Dr Hassan Tazi cherche à se disculper et accuse sa femme

25 avril 2022 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’affaire du Dr Hassan Tazi, célèbre chirurgien casablancais, incarcéré à la prison d’Oukacha pour traite d’êtres humains et abus de faiblesse se poursuit. Le médecin tient sa femme et son frère pour responsables de ce qu’il s’est passé dans sa clinique.

Dr Hassan Tazi qui clame toujours son innocence cherche à se tirer d’affaire. Dans une déclaration aux enquêteurs, il a assuré qu’il ne savait pas que des patients nécessiteux ont été photographiés, et que leurs images ont été utilisées à des fins pécuniaires, car son travail ne se déroulait que dans la salle de diagnostic et au bloc opératoire de la chirurgie esthétique, rapporte le journal arabophone Al Ahdath Al Maghribia. Il a expliqué que c’est son frère, Abderreazak Tazi, qui s’occupait des tâches administratives et des contacts avec les patients. Quant à sa femme (M.B.), il a tenu à préciser qu’elle occupait le poste de directrice financière et traitait donc les dossiers financiers de la clinique. Des propos complètement démentis par celle-ci. Lors de son interrogatoire, elle a affirmé que son époux était au courant de toutes les activités de la clinique. Elle ajoutera que toutes les décisions qu’elle prenait avec son frère recevaient avant tout le blanc-seing du patron de la clinique, El Hassan Tazi.

À lire : Le chirurgien Hassan Tazi reste en prison

Intermédiaire recrutée pour ses capacités à convaincre et à collecter les dons, Zineb B., est classée deuxième dans le rang des responsabilités pénales dans cette affaire. Elle a affirmé qu’elle avait fait la connaissance du Dr Hassan Tazi et l’avoir rencontré à plusieurs reprises en compagnie de son frère Abderrazak. Elle a également fait savoir que celui-ci lui a fourni un smartphone pour être en contact avec la clinique et lui a donné l’autorisation de consulter les dossiers des malades pour collecter des dons auprès des bienfaiteurs. Mais le célèbre chirurgien casablancais a nié toute relation avec l’accusée. Il a affirmé l’avoir connue lors d’une visite éclair dans son bureau et qu’il était à mille lieues d’imaginer que la direction de la clinique lui fournissait des dossiers et des photos des patients. Dr Hassan Tazi a par ailleurs affirmé qu’il était au courant seulement de l’aide qu’elle fournissait aux malades démunies.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Santé - Prison d’Oukacha - Hassan Tazi

Aller plus loin

Affaire Hassan Tazi : des écoutes téléphoniques décidées par la justice

De nouvelles révélations ont été faites sur l’affaire du célèbre chirurgien esthétique Dr. Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré à la prison d’Oukacha...

Le chirurgien Hassan Tazi reste en prison

La chambre de conseil de la cour d’appel de Casablanca a rejeté la demande de mise en liberté provisoire déposée par les avocats du chirurgien plasticien Hassan Tazi.

Ce qui a fait tomber le chirurgien Hassan Tazi

L’affaire du célèbre chirurgien esthétique casablancais Hassan Tazi, en détention provisoire pour traite d’êtres humains et abus de faiblesse, livre peu à peu ses secrets. Elle...

De nouvelles révélations sur l’affaire du Dr Hassan Tazi

L’affaire du Dr Hassan Tazi, célèbre chirurgien casablancais, placé en détention provisoire à la prison d’Oukacha pour traite d’êtres humains et abus de faiblesse, n’a pas fini...

Ces articles devraient vous intéresser :

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Les joueurs marocains font la queue à l’infirmerie

Après l’euphorie de leur qualification aux quarts de finale de la coupe du monde, les joueurs marocains font face aux conséquences physiques.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

Chèque de garantie : ce scandale marocain

La conseillère parlementaire du parti de l’Union Nationale du Travail au Maroc (UNTM), Loubna Alaoui, a adressé une question orale au gouvernement sur la persistance de certaines pratiques illégales dans les cliniques privées, notamment l’exigence d’un...

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.