Attaque du Thalys : la famille d’Ayoub El Khazzani implore la cour pour une deuxième chance

2 décembre 2020 - 12h00 - France - Ecrit par : G.A

Depuis lundi, quatre personnes, dont le Marocain Ayoub El Khazzani, comparaissent devant la cour d’assises spéciale pour leur implication dans l’attaque du Thalys reliant Paris à Amsterdam en août 2015. Les proches du Marocain retiennent leur souffle et espèrent que la justice sera clémente puisqu’il n’y a eu que deux blessés.

En 2015, au moment de l’attaque du Thalys, Ayoub El Khazzani, qui avait ouvert le feu à l’intérieur du train n’était âgé que de 26 ans. Il est accusé de « tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Selon les conclusions de l’enquête menée à l’époque des faits, ce citoyen marocain agissait sur instruction d’Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur de la cellule terroriste ayant frappé la France et la Belgique en 2015 et 2016. Malgré les nombreuses réactions pour condamner l’acte du jeune homme, sa famille décrit un homme candide, qui ne pourrait faire de mal à qui que ce soit, rapporte 20minutes.fr.

À la barre de la cour d’assises, Zahra A. sa mère est étonnée d’entendre que son fils a pu tirer sur un homme.« Il a tiré ? Mais il m’a dit qu’il n’avait pas pu tirer… ». Âgée de 62 ans, la mère de famille assure qu’elle ignorait qu’un passager du Thalys avait été grièvement blessé par son fils le 21 août 2015. Après avoir présenté ses excuses aux passagers du train, elle demande que la justice soit « clémente » avec le djihadiste de 31 ans, jugé depuis onze jours, car « il n’y a pas eu de mort », et qu’il « regrette » son geste.

Aux dires de ses proches, Ayoub El Khazzani est un jeune homme ordinaire. Il est né au Maroc et y a vécu jusqu’à ses 18 ans. En 2007, il part s’installer en Espagne avec ses parents et ses cinq frères et sœurs. Salma sa sœur de 22 ans parle de son frère comme d’un « garçon sympathique » qui « travaillait beaucoup ».Elle ne comprend pas comment et pourquoi il s’est laissé entraîner dans ce genre de situation. « On a été élevé dans l’optique de faire du bien aux autres. Il se fâchait parfois mais son intérieur était très pur. Il n’a jamais été agressif », dit-elle très émue.

Une autre de ses sœurs, Oumaima, âgée de 23 ans, assure qu’ils ont grandi dans une ambiance de paix et d’amour et que rien ne pourrait justifier ce dont on accuse son frère. « En Espagne, tout était normal, nous étions une famille réunie, Dieu merci. Il y avait de l’amour, de la chaleur au sein de la fratrie ». Elle évoque le souvenir d’un frère qui était « gentil » et qui avait « un cœur propre », même si Ayoub El Khazzani a déjà eu des problèmes avec la justice espagnole, rapporte 20minutes.fr.

Malgré le portrait fait par sa famille, les autorités espagnoles signalent que l’accusé et son frère Imram étaient connus pour appeler au djihad en Syrie auprès des fidèles de la mosquée Taqwa. Mais la mère de famille jure que son fils ne faisait rien de tel. Selon Oumaima, sa sœur, il n’avait jamais évoqué devant elle son projet de partir en Syrie faire le djihad. « Si je l’avais entendu, je ne l’aurais pas laissé partir, a-t-elle indiqué.

Comme leur mère et sa sœur Salma l’ont fait, elle a, à son tour, présenté des excuses à la cour et aux victimes à bord du train, avant de demander la clémence de la cour envers son frère. « C’est mon frère. Par nos erreurs on apprend, on commet tous des erreurs et des pêchés, on mérite tous une deuxième chance dans nos vies. »

Sujets associés : France - Paris - Terrorisme - Procès - Ayoub El Khazzani

Aller plus loin

Interpellation d’un Marocain pour apologie du terrorisme en Espagne

Un individu de nationalité marocaine a été interpellé jeudi dans la région de Barcelone. Il lui est reproché des "crimes liés à l’apologie du terrorisme et de la haine".

Redoutant son expulsion, un terroriste marocain agresse une gardienne de prison

Une gardienne de prison a été attaquée, mardi, à coups de ciseaux dans la prison de Gand par Hassan Hamdaoui, surnommé «  la terreur de la place Saint-Jean  ». L’homme...

La France veut compter sur le Maroc pour « combattre le terrorisme »

Arrivé au Maroc dimanche 9 novembre, le chef de la diplomatie française a été reçu lundi par son homologue marocain, Nasser Bourita. Dans son message, Jean-Yves le Drian a...

Perpétuité requise contre le Marocain impliqué dans l’attentat déjoué du Thalys

La Cour d’assises spéciale a requis la perpétuité contre le tireur marocain, Ayoub El Khazzani. Surarmé, il se préparait à faire un carnage à bord du Thalys Amsterdam-Paris en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations relatives aux passagers et aux vols aériens.

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.