Farines subventionnées : les professionnels appellent à la réforme du système

21 août 2020 - 00h00 - Economie - Ecrit par : I.L

Les professionnels du métier de la boulangerie et de la pâtisserie décrient le système de subvention des farines tendres au Maroc. Ils en appellent à la réforme totale de ce système.

Bien que critiqué, le régime réglementaire de la farine nationale de blé tendre (FNBT) a été reconduit, rapporte L’Économiste. Par un arrêté, le ministère de l’Agriculture a fixé les conditions d’achat de blé tendre destiné à la farine subventionnée. Dans le détail, aucune modification n’a été constatée au niveau des prix de cession de cette farine au grand public ni sur le coût du pain à la boulangerie.

Selon la même source, le gouvernement avait promis aux professionnels la réforme de ce système de subvention sans pour autant la tenir. Cette réforme devrait concerner aussi l’activité de production et de distribution de blé tendre, qui demeure la seule encadrée à ce jour.

Pour l’heure, le blé tendre fait toujours exception à la règle même si le cadre juridique régissant la filière céréalière consacre la liberté du marché. Les prix pratiqués sur le marché, sont souvent supérieurs aux prix fixés.

Pour l’heure, l’existence même de la subvention souvent remise en cause prime sur la question du prix. Les professionnels ne cessent d’ailleurs d’appeler à la réforme de ce système de subvention.

Sujets associés : Alimentation - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime

Aller plus loin

Maroc : un milliardaire arrêté dans le cadre de l’affaire de la farine frelatée

Les éléments de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) ont arrêté un riche minotier dans le cadre de l’affaire de la farine frelatée. L’Association marocaine pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les prix de l’huile de table commence à baisser au Maroc

Le groupe Lesieur Cristal a annoncé une baisse de 15 % des prix de ses produits d’huile de table à base de tournesol, aussi bien pour les consommateurs que pour les industriels.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Aïd Al-Adha : le Maroc a encore importé des bovins de l’étranger

En prévision de l’Aïd Al-Adha, prévu au Maroc vers le 29 juin prochain, le nombre d’importations d’ovins s’intensifie. Ainsi, quelque 19 500 ovins importés du Portugal sont arrivés au port de Jorf Lasfar, dans la région d’El Jadida.

Le Maroc déterminé à renouveler l’accord de pêche avec l’UE

Réagissant au sujet de l’accord de pêche avec l’Union européenne qui expire le 17 juillet, le ministre marocain de l’Agriculture et de la pêche, Mohamed Sadiki, a assuré mercredi que le Maroc « est prêt à tout scénario » et utilisera « une autre règle...

Maroc : les raisons de la flambée du prix des volailles

La flambée des prix des volailles au Maroc serait due à la chaleur, la saison estivale et la multiplication des intermédiaires. C’est du moins l’explication qu’avance la fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa).

Le Groupe Bel cède ses parts dans Safilait

Le groupe laitier français Bel Group, actionnaire majoritaire dans la société marocaine Safilait, a annoncé la cession de ses parts à l’acteur laitier polonais Polmlek. Le montant de la transaction n’est pas connu.