entre-temps rejeté trois demandes d’extradition du trentenaire vers la Belgique.

À lire :A Dubaï et au Maroc, l’exil doré des trafiquants belgo-marocains

La Belgique a également demandé l’extradition des frères Othman El Ballouti, 37 ans, et Younes E.B., dont la nièce Firdaous, 11 ans, a été tuée par balle à Merksem en février 2023. Visé par une enquête pour blanchiment d’argent, Othman de Borgerhout s’est installé à Dubaï, où il étendrait son empire. Il est accusé d’avoir financé une école primaire islamique controversée à Malines. Il ne s’est vu infliger aucune peine d’emprisonnement. Il serait propriétaire de quatre propriétés à Dubaï d’une valeur d’un demi-million d’euros chacune dans le complexe exclusif Miras Town, dans la banlieue de Reem. Il possèderait aussi un appartement dans le prestigieux hôtel Residence Sky View.

À lire : Un résident occasionnel au Maroc arrêté à Dubaï pour trafic de drogue

En craquant Sky ECC, la police fédérale a réussi à obtenir des preuves pour le poursuivre en justice. Le trafiquant de drogue est également dans le viseur de la DEA américaine qui a ouvert une enquête. De son côté, le gouvernement américain a inscrit le Belgo-marocain sur la liste noire de l’OFAC, aux côtés de son bras droit Youssef “Benz” Ben Azza et de son plus jeune frère Younes El Ballouti. Ce dernier a été reconnu condamné il y a quelques années. Kidnappé par des gangsters français en 2016, il réussit à s’échapper de l’appartement parisien où il était détenu. Après avoir vécu pendant longtemps à Dubaï, il se trouve désormais au Maroc.

Sujets associés : Emirats Arabes Unis - Dubaï - Trafic - Drogues - Extradition - Belgique

Aller plus loin

Un résident occasionnel au Maroc arrêté à Dubaï pour trafic de drogue

Un résident occasionnel au Maroc et un autre homme ont été interpellés à Dubaï, aux Émirats arabes unis pour un important trafic de drogue. Ces deux trafiquants pourraient être...

A Dubaï et au Maroc, l’exil doré des trafiquants belgo-marocains

Sur la liste des trafiquants de drogue les plus recherchés figurent plusieurs Belgo-Marocains. Ils vivent maintenant au Maroc, en Turquie et aux Émirats arabes unis, échappant...

Mocro-Maffia : Dubaï dément avoir maltraité Ridouan Taghi avant son extradition

Les nouveaux avocats de Ridouan Taghi, présumé chef de la Mocro maffia, par ailleurs principal suspect dans l’affaire Marengo demandent des éclaircissements sur une possible...

Colère aux Pays-Bas après la libération par Dubaï d’un trafiquant de drogue marocain

La libération d’un trafiquant de drogue néerlando-marocain et d’un trafiquant néerlando-bosniaque, qui seraient les cerveaux d’un « super cartel » européen provoque la colère...

Ces articles devraient vous intéresser :

Rabat-Salé-Kénitra : plus de 20 tonnes de drogue partent en fumée

Depuis le début de l’année, les services régionaux des douanes de Rabat-Salé-Kénitra ont déjà détruit plus de 20 tonnes de drogues saisies lors des différents contrôles effectués dans la région.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Détournement de 230 000 euros : le Maroc réclame l’extradition de son ex-agent consulaire

L’ancien agent consulaire marocain à Barcelone, Hamid Chraite, se trouve dans une situation délicate. Il est sous la menace d’une extradition au Maroc, une demande approuvée par le Parquet de l’Audience nationale.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.