Télécoms : 1200 km de fibre optique d’ici la fin de l’année

14 juin 2008 - 09h25 - Economie - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Des serpents métalliques sous terre ! Est-ce les prémices d’une odyssée futuriste ? Economiquement, oui. Car « le marché de la fibre optique est un marché émergent. Après avoir équipé les sites des opérateurs télécoms, la 2e phase serait de brancher directement les zones résidentielles », souligne David Morvant, DG de Finetis Maroc. En France, par exemple, un projet de loi sur la modernisation de l’économie prévoit de déployer la fibre optique jusqu’au sein des foyers. Un produit qui prend la forme d’un fil, en verre ou en plastique, très fin. Il peut conduire la lumière et sert dans les transmissions terrestres et océaniques de données. Dans le jargon télécoms on parle d’une « infrastructure alternative ».

Depuis son implantation, en janvier 2006, Finetis Maroc « a installé un réseau de plus de 900 km de fibre optique pour le compte de Wana et Méditel », poursuit le top management. A ce jour, plusieurs liaisons sont opérationnelles : Settat, Casablanca, Rabat, Tanger. On déploie actuellement les liaisons Tanger-Tétouan et Marrakech-Agadir. « En juillet prochain nous aurons terminé l’axe Tétouan-Agadir et la liaison Rabat-Fès. Et à la fin de l’année, nous allons disposer d’un réseau de 1.200 km », selon le DG de Finetis Maroc. Dakhla serait également en ligne de mire.

L’ensemble du projet représente un investissement global de 150 millions DH. Finetis Maroc, c’est aussi le nom de la marque déposée pour lancer une boucle africaine. Le Maroc a été choisi pour être le « fer de lance » de cette plate-forme de fibre optique. « Deux éléments ont été déterminants : stabilité politique et dynamisme économique ». Finetis Maroc ne compte pas s’arrêter là. Elle envisage de déployer sa toile en vue de la connecter à l’Algérie, à la Mauritanie et au continent européen. Pour l’instant, son DG vise à rendre la plate-forme marocaine incontournable pour les opérateurs télécoms.

Micros tranchés

Pourtant, son activité reste peu connue. D’abord parce que Finetis Maroc est l’une des rares entreprises à s’activer, aux côtés d’opérateurs publics, dont l’ONE, dans un secteur technologiquement assez sélect. A tel point que « lorsqu’on construisait des boucles urbaines de fibre optique, l’on nous assimilait à Wana », commente Morvant. Si elle a implanté un réseau pour la filiale télécoms de l’ONA, cela ne l’a pas empêchée d’installer des fibres optiques pour son propre compte. Un ouvrage qui a également ses contraintes. Avant de lancer le chantier, on établit évidemment une feuille de route détaillée du projet. Ensuite, il faut s’occuper de la paperasse : « Les autorisations sont délivrées généralement par les concessionnaires (communes, direction régionale de l’Equipement, l’Office national des autoroutes…) », précise Morvant.

Ces derniers « ne sont pas toujours au fait des technologies de génie civil. Il faut donc les convaincre que l’installation de fibres optiques ne dégrade pas forcément la chaussée ». Les câbles sont enfouis dans des micros tranchés qui ne dépassent pas 50 cm en milieu urbain et un mètre en interurbain. C’est le « clean-fast » : une tronçonneuse découpe le sol (goudron ou roche) tout en aspirant simultanément les déblais. Ce qui permet d’implanter directement des câbles télécoms, électriques ou d’assainissement.

Côté taxes, une redevance annuelle de droit de passage est payée par les entreprises qui construisent des réseaux dans le domaine public. Elle est de 15 DH par mètre linéaire de fibre optique. « Comparée à la France, elle nous coûte quarante fois plus cher. Ce ratio représente aujourd’hui un frein à l’investissement », souligne le DG de la filiale Marais Groupe. Toujours est-il que Finetis Maroc s’est spécialisée dans la gestion et la construction (300 DH/m), clés en main, d’infrastructure de fibre optique. Elle dispose d’un parc de trois ateliers urbains et trois autres interurbains. Leur cadence de travail est en moyenne de 700 m/jour en milieu urbain et 1.200 m/jour dans l’interurbain. Tout dépend de la nature des terrains et du réseau à poser.

Il y a deux ans, Finetis Maroc a été créée d’abord pour réaliser des chantiers commandités par Maroc Telecom. Il fallait installer des réseaux de fibres optiques en milieu interurbain. Son tour de table est composé de deux actionnaires. Daniel Rivard, Pdg de Marais Groupe, qui disposera de 60% des parts. Quant à la société mère, elle détient directement le reste des actions. « Durant l’année en cours, nous tablons sur un chiffre d’affaires prévisionnel de 90 millions DH », pronostique le DG de Finetis Maroc. En 2007, elle a réalisé les deux tiers de ce CA.

Fibres

Les câbles de fibres optiques offrent un débit d’informations nettement supérieur à celui des câbles coaxiaux par lequel peuvent transiter aussi bien la télévision, le téléphone, la visioconférence ou les données informatiques. L’émergence de la 3G, de l’ADSL, du télétravail (call center)… exige des bandes passantes plus larges offrant un haut débit. Pour le moment, la fibre optique est la seule technologie qui permet de le réaliser. Ce procédé a été développé dans les années 70 par une entreprise US, Corning Glass Works.

Source : L’Economiste - Faiçal Faquihi

Sujets associés : Meditel - Télécoms - Informatique - Wana

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Le Maroc aura une meilleure connectivité avec le câble sous-marin « Medusa »

La câble sous-marin « Medusa », qui reliera l’Europe du Sud depuis le Portugal à l’Afrique du Nord, passera par le Maroc avant d’atteindre l’Égypte.

Nous vous recommandons

Meditel

Télécoms

Grosse amende pour une filiale de Maroc Telecom au Togo

Près de 10 millions de dirhams, c’est l’amende infligée à Moov Africa Togo, suite à une procédure ouverte en octobre 2020 à son encontre par l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP). La filiale de Maroc Télécom est...

Maroc Telecom augmente de 10% le salaire de ses employés

Après une série de négociations, les employés de Maroc Telecom ont réussi à obtenir de la direction, une augmentation des salaires de 10 % avec effet rétroactif. Un accord a été signé dans ce sens entre les deux...

Mauritanie : nouvelle grève à Moov Mauritel, filiale de Maroc Télécom

Les employés de la société Moov Mauritel, filiale de Maroc Telecom, observent depuis mardi une nouvelle grève générale de 10 jours, pour exiger la satisfaction de leurs revendications.

Marché boursier : ce que redoutent les investisseurs

La sanction de Maroc Telecom produit déjà un impact négatif sur le marché boursier. Les investisseurs redoutent une multiplication des investigations dans d’autres secteurs.

YouTube, leader des réseaux sociaux au Maroc

YouTube est le leader des réseaux sociaux au Maroc, où le taux de pénétration d’Internet a atteint 84,1 % de la population totale au début de 2022. C’est ce qu’indiquent les données de Google consignées dans le rapport digital de...

Informatique

Création du "Benguerir Data Center"

Le Benguerir Data Center est le fruit d’une coopération entre l’OCP et l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P). Un partenariat pour activer la transformation numérique de l’écosystème marocain.

Maroc : alerte sur une pénurie de cartes bancaires

Des millions de cartes bancaires pourraient manquer dès le second semestre 2021 à cause de difficultés d’approvisionnement en semi-conducteurs. À l’instar d’autres pays, l’inquiétude est grandissante au Maroc face à une pénurie. Le royaume renouvelle environs...

La Marocaine Hajar Mousannif, 1ᵉʳ prix du «  Women Tech  »

Le 1ᵉʳ prix de la catégorie « Global AI Inclusion Award » a été décerné à la Marocaine Hajar Mousannif, enseignante-experte en Intelligence artificielle (IA) à l’Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech. Cette distinction qui s’inscrit dans le cadre du...

Des hackers marocains auraient attaqué l’Espagne en 2021

Le Centre national de renseignement (CNI - Espagne) a révélé dans un rapport qu’un groupe de hackers marocains a infecté des sites internet espagnols, quelques jours seulement après le déclenchement de l’affaire Ghali en avril...

Des hackers iraniens ciblent le Maroc

Des hackers affiliés à l’Iran seraient liés à une série d’attaques ciblées visant des fournisseurs d’accès Internet (FAI) et des opérateurs de télécommunications au Maroc, en Tunisie, en Arabie saoudite et en...

Wana