Le PP dénonce l’installation des fermes piscicoles marocaines dans les eaux espagnoles

5 juin 2022 - 10h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le Parti populaire (PP) a déposé vendredi une plainte devant le procureur général de l’État pour dénoncer l’installation de fermes piscicoles par le Maroc dans les eaux espagnoles, soutenant que ces actes sont constitutifs de crime contre les ressources naturelles et l’environnement.

Dans sa plainte de 14 pages, le PP a insisté sur « le danger manifeste » de ces fermes piscicoles sur l’environnement, car leur « exploitation affecte l’écosystème marin ». Mais au-delà de l’aspect environnemental, la plainte a une portée politique évidente, croit savoir El Confidencial, précisant qu’en agissant ainsi, le PP tente de faire pression sur le gouvernement pour qu’il démantèle toutes ces fermes piscicoles marocaines installées dans îles Chafarinas.

Le parti entend également dénoncer la passivité de l’Exécutif dans cette affaire lors de la comparution de Pedro Sanchez devant le Congrès le 8 juin. Le ministère espagnol des Affaires étrangères avait réagi en novembre dernier contre l’installation de la première ferme piscicole dans les îles Chafarinas en adressant « une note verbale » aux autorités marocaines. La marine, la Garde civile, le commandement général de Melilla et la capitainerie maritime de la ville avaient alerté depuis mai 2021 leurs ministères respectifs de l’intention du Maroc d’installer ces fermes piscicoles.

À lire : Un parti espagnol dénonce l’indifférence du gouvernement face aux « attaques » marocaines

Depuis lors, l’Espagne n’a engagé aucune action pour amener le Maroc à quitter les eaux espagnoles, sans doute pour ne pas contrarier Rabat. « Toutes ces installations se trouvent dans les eaux territoriales de l’Espagne. Les travaux ont été réalisés par la société espagnole Morenot de Tarragone pour le compte de la société marocaine, Mediterranean Aquafarm, qui a obtenu une concession d’exploitation publiée au Journal officiel du Maroc du 7 mars 2019 », a expliqué Gutiérrez Díaz de Otazu.

Pour le PP, la ferme piscicole « ne dispose d’aucune licence, concession ou autorisation administrative d’aucune autorité ou administration publique espagnole », soulignant que le Maroc « n’a aucune juridiction sur les eaux espagnoles ». La plainte du PP intervient 72 heures après la rencontre de son leader, Nuñez Feijoo, avec Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement marocain, à Rotterdam.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Pêche - Maritime

Aller plus loin

Vox dénonce une «  nouvelle attaque  » des eaux espagnoles par le Maroc

La sénatrice du parti Vox à Ceuta, Yolanda Merelo, a interpellé le gouvernement espagnol au sujet de l’installation d’une ferme piscicole par le Maroc dans les eaux proches des...

L’Espagne menace une société marocaine

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a adressé la semaine dernière une lettre à l’ambassade du Maroc en Espagne pour protester contre l’installation d’une ferme...

La présence marocaine dans les îles Chafarines n’est pas une menace pour l’Espagne

Le gouvernement espagnol considère l’installation par le Maroc d’une ferme piscicole dans les îles Chafarines, non comme une violation des eaux territoriales espagnoles, mais...

Une entreprise israélienne construira une ferme piscicole à Tanger

Une ferme piscicole marine d’une valeur de 10 millions d’euros sera bientôt construite dans la région de Tanger par l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accord de pêche Maroc - UE : inquiétude en Andalousie

Alors que l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc, essentiel pour la province andalouse de Cadix, approche de son terme le 17 juillet, l’angoisse grandit au sein des équipages de pêche andalous. Ces derniers, qui dépendent des eaux...

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Le Maroc vend ses navires aux enchères

Quelque 18 bateaux appartenant à la société de dragage Drapor qui s’est retrouvée en situation de liquidation judiciaire, sont actuellement mis en vente aux enchères dans les ports marocains, a annoncé Nizar Baraka, le ministre de l’Équipement et de...

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Le Maroc déterminé à renouveler l’accord de pêche avec l’UE

Réagissant au sujet de l’accord de pêche avec l’Union européenne qui expire le 17 juillet, le ministre marocain de l’Agriculture et de la pêche, Mohamed Sadiki, a assuré mercredi que le Maroc « est prêt à tout scénario » et utilisera « une autre règle...

Ports marocains : Une manne inattendue grâce aux attaques en mer Rouge ?

Alors que les attaques des rebelles houthis perturbent sérieusement le trafic maritime mondial, le Maroc dont les ports sont choisis par les industriels européens tire profit de la crise sécuritaire en mer rouge.

Une espèce dangereuse de poisson s’approche des côtes marocaines

Apparu pour la première fois en Israël il y a plus de trois décennies, le poisson-lion (Rascasse volante), une espèce dangereuse, se rapproche des eaux marocaines.

Africa Morocco Link (AML) s’offre un nouveau bateau

L’Africa Morocco Link (AML) aurait acquis pour 2,4 millions d’euros le navire marocain « Boraq » appartenant au groupe maritime grec Attica Group, lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 27 juin au siège de l’Autorité portuaire de la baie...

Un voilier coulé par des orques près de Tanger

Alors qu’il naviguait au large des côtes marocaines, un voilier a été attaqué à plusieurs reprises par une meute d’orques dans le détroit du Gibraltar. Face à la furie des cétacés, le navire a coulé près de l’entrée du port de Tanger-Med.

Pour le roi Mohammed VI, la clé du développement en Afrique passe par la mer

Le roi Mohammed VI a annoncé lundi, dans son discours de la Marche verte, son intention de « construire une flotte marchande nationale forte et compétitive », afin d’améliorer le commerce sur la côte atlantique.