Fatiha Mejjati, la veuve noire d’Al Qaïda, rejoint l’Irak

10 juillet 2014 - 14h27 - Maroc - Ecrit par : Fouad Boumnadel

Fatiha Mejjati, veuve du Marocain Karim Mejjati, un des chefs d’Al-Qaïda, tué en 2005 lors d’affrontements avec les services de sécurité dans la ville d’Ar Rass en Arabie Saoudite, aurait rejoint l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), ce groupe terroriste proférant récemment des menaces contre le Maroc.

Celle que l’on surnomme "la veuve noire d’Al Qaïda" aurait quitté le Maroc vers la Turquie, pour s’infiltrer ensuite en Syrie, avant de pénétrer en Irak, aidée par les soldats de l’EIIL. Fatiha Mejjati aurait justifié son périple par son désir de rencontrer son fils Ilyas, 21 ans, enrôlé lui aussi par l’EIIL. Mais selon le quotidien "Annass", Mejjati se serait déplacée jusqu’en Irak dans le but d’épouser le "vice-calife" de l’EIIL, dont l’identité n’a pas été dévoilée. Ce serait son fils Ilyas, souffrant de troubles psychiques, qui aurait tout mis en œuvre pour organiser ce mariage.

Or, Fatiha Mejjati est déjà mariée à un détenu marocain appartenant à la mouvance salafiste jihadiste, condamné à 14 ans de prison dans une affaire liée au terrorisme, ce qui rend cette histoire opaque et insensée, d’autant que celui-ci refuse le divorce selon une déclaration de Hassan Kettani, un des cheikhs de la salifiya au Maroc.

Les menaces de l’EIIL contre le Maroc prises très au sérieux

Deux vidéos, la première datant du 23 mai et la deuxième du 4 juillet inquiètent au plus haut point les autorités marocaines. Elles contiennent, en effet, des menaces contre le roi Mohammed VI ainsi que contre Mustapha Ramid, ministre de la justice et certains salafistes ayant délaissé leurs opinions radicales, comme Omar Hadouchi, Abdelouhab Rafiki, dit Abu Hafs, ou encore Hassan Kettani. Ces menaces n’ont pas épargné feu Abdessalam Yassine, fondateur du mouvement Al Adl Wal Ihssan (justice et bienfaisance) qualifié de polythéiste.

Les inquiétudes des autorités marocaines se sont accrues après l’annonce de l’instauration du "califat islamique". Le 4 juillet dernier, Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef ultra-radical de l’EIIL, proclamé calife par ses partisans, dont plusieurs chefs d’origine marocaine, avait appelé les musulmans de par le monde, dans un discours prononcé pendant la prière du vendredi, à Mossoul en Irak, à lui prêter allégeance.

Les services de sécurité marocains ont élevé le niveau d’alerte pour faire face aux pires éventualités. Pendant ce temps, une opération de grande envergure impliquant les services secrets de plusieurs pays arabes et européens, dont ceux du Maroc, en plus des services secrets américains, serait en cours afin de collecter et échanger des informations pouvant aider ces pays à déjouer les menaces de ce groupe qui s’appelle désormais l’Etat islamique (EI).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Syrie - Turquie - Al Adl wal Ihssane - Hassan Kettani - Fatiha Mejjati

Ces articles devraient vous intéresser :

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.