Les excuses du journaliste saoudien après sa diatribe contre le Maroc

6 mai 2020 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Après avoir déblatéré contre le Maroc, le journaliste saoudien, Fahid Al Shamri, se confond en excuses. Dans deux vidéos publiées sur sa chaîne YouTube, il s’en était pris au royaume et affirmait que son économie reposait sur la prostitution.

"Je ne ressens aucune haine envers le Maroc, ni pour le gouvernement marocain. J’ai du respect pour les honorables Marocains", déclare Fahid Al Shamri dans une nouvelle vidéo publiée sur sa chaîne YouTube. Le journaliste a assuré qu’il n’indexait pas le Maroc lorsqu’il parlait des pays aux chapeaux. À l’en croire, il faisait allusion à des pays colonisés par la Turquie, où les gens portaient des chapeaux traditionnels.

"J’ai utilisé le terme pour parler de tous les pays qui ont été colonisés par les [tribus] turco-mongoles", tente de justifier Al Shamri, qui précise que le Maroc n’en faisait pas partie. "Les honorables Marocains devraient être fiers de ce fait. L’Arabie saoudite n’a pas été également colonisée par les Turco-mongols", ajoute-t-il.

Dans deux récentes vidéos, le journaliste saoudien affirmait que l’essentiel des transferts d’argent des Marocains résidant à l’étranger (MRE) vers le royaume provenait de la prostitution. Selon lui, le Maroc "envoie ses femmes à l’étranger pour se prostituer". Des allégations qui ont suscité de vives polémiques.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Arabie saoudite - Prostitution Maroc - Youtube

Aller plus loin

L’économie marocaine repose sur "la prostitution", selon un journaliste saoudien

Le journaliste saoudien, Fahid Al Shamri, a attaqué frontalement le Maroc dont l’économie reposerait sur "la prostitution". Des propos qui font polémique.

Latifa Aït-Baala réagit suite aux propos du Saoudien Fahid El Shamri, sur les femmes marocaines

Le journaliste saoudien Fahid El Shamri a affirmé dans une vidéo publiée il y a quelques jours que "l’immigration marocaine serait composée de 46 % de femmes qui auraient fait...

Ces articles devraient vous intéresser :

Salma Rachid sous le feu des critiques

Salma Rachid est la cible d’attaques sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes fustigent l’arrogance de la chanteuse de la pop marocaine.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Saad Lamjarred sanctionné par Youtube ?

Le chanteur marocain Saad Lamjarred explique les raisons qui seraient derrière la baisse inquiétante du nombre de vues de ses chansons sur la plateforme YouTube.

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Buzz, fric et clashs : La (mauvaise) recette des artistes marocains

De plus en plus d’artistes marocains se tournent vers les réseaux sociaux, notamment Instagram et TikTok, pour interagir avec leur public et générer des revenus. Cette tendance suscite toutefois des critiques, certains pointant du doigt le recours à...

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.